jeudi 27 avril 2017

QUELQUES PAS DE PLUS, D'AGNES MAROT

Sora vient d’apprendre qu’elle doit passer le reste de sa vie à béquilles. Son quotidien se résumera désormais aux cours au lycée et aux séances de kiné. Elle pourrait s’y faire si Kay, la grande soeur qui l’a quasiment élevée, tenait le coup ; mais cette dernière, qui a toujours été la plus forte des deux, est en pleine descente aux enfers. Alors Sora décide de prendre les choses en main et d’enfiler la cape de ces superhéros qu’elle aime tant. Objectif : changer sa vie. Son meilleur atout : l’héritage navajo laissé par sa mère. Un ancien pouvoir de guérison qui pourrait les sauver, elle et sa soeur. Le problème, c’est qu’elles ne sont pas les seules à le chercher… et que leur rival est prêt à les suivre au bout du monde pour parvenir à ses fins.












EMOUVANT....C'est le premier mot qui me vient à l'esprit quand je pense à ce livre, le dernier d'Agnes Marot publié chez Scrinéo, et paru le 06 Avril dernier.

Imaginales 2015 - Signature d'IRL

Je ressors de cette lecture pleine d'espoir, et pleine d'amour. C'est un superbe roman, dans lequel on ressent  toute l'implication personnelle d'Agnes. Son histoire personnelle suite à son accident qui l'a obligé à se familiariser et accepter l'usage de béquilles pendant de nombreux mois, son combat permanent face à la douleur, et l'espoir d'avancer, par le biais de l'acceptation, et de l'entraide.


Dans ce récit, on suit l'incroyable aventure de Sora, une lycéenne qui, suite à une violente chute,  se retrouve handicapée à vie. Elle va devoir faire de ses béquilles ses meilleures alliées. On découvre ainsi sa vie au lycée, les mauvaises expériences dans les transports en commun, mais aussi le combat qu'elle mène tous les jours : entre les cours et les séances de kiné, ce n'est pas facile d'avoir une vie ordinaire.

samedi 22 avril 2017

LE ROI SOMBRE D'OREN MILLER #SCIENCEFICTION #SPACEOPERA



Avis en vidéo uniquement! En quelques mots : 

J'ai adoré ce roman, je ne suis pas habituée au space opéra, et à part la description d'une station orbitale, je n'ai aucunement été perdue dans cet univers. L'histoire du roi Sombre est super intéressante, immersive, on comprend tellement le héros! Le système économique, commercial et politique d'Ixion est bien développé. Les personnages ont tous une psychologie différente, les quelques vaisseaux que l'on croise sont bien décrits et la plume d'Oren Miller est fraîche, incisive et drôle.

Mon personnage secondaire préféré : Jatalan
Mes moments préférés : La rencontre d'Io et de Ed, ainsi que son apprentissage, l'infiltration d'Ed dans le palais, la façon dont il fait tomber ses ennemis les uns après les autres. Les passages avec la jeune fille dont j'ai oublié le prénom ^^

A LIRE ABSOLUMENT !! 

vendredi 21 avril 2017

DORMEURS D'EMMANUEL QUENTIN #THRILLER #SCIENCEFICTION

 Il en est des rêves comme de la vie. Comment les traverser, comment les affronter ? On peut être endormi et se rêver poète, espion, astronaute, plongeur, aventurier, voyageur le long des côtes, sur la route, sombrant dans n’importe quel abîme ou contournant les obstacles.

Dans une société dévastée par une crise économique sans précédent, des « Dormeurs professionnels » ont été sélectionnés pour la richesse structurelle de leurs rêves.

Fredric Jahan est l’un d’eux. Les images de son sommeil, enregistrées à l’aide de capteurs nanotechnologiques pour une clientèle fortunée, caracolent en tête des ventes. Mais un jour, ses rêves, trop réalistes, ne s’enregistrent plus…





Ayant lu ce roman il y a plus d'un mois, mon avis est bref et comprend uniquement ce qui m'a le plus marqué, les sentiments liés à la lecture primant sur les détails de l'intrigue principale. 

Dormeurs est le premier roman publié d’Emmanuel Quentin paru chez le Peuple de Mü.
La couverture est signée Cédric  Poulat (qui a également réalisé chez le même éditeur les couvertures de Morgan Malet  et de Nicolas Cartelet. Je vous invite d’ailleurs à cliquer sur ce lien pour découvrir ses différents styles et la façon dont il s’adapte facilement aux différents projets.)

J’étais très curieuse de découvrir ce roman et je remercie une nouvelle fois Davy pour ce service presse, ainsi qu’Emmanuel pour la superbe dédicace personnalisée.

samedi 18 mars 2017

ZALIM, DE CARINA ROZENFELD #FANTASY


Il vit dans l'éther du monde des esprits. Il y dort, en attendant l'appel Parfois, on le réveille. Appelé pour protéger le royaume, il possède la puissance et la souplesse de la panthère, la vitesse du guépard, la vue de l'aigle, les défenses de l'éléphant, à la charge du rhinocéros, la force du scarabée, le feu et les ailes du dernier dragon. De l'homme, il a hérité l'intelligence et la cruauté. Quand on l'invoque, il vient. Pour agir, il doit investir un corps humain. De génération en génération, il trouve un hôte pour vivre. Il est dans mon sang, dans mon âme. Il dort en moi. Mais je ne le savais pas. Je - ne - le - savais - pas. Jusqu'au jour où j'ai appris que j'étais lui, que j'étais ZALIM...

Je remercie encore une fois Scrineo pour l'envoi de ce partenariat! J'ai lu quelques romans de Carina Rozenfeld (notamment le dyptique Phoenix que j'avais adoré!) et j'étais impatiente de la découvrir dans cette fantasy jeunes adultes!

J'ai été complètement emportée dans cette histoire. L'intrigue se déroule principalement au sein de la cour royale, nous faisons la connaissance des personnages principaux et secondaires : Le roi Yalmar, un homme qui semble perfide, égoïste, absolument pas responsable de son royaume. Dans cet univers, le couronnement est fait envers la femme. Mais la Reine décède en début de roman, laissant le Roi Yalmar seul aux rênes... J'ai aimé l'évolution de ce personnage, Carina n'y va pas de main morte avec lui, et j'ai ressenti qu'elle s'était vraiment amusée à le dépeindre.

jeudi 16 mars 2017

LA VIE ENFUIE DE MARTHA K, D'ANGELIQUE BARBERAT

 Un froid glacial la tire de l’inconscience. Autour d’elle, des parois métalliques et sales. La jeune femme ne sait pas comment elle est arrivée là et, pire, elle ne sait pas qui elle est.

Après des semaines, elle apprend qu’elle se prénomme Martha, qu’elle est française, mariée et mère d’un petit garçon. Personne ne peut expliquer pourquoi elle se cachait dans la remorque de ce camion, à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Elle moins que les autres, car son amnésie est totale. Et quand elle revient dans leur maison sur les bords du lac d’Annecy, elle découvre sa vie passée.

Mais elle ne se reconnaît pas dans la femme qu’on lui décrit. Une part d’elle-même a disparu, Martha en est certaine. Alors elle va enquêter. Que faisait-elle sur cette route lointaine, un matin de janvier ? Est-ce qu’elle fuyait ? Pourquoi n’avait-elle sur elle qu’un tube de rouge à lèvres ? Pourquoi, surtout, le sentiment que quelque chose – ou quelqu’un – lui manque atrocement est-il aussi ancré en elle ?

Après le succès de Bertrand et Lola suivi de Lola ou l’apprentissage du bonheur et de L’Instant précis où les destins s’entremêlent, Angélique Barbérat a choisi d’explorer les mystères de l’identité à travers le bouleversant personnage de Martha, en quête d’un amour égaré dans les méandres de sa mémoire.


Je remercie vivement les éditions Michel Lafon pour l'envoi de ce service presse. Depuis le temps que j'entendais Candyshy (oui je pointe du doigt) parler d'Angelique Barberat, j'ai sauté sur l'occasion pour découvrir son dernier roman paru le 02/02/2017.

Dans ce récit, l'auteure donne la parole à Martha Klein, une femme d'une trentaine d'années qui se réveille à l'arrière d'un camion à la frontière allemande. Martha est amnésique, n'a aucun souvenir, mais sait parler allemand. Ce qui laisse présager que cette femme retrouvée est originaire de ce pays. Pendant quelques semaines, elle va rester dans un foyer, jusqu'à ce que les services de renseignements fassent le lien avec cette femme disparue peu après le jour de l'an en Haute Savoie. C'est ainsi qu'elle va retrouver son foyer : son mari et son garçon de 10 ans. Martha découvre également qu'elle est enceinte, à un stade bien avancé. L'absence de souvenirs, de son passé, va permettre au lecteur de découvrir en même temps, et à travers les témoignages de ses proches, qui était cette femme. J'ai trouvé cette partie un peu longue, elle s'étale sur 150 pages et j'ai eu du mal à rester captiver. De plus, je ne lisais que les soirs, si je ne m'endormais pas avant, du coup, j'ai bien du mettre 3 semaines à lire cette première partie... J'aurai aimé que l'auteure passe un peu moins de temps sur cette partie, sachant qu'en 150 pages, plusieurs années s'écoulent.