Menus

A la une...

vendredi 23 septembre 2016

Le Sorceleur T0.5 : La saison des orages, de Andrzej Sapkowski

Avant de parler du livre lui même, j'ai fait une recherche sur les différentes couvertures éditées, et voilà une petite sélection :




La première couverture est la version originale polonaise: J'aime beaucoup la représentation de l'orage et la mise à l'honneur des deux fameuses épées du Sorceleur. J'imagine bien l'illusion centrale comme la fille de la renarde que l'on découvre durant l'intrigue principale, durant la seconde moitié du roman. La personne aux cheveux blancs, n'est autre que Géralt de Riv notre héros légendaire, et je pencherai pour yennefer concernant la femme penchée. L'ambiance est bien retranscrite dans cette couverture.

Passons à la couverture allemande, qui est sobre, aux couleurs de feux, et qui représente simplement le symbole de l'école du loup, propre à l'école du sorceleur;

L'édition française semblait moins inspirée, ou tout du moins a surfé sur le succès du jeu vidéo puisqu'elle nous présente une nouvelle fois Geralt, directement issu du Witcher. J'opte là pour une opération marketing.

Enfin, la version espagnole est totalement différente. Lytta Neyd y est représentée. C'est la magicienne qui est introduite au début de l'intrigue, la responsable du vol des épées de Geralt. On observe d'ailleurs qu'elle tient en main les deux fameuses armes! On ressent aussi le côté sentimental et mystérieux que l'auteur prend plaisir à distiller dans son univers.

Laquelle préférez vous? pour ma part, j'adore vraiment l'originale qui attire dans une ambiance fantastique!

Maintenant que nous avons jeté un oeil sur cet aspect, venons en au fait :


On a volé les fameuses épées du sorceleur ! Et il en a plus que jamais besoin : une intrigue de palais se trame et le prince de Kerack a requis l’aide de Geralt. Mais ce dernier va devoir déjouer les manœuvres d’une belle et mystérieuse magicienne rousse avant de partir à la recherche de son voleur. Heureusement, son fidèle compagnon barde Jaskier lui sera d’un précieux secours, de même que son nouvel ami, le nain Addario, pour affronter les dangers qui l’attendent.

Avec mes acolytes Kore et Gilwen, nous avons décidé de poursuivre notre découverte de l'univers ensemble! J'en suis joie, quoi de mieux de lire avec ses amies proches une saga qui a inspiré un jeu dans lequel nous sommes toutes trois plongées. Gilwen joue actuellement au 2, Kore suit l'histoire à travers son chéri, et moi je suis plongée dans le 3!

Après quelques recherches faites par Gilwen, nous avons décidé d'intercaler ce tome après le tome 1. Selon différents forums, il faut au moins le lire avant le tome 3. La saison des orages est un roman que l'auteur qualifie de sidequel, c'est à dire que ce n'est ni une préquelle, ni une suite mais une histoire parallèle. Il est cependant important de le lire à ce moment de l'histoire, car Yennefer est présente et cela précède tout de même un combat que nous découvrirons par la suite (Merci au site de GamePedia pour ces petites précisions).

J'ai préféré le style roman plutôt que les nouvelles, j'ai été très embarquée par les premiers chapitres dans lesquels nous rencontrons Lytta Neyd, une belle magicienne aux cheveux flamboyants qui ne laissera pas notre sorceleur indifférent. L'histoire est narrée tel une suite de quêtes, le héros doit parler à telle personne dans telle ville, qui lui demandera d'accomplir un haut fait, ou de sauver des gens, et qui le mènera par la suite à un autre point stratégique de l'histoire. Ainsi, un "simple" vol d'armes va embarquer le lecteur dans de nombreuses contrées et combats. Car oui, le sorceleur a pour vocation de combattre des monstres, et le bestiaire est toujours aussi complet à ce niveau. Il me manque toujours un annexe pour bien mémoriser chaque créature, mais cela est peut être uniquement liée à l'édition française.

Les chapitres sont entrecoupés par des interludes qui permettent de poursuivre l'immersion de ce monde. Histoire parallèle, histoire future ou passée, cela ne m'a pas trop perdu (pour une fois) et j'ai apprécié ces petites pauses temporelles!

J'ai particulièrement aimé la partie qui se déroule dans le château de Kerrack. Le lecteur se retrouve à ce moment en pleine intrigue de la cour, et j'ai vraiment apprécié découvrir tous ces petits secrets et trahisons! Le thème des orages est régulièrement rappelé, que ce soit par de fortes tempêtes qui sévissent, que par des querelles amoureuses!

Au niveau des personnages, j'ai été touchée par Mosaik, l'assistante de Lytta. J'ai aussi apprécié retrouver les personnages secondaires principaux tels Jaskier, que j'aime énormément, ou encore Yennefer. Elle reste discrète mais on en apprend un peu plus sur qui elle est et ce qu'elle est prête à faire pour son sorceleur.

Quant à Geralt, c'est toujours un plaisir de retrouver ses remarques piquantes et provocantes. Il n'a pas la langue dans sa poche, et dénué d'émotions et n'hésite donc pas à remettre en place ses interlocuteurs.
C'est aussi un don juan, et il fait tomber de nombreuses femmes dans ses bras. Pourtant, il est toujours habité par de fortes valeurs humanistes!
Vous l'aurez compris, Geralt est vraiment un personnage haut en couleur!




Que vous dire de plus? autant j'ai passé un bon moment de lecture, autant je sais que cette saga ne restera pas longtemps dans ma mémoire. Tel un film ou une bonne série en 8 épisodes, on prend plaisir à suivre les aventures de Geralt mais je sais qu'elles ne m'auront pas autant marqué qu'un roman de Fitz Chevalerie!

J'ai toujours un peu de mal à comprendre aussi le succès mondial de cette série, car je lui reproche quand même un manque d'introduction de certains personnages. L'auteur écrit comme si nous connaissions (ou presque) déjà tout ce beau monde et cela peut malgré tout s'avérer perturbant.

En tout cas, la suite va bientôt être lue car nous avons bien la motivation d'enchainer les différents tomes de cet univers!

L'avis de Kore :
L'avis de Gilwen :

Mon avis sur le tome 1 : Le dernier voeu







dimanche 4 septembre 2016

Book Club # 2 : La voie des Oracles 2 : Enoch, d'Estelle Faye

Et voilà je lance la seconde cession du book club pour la voie des oracles. Je vous donne comme délai le 30/09/2016 pour découvrir ce livre, en parler dans le groupe facebook et mettre en place un live comme la première fois pour débattre autour de l'oeuvre!

Voici la petite vidéo réalisée pour l'annonce du bookclub :


J'espère vous voir nombreux ! A bientôt :)

lundi 29 août 2016

Les pluies, de Vincent Villeminot [POST-APO]

Auteur: Vincent Villeminot
Editeur : Fleurus
Prix : 
Sortie le 09/09/2016
320 pages

« Kosh songea qu’il n’avait jamais vu les yeux de Lou dans le soleil. 
C’était parce qu’il pleuvait depuis maintenant quatre mois. Une pluie serrée, violente, une pluie de mousson qui paraissait blanche la nuit dans les phares ou la lumière, et faisait un voile gris sur toutes choses, le jour, à plus de quelques mètres. Le phénomène, inexplicable, échappait à toute logique, à toute prévision, à tout modèle, à toute saison. 
Il se perpétuait. Partout, les eaux avaient monté, les rivières enflées, on consolidait les digues, on en bâtissait d’autres, plus hautes, mais qui se révélaient de nouveau insuffisantes. Les montagnes ruisselaient. Les fleuves débordaient. Des plaines autrefois agricoles ressemblaient à des marécages (…)
Mais Kosh n’avait pas besoin de voir le soleil les éclairer pour savoir que le vert des yeux de Lou était menthe à l’eau. Et qu’ils étaient la plus belle chose qu’il ait jamais vue. Surtout lorsqu’elle souriait. Qu’il la faisait sourire. 
L'eau monte, les digues sont sur le point de céder, il faut évacuer. Sur le port, les réfugiés se battent pour prendre place dans les derniers bateaux, pris de panique, convaincus qu’il s’agit là du dernier espoir de s’en sortir. C’est une cohue indescriptible et au moment d’embarquer, dans un mouvement de foule, Kosh est arraché à Lou. Dernier échange de regards.
« Survis… » la supplie-t-il. « Survis, et moi, je te retrouverai. »


Mon avis : 


Avant tout, je tiens sincèrement à remercier les éditions Fleurus pour leur confiance. J’ai pris un peu de temps à lire ce roman après la réception tout simplement parce que la saison ne s’y prêtait pas et que je voulais l’apprécier à fond, étant déjà sensible à l’écriture de cet auteur.

J’ai découvert Vincent Villeminot à travers sa trilogie Instinct, parue à l’époque chez Nathan, pour laquelle j’ai eu un gros coup de cœur ! Puis j’ai appris que l'auteur était de mon secteur géographique, cela est bête mais quelque part, je me suis sentie aussi plus proche de lui J

Lorsque Fleurus m’a proposé de lire en avant première Les Pluies, je n’ai pas hésité et j’ai immédiatement plongé dans les trois premiers chapitres offerts pour prendre le ton du livre.

Et dès le début nous sommes plongés dans un univers très différent du nôtre. Dans ce monde, il pleut non stop, depuis plus de 4 mois. Je me suis facilement imaginée des paysages asiatiques, de risière, et de champs de culture de thé ! Je pense que cette immersion est dû au nom donné au personnage principal : Kosh, je trouve aussi que ca sonne bien asiatique J
Bref, j’ai immédiatement plongé dans ce monde qui va subir une apocalypse suite au déluge incessant. Dès le début, on suit le drame qui touche les habitants, on s’attache aussi rapidement aux personnages centraux : Kosh, cet adolescent de 15 ans, courageux, protecteur, qui va devoir veiller sur ses frères et amis proches. Lou, l’amoureuse de Kosh, on l’apprend dès le début, mais les deux ne s’avouent pas si vite leurs sentiments. Ils passent cependant beaucoup de temps ensemble et leur lien est beau à voir, et donne de l’espoir durant toute la lecture. Viennent aussi Noah, le petit frère de Lou, Ombre, le bébé, et Malcom, le frère de Kosh.

J’ai trouvé que Noah était l’un des plus intéressants car il est très jeune, il a 11 ans, et se laisse donc facilement emporter par ses instincts sans penser aux conséquences. Cependant, on va voir qu’il va devoir murir plus rapidement et l’évolution du personnage était bien menée.  

Suite à l’apocalypse, on va les voir apprendre à survivre dans un monde hostile, où l’eau a complètement envahi les terres. Des milliers de personnes ont péri, chacun tente de surmonter le drame et de reconstruire un semblant d’organisation. Mais les choses vont mal tourner pour le petit groupe et ils vont être séparés. A partir de là, le roman se dévore d’une traite !

Le livre est séparé en plusieurs parties, et Vincent Villeminot prend beaucoup de plaisir à alterner les points de vue. Entre vue d’ensemble, lettres intimes et point de vue donné à un autre personnage, le lecteur ne peut que se sentir impliqué dans l’histoire.

J’ai un peu pensé à autre monde de Maxime Chattam en lisant les pluies. Le fait de voir un groupe d’adolescents devoir affronter la vie loin des conseils avisés de leurs parents, tenter de se retrouver et de savoir ce qui est juste ou pas. Tout le passage à bord du bateau m’a beaucoup plu, c’était intéressant de voir comment les survivants tentent de s’organiser. J’ai aussi apprécié le passage avec Harald et tous les risques qu’encourent ces personnes pour se soutenir et s’entraider.

Dans ce roman destiné à un public adolescent (mais qui va aussi séduire les plus vieux), on retrouve des valeurs classiques : Amitié, amour, entraide, courage, recherche de soi.

J’ai également vraiment aimé la fin, qui promet une suite entraînante.
Quoi qu’il en soit, je vous recommande ce livre car Vincent Villeminot a vraiment un style propre à lui et sait facilement embarquer les lecteurs. Que vous soyez jeunes ou moins jeunes, vous serez sans aucun doute immerger dans l’action des Pluies !



 

Vlog 25/08/2016 : Marathon bouquina et Les pluies



J'ai décidé de vous retransmettre ici les vlogs que j'ai tourné pour ma chaîne, afin de découvrir chacune des journées du marathon !
N'hésitez pas à me faire part de vos remarques en commentaires :)

mercredi 24 août 2016

Elements T1 : The Air he breathes, de Brittainy Cherry

Tout le monde m'avait avertie au sujet de Tristan Cole.
- Garde tes distances avec lui, me disait-on.
- Il est cruel.
- Il est froid.
- Il est bousillé.

C'est facile de juger un homme sur son passé. De regarder Tristan et de voir en lui un monstre.
Mais je n'ai pas pu agir de la sorte. J'ai reconnu la désolation qu'il portait parce qu'elle était comparable à celle qui m'habitait, et je l'ai acceptée.

Lui et moi, nous étions des coquilles vides.
Nous étions tous les deux à la recherche d'autre chose. De quelque chose de plus. Nous voulions tous deux recoller les morceaux éparpillés de nos passés respectifs.

C'était peut être la condition pour que nous puissions finalement réapprendre à respirer.



Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Hugo & Cie pour l'envoi de ce service presse.

Très intriguée par le synopsis et la couverture, j'ai demandé à la maison d'édition de le recevoir, et je ne le regrette pas du tout!

Avant d'entrer dans les détails, il faut savoir que ce roman de plus de 400 pages se lit très vite, du fait qu'il est composé de nombreux dialogues. La voix est tantôt prêtée à Elizabeth, tantôt à Tristan.

Les deux personnages ont subi des drames, perdant respectivement leur conjoint, et enfant pour Tristan. Tandis qu'Elizabeth s'est enfuie un an avec sa petite fille chez sa mère, Tristan, lui est resté à Meadows Creek et s'est renfermé sur lui même, devenant une coquille vide et agressive. Il est d'ailleurs considéré comme la bête sauvage du village, et travaille dans une boutique ésotérique avec un patron marginal.

La rencontre des deux va se faire dans des conditions très particulières et stressantes. Mais au delà de ce fait, c'est Elizabeth qui va réussir à lire dans le regard de Tristan et va déceler tout de suite qu'il a vécu un gros malheur, son regard dévoilant les mêmes souffrances qu'elle.

Malgré les difficultés pour s'aborder, les deux vont apprendre à se connaitre, vont inconsciemment se séduire. On entre dans le schéma classique de la reconstruction de soi après un deuil, mais ne vous arrêtez pas à cela. En effet, l'histoire est bien plus complexe, les personnages vont se créer leur monde, qui peut sembler malsain mais qui pourtant leur fera du bien à un certain degré, jusqu'au retour de bâton. La réalité est difficile à affronter, alors que des sentiments puissants naissent entre eux.  De plus, les personnages ont autour de 30 ans et cela apporte aussi une autre expérience de vie sentimentale, ou d'expérience générale.


Les personnages secondaires ont aussi leur part importante. J'ai adoré la meilleure amie de Liz, qui a un franc parler et ne pense qu'à s'amuser sexuellement, la petite fille était adorable et très attachante, les parents respectifs très bien menés, et que dire de Monsieur Hensen, de Tanner ou encore des copines pestes façon Desperate Housewives... J'ai aimé tout ce petit monde, qu'il soit vile ou gentil, et cela s'est ressenti par la force des émotions.

The air he breathes est un tremplin émotionnel difficile à lâcher. J'étais tellement emportée par l'histoire que je n'ai absolument pas vu venir le twist qui m'a beaucoup secoué, même s'il peut paraître logique pour certains lecteurs, j'étais complètement passée à côté avant de l'apprendre! La fin est haletante et je n'ai pas pu le poser avant la dernière page, alternant larmes, lueur d'espoir et rage au cœur...



Lectrice pour ...

Lectrice pour ...

Challenge GoodReads 2016

2016 Reading Challenge

2016 Reading Challenge
Ptitelfe has read 16 books toward her goal of 80 books.
hide