samedi 25 février 2017

LES NEIGES DE L'ETERNEL, DE CLAIRE KRUST #FANTASY

Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur.
Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

Jeune lilloise, étudiante en métiers de la rédaction, Claire Krust signe ici un premier roman envoûtant, cruel et poétique.

En quelques mots : Claire Krust nous livre un roman onirique, où le lecteur est porté par de somptueux paysages et des personnages charismatiques et très bien travaillés. L'écriture est soignée et complètement immersive. Une très belle découverte que je vous recommande

Grâce à ce roman, je découvre un nouveau type de narration : le "Fix-Up". Entendez par là qu'à travers ce voyage dans un Japon Féodal, Claire Krust nous invite à découvrir l'histoire de 5 personnages très différents, mais qui sont liés par une histoire commune.

J'ai aimé la richesse d'ecriture de cette histoire. 5 récits viennent se tisser les uns aux autres à travers l'histoire et la déchéance d'une famille noble du Japon.
La première nouvelle nous permet de faire la connaissance de Yuki, cette jeune fille qui s'enfuit de sa famille pour trouver un remède à ramener à son jeune frère malade. Durant son périple, nous allons entrevoir déjà certains personnages qui seront les acteurs principaux des autres nouvelles.
Ce roman fait complètement voyager. Sans être insistante, Claire Krust nous permet de découvrir de magnifiques paysages enneigés, des architectures et des conditions de vie de ce pays. j'ai complètement réussi à m'immerger dans cet univers féodal, dans lequel on ressort avec une douceur onirique. Bien que j'ai lu ce roman il y a déjà quelques semaines, quand je repense à lui, j'ai l'impression de redescendre doucement d'un nuage sur lequel j'ai pu m'évader, rêver, et ressentir l'histoire de chaque protagoniste.

Yuki est le personnage qui va lier chaque histoire les unes aux autres. Cette jeune femme est loin d'avoir une vie facile, et malgré cela, elle fait preuve de beaucoup de courage. Elle doit faire face à des décisions couteûses, dans un mode de vie loin d'être convenant à cette époque.

mercredi 22 février 2017

LE PRINTEMPS DE L'IMAGINAIRE - #CHALLENGE


Zahardonia organise cette année, et en soutien envers les petites et moyennes maisons d'éditions indépendantes, ainsi qu'envers les auteurs édités, un challenge axé sur les littératures de l'imaginaire.
Le but est simple : lire quelques romans de ces petites maisons d'éditions ou auteurs entre le 1er Mars et le 30 Juin.

Je vous mets le lien vers le blog Monde Fantasy sur lequel tout est bien expliqué. 

Il n'est pas inconnu que l'Imaginaire SFFF est mon genre de prédilection (même si je suis plutôt amatrice dans ce genre comparé à d'autres lecteurs / lectrices) et c'est donc avec évidence que je viens également mettre ma pierre à l'édifice. 

Et des livres des moyennes maisons d'éditions, j'en ai un paquet :

Chez Actu SF :

mardi 21 février 2017

MOI PETER PAN, DE MICHAEL ROCH



Michael Roch est connu sur Youtube grâce à sa chaîne « La brigade du Livre » (à ce jour, 30 000 personnes sont abonnées et l'on peut régulièrement croiser, entre autres, le fossoyeur de films dans certaines séries de vidéo. Je vous recommande cette chaîne qui change et qui est très sympathique).

Cet auteur de 30 ans et originaire da déjà publié plusieurs nouvelles chez Walrus ainsi que son premier roman Pulp « Mortal Derby X ».

Dans Moi, Peter Pan, il nous propose un récit initiatique, poétique et philosophique. En effet, à travers le personnage de Peter Pan, Michael entraîne le lecteur dans les nombreuses réflexions et questionnements qui nous écorchent vif au moment fatidique de quitter l’adolescence pour l’âge adulte.

Le roman est découpé en une vingtaine de petits  chapitres, chacun présentant soit Peter, soit les enfants perdus, Clochette, Lili la petite Indienne, ou encore le capitaine Crochet....
Chaque chapitre fait écho à une réflexion, à une vérité qui peut toucher n'importe quelle tranche d'âge. Le tout raconté dans un langage poétique avec de nombreuses métaphores et clairsemé de jolies couleurs..

Ce livre fera l'objet de nombreuses discussions et débats. En effet, peu importe qu'on ait aimé, qu'on ait été touché par l'histoire de Peter, ou qu'on soit complètement passé à côté, ce récit ne peut pas laisser le lecteur indifférent, tant il y a de choses à dire. Chaque lecture peut être donc interprêtée différemment et je vous livre ci dessous MA version :

lundi 20 février 2017

C'est lundi, que lisez-vous? #8-2017

C'est parti pour une nouvelle année! Vais-je réussir à être régulière dans ce rdv hebdomadaire? je l'espère! Tous les liens des participants sont réunis sur le blog de Galleane ! 




Qu'ai je lu la semaine dernière?


J'ai terminé le tome 1 de Mysteria : La captive des hommes de bronze, de Valérie Simon. J'ai passé un superbe moment avec ce roman qui m'a vraiment dépaysé, même si par moments le héros m'a un peu agacé, et que j'aurai aimé retrouvé certains personnages plus tôt. Les descriptions sont nombreuses, cela ne me gêne pas mais je préfère prévenir les lecteurs réticents. En tout cas évasion et dépaysement sont garantis!




J'ai également lu le T1 de Néons Dreams : Leaving Amarillo. Ce fut aussi une lecture sympathique. J'ai très rapidement été prise par l'univers de ce groupe de musique, j'ai aimé voir le coté "back stage", découvrir comment cela peut se passer au sein de ce trio qui, malgré les liens très forts, sont trois caractères bien différents. Mais la fin est frustrante!! Donc comptez sur moi pour lire la suite, je n'ai pas envie d'en rester là.


Que suis-je en train de lire?


mercredi 15 février 2017

BAD #1 : AMOURS INTERDITS DE JAY CROWNOVER #ROMANCE

Seul l'amour pourra les sauver…

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé. 

Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax. 

En quelques mots, ce roman n'est pas fait pour moi, je n'ai pas du tout réussi à m'adapter aux personnages et à l'histoire qui m'a laissée de marbre. 

Grâce à NetGalley que je remercie, j'ai eu la possibilité de recevoir en ebook Bad de Jay Crownover.
Avant de démarrer mon avis, je tiens à m'excuser auprès de l'éditeur Harlequin d'avoir oublié de lire ce roman. Je suis une vraie Dory en matière de partenariat en ebooks.

Mon avis sera malheureusement assez court puisque je n'ai malheureusement pas réussi à aller jusqu'au bout. J'ai réussi à atteindre les 65%, ayant failli arrêter déjà au bout de 30%. Mais atteint ce stade, je n'avais toujours aucune empathie ni interêt pour les personnages ou l'univers, donc cela ne servait à rien que je pousse ma lecture jusqu'à la page finale.

J'ai découvert Jay Crownover à travers le premier tome de son autre saga, Marked Men (publié chez Hugo New Romance) que j'avais beaucoup apprécié.