jeudi 10 novembre 2016

Le matin en avait décidé autrement, de Salomé Vienne




"Et dis, tu fais quoi la nuit quand tu n'dors pas?
La nuit? La nuit, je pense à toi tu sais bien, à nos fous rire, à nos aventures, à nos batailles perdues d'avance, à l'instant où tu arriveras demain avec ton p'tit sac à dos rouge, à ma collection de billes que j'te jure-promis-craché que j's'rais prêt à toutes te les donner sur la tête de ma mère, à nos suspects dans la cour de récré qui sont sûrement des pirates, des loups-garousn des vampires, des gangsters quand le soleil se couche, à la maîtresse qui en secret est évidemment folle amoureuse du directeur, hei, ça s'voit trop, à la prof d'anglais hé,hé! qui est un extraterrestre en vrai, j't'assure que moi aussi j'ai vu ses yeux rouler dans ses orbites pendant qu'elle était au tableau, ouais, j'ai vu comme toi qu'elle flotte pour aller d'une classe à l'autre, et avec ça, crois moi, on tient des preuves carrément cool. A toi, à nos pieds qui touchent pas l'sol parce qu'on est trop petit et que les enfants ça vole quand ça s'asseoit un peu trop haut, alors que les adultes qui ont fini d'rêver et ben ça a des grandes jambes ridicules, bien fait pour eux. A toi bien sûr, tu sais la nuit, je rêve à toi."



Grâce à Nathalie des Editions Mnemos, que je remercie chaleureusement, j'ai eu l'honneur de lire le premier roman de Salomé Vienne : Le matin en avait décidé autrement, publié dans la collection Naos.

Déjà, j'étais intriguée par l'histoire présentée en 4e de couverture : deux enfants proches vont être séparés... Eda disparaît, le temps passe, et Théodore, arrivant à l'âge adulte, va tout mettre en oeuvre pour la retrouver. Mais Eda n'a pas seulement quitté le pays, elle est partie beaucoup plus loin, dans un univers dystopique, sombre et froid. Théodore parviendra-t-il à la retrouver?

J'étais très curieuse de découvrir une dystopie francophone. Et je n'ai pas été déçue du tout par ce roman bien au contraire.
A peine la première page lue, j'avais déjà basculé dans un rêve étrange. J'ai lu la première partie (une quarantaine de pages) d'une traite. Et une fois fini, j'avais l'impression de voler, de me sentir légère, de ressentir des choses qu'un livre m'a rarement fait atteindre jusqu'à présent. J'avais le coup de coeur profond, celui qui vous fait prendre conscience que vos futures lectures risquent de paraître fades tant l'écriture est soignée, parlante, percutante. J'ai donc du mettre cette pépite en pause afin de lire des romans plus axés jeunesse (La voie des Oracles 2, Saving Paradide et Sim Survivor) avant de replonger corps et âme dans l'histoire d'Eda et Théodore. Et le voyage fut incroyable!


En lisant ce livre, j'ai eu l'impression de flotter. Salomé Vienne arrive avec précision à entraîner le lecteur où elle le souhaite. Ainsi, nous basculons entre plusieurs personnages : Eda, cette jeune femme qui a disparu et qui semble détenir un immense pouvoir à l'origine d'une prophétie (et quel pouvoir, j'en ai été toute retournée tellement il est magnifique, grand, beau!!!). A travers son histoire et celle de Marnie, sa mère adoptive, nous découvrons un univers dystopique, sombre, gris, et décourageant. Un univers dans lequel les femmes sont soumises et traitées comme des objets voire pire.

Quand la parole revient à Théodore, ce dernier nous entraîne dans ses souvenirs d'enfance, les liens qu'il possédait avec Eda, l'amitié qu'ils ont développé. Et cet aspect nostalgie de l'enfance est traité merveilleusement! A travers ces mots, on ressent l'innocence des enfants, le plaisir de faire des jeux simples, des jeux inventés pour s'échapper de la monotonie du quotidien.

Puis nous avons également le point de vue d'Al,  l'éditeur, celui qui reçoit Théodore au début du roman. et ces incursions dans ses pensées intimes viennent perturber le lecteur et nous faire poser de nombreuses questions. Est ce que tout ceci est réel?

Donc non seulement la narration bascule entre les personnages et la temporalité, mais est également entrecoupée par des récits qu'Eda transmets à Théodore, et qui s'apparentent à des nouvelles, qui viennent agrémenter l'univers complet mais aussi permettre au lecteur de mieux comprendre les choses qui se déroulent. J'ai beaucoup aimé notamment l'histoire de l'échelle et de la lune, et également celle de Lou, qui je pense sincèrement en touchera plus d'un lecteur.

C'est également avec une plume onirique, poétique, musicale et captivante que Salomé Vienne parvient en parallèle à nous entraîner dans un univers sombre.

Je ne sais comment expliquer tout ce que j'ai ressenti, mais je crois que la dernière fois que j'ai eu une telle révélation littéraire, c'était lorsque j'étais au collège ou lycée et que je découvrais Arthur Rimbaud avec le dormeur du Val.

Bravo à Salomé Vienne pour ce roman qui est parfait à mes yeux et que je relirai avec un immense plaisir, et que je parsèmerai de post-it pour surligner les passages les plus percutants, les plus poétiques et les plus philosophes.

Le matin en avait décidé autrement est un roman d'ambiance, un roman qui vous capture et vous emmêne loin, grâce à une ecriture onirique, poétique, soignée. Entre rêve et dystopie, entre enfance et âge adulte, entre imagination et réalité, le lecteur décolle complètement et c'est avec une grande conviction que je vous recommande ce roman!

Retrouvez l'avis de Gilwen : http://livrementvotre.blogspot.fr/2016/11/le-matin-en-avait-decide-autrement-de.html

et de Koré : (A venir)

D'autres avis : Ma Vision du livre 






2 commentaires:

  1. J'adore ta chronique !!! C'est vraiment ça cette sensation de flottement et de légèreté. Que j'ai aimé ce roman... c'est vraiment une très belle ode à l'imagination qui fait retrouver le temps d'un instant son âme d'enfant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voui! je vais avoir des étoiles dans les yeux pendant un sacré moment quand je penserai à ce livre :D

      Supprimer