mercredi 20 juin 2018

LES SOEURS CARMINES 2, D'ARIEL HOLZL : BELLE DE GRIS


 
Paru en novembre 2017
ISBN : 978-2-35408-603-9
272 pages
Lecture Numérique
Editions Mnémos

Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons.

En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.


Après avoir passé un excellent moment avec le tome 1 "le complot des corbeaux" qui nous présentait le personnage de Merryvère, il était temps pour moi de m'attaquer à la belle et arrogante Tristabelle.
Je vous avoue que j'avais peur de lire le tome qui lui est consacré, car elle m'avait beaucoup agacé dans le tome 1. Personnage très égoïste, égocentrique, imbu d'elle même et manipulatrice, il faut dire que cela change de ce que l'on peut lire en général en young adult! 
J'étais à la fois inquiète, mais également, je me suis rapidement fait la réflexion qu'Ariel a du s'éclater à écrire ce personnage. Car il faut dire que cela doit faire un bien fou de dire la vérité aux gens sans s'embêter de formalités. C'est ce qui vous attend avec Tristabelle.

"Prenez en bonne note au passage : une bassine de marbre pleine d'eau glacée fait des merveilles pour raffermir tout ce qui peut l'être. Voire faire saillir certaines pointes, pour les rendre plus attrayantes. Je parle de mes cils et de mes pommettes, é-vi-dem-ment."

Dans le récit, elle s'adresse directement au lecteur qui est dans sa tête. Ainsi, nous avons à faire à de belles répliques bien cinglantes qui vous donneront le sourire. Cela rélève d'un exercice difficile, car il ne fallait pas que l'auteur tombe dans l'exagération tout en restant crédible pendant près de 300 pages.


Dans Belle de Gris, on va voir comment la belle aînée des Carmines va se débrouiller pour avoir un droit d'accès au bal qui permettra à la Reine de choisir sa nouvelle gouvernante parmi plusieurs sélectionnées. Autant vous dire que Tristabelle n'est pas sans idée, et que tous les coups sont permis.

Certaines scènes, voire la plupart, sont culottées et osées. Et c'est appréciable! A travers le vécu de la jeune femme, nous découvrons un autre pan de la société de Grisaille ; la société mondaine. Mais aussi la morgue, puisque Tristabelle se fera embaucher. Elle approchera aussi un culte de bonnes soeurs et autant vous dire, ce passage m'a énormément fait rire et j'ai adoré la façon dont Ariel Holzl se moque de notre société actuelle de façon subtile... (ou pas!)


Du côté des Carmines, on en apprend plus sur leurs origines. Par contre, je n'avais pas beaucoup de souvenirs du tome 1, notamment de la réapparition de leur mère et du bébé. J'ai l'impression que quelques années se sont passées mais je pense que je me trompe complètement. J'aurai juste du relire la fin du 1 avant de me lancer dans la suite. j'ai apprécié faire la connaissance du père de Tristabelle. C'est notamment grâce à ses explications que j'ai commencé à trouvé la demoiselle attachiante :) 

Quelques chapitres nous montrent ce que Merryvère fait, et j'ai aussi apprécié ces interludes, je me sens beaucoup plus proche de la cadette d'ailleurs, elle me fait rire avec ses maladresses et son esprit tête en l'air ! 

Par contre, comme pour beaucoup d'autres lecteurs/lectrices, l'absence de Dolorine s'est fait ressentir. Heureusement qu'à la fin, nous avons droit au premier chapitre du tome la concernant! Elle est tellement mignonne et rigolote, j'ai hâte d'en apprendre plus. 

J'ai passé un moment sympathique avec ce tome 2, mais j'ai quand même peur de rapidement oublier ce qu'il s'y passe; C'est, pour moi, un roman divertissant, dans un univers toujours original, mais qu'il faudrait que je lise plusieurs fois pour mieux m'en imprégner.


dimanche 17 juin 2018

LE VILLAGE D'EMMANUEL CHASTELLIERE

Paru en Mai 2016
ISBN : 978-2930853017
320 pages
Livre papier (dédicacé)
Editions de l'Instant

Une jeune fille se réveille un matin dans une demeure inconnue. Livrée à elle-même au coeur d'un village aussi étrange que désert, privée de ses souvenirs, elle va bien vite se rendre compte que les secrets de son passé sont liés à ceux des anciens habitants des lieux. Pour se défaire de ces liens invisibles et espérer quitter ce village aux allures de prison hors du temps, elle va devoir raviver les cendres d'un bûcher centenaire.


Lors des Imaginales 2017, j'ai assisté à une conférence passionnante sur "Récits angoissants, et ses personnages inquiétants." A la base, j'assistais à cette conférence pour écouter et encourager Rod Marty. Mais c'est bien là tout le bonheur d'écouter des conférences, c'est que cela nous permet de découvrir aussi des auteurs que nous n'aurions peut être pas oser aborder sur leur table de dédicace.
Ce fut le cas pour Emmanuel Chastellière, qui m'a très vite convaincue de me procurer son roman en énonçant quelques mots clés #HuisClos #Amnésie #angoisse ....

Puis en l'approchant pour acheter son roman, j'ai croisé Nicolas du site "Just A Word', qui m'a dit énormément de bien du livre (et de l'auteur). Ni une ni deux, j'ai fait dédicacer ce roman.

Emmanuel Chastellière a publié chez les éditions de l'Instant un recueil de nouvelles "Celestopol". Il a également traduit plusieurs romans étrangers.Son activité littéraire est plutôt bonne, puisque cette année sont sortis deux autres romans : Poussière Fantôme (jeunesse) chez Scrinéo, et l'Empire du Léopard (fantasy) chez Critic.
Ces deux titres ont  rejoint ma bibliothèque. 

Chers lecteurs, je dois aussi vous raconter ma GRANDE surprise concernant cet auteur. Je n'étais pas sans savoir qu'il faisait partie de la team d'Elbakin... par contre... quelle ne fut pas ma surprise en sachant qui il était dans la team.. A savoir, pour ceux qui connaissent : Gillossen.
Pourquoi vous raconter cela? Simplement parce que Gilossen est un des membres que j'aime le plus écouter dans les podcasts, et qu'en cas d'absence, j'ai tendance à ne pas écouter. (Désolée pour les autres membres). Simplement parce que j'aime sa façon de voir les choses et de les expliquer, et que je suis souvent d'accord avec lui.




Je suis donc très heureuse d'avoir découvert cet auteur par le biais des Imaginales, et de pouvoir aujourd'hui vous parler de mon ressenti sur son roman "Le Village".

Pour commencer, parlons esthétique : La sublime couverture est signée Marc Simonetti, un des plus grands illustrateurs (à mon sens) de l'Imaginaire! La 4eme de couverture présente un blurb ( = recommandation d'un autre auteur pour ledit roman) d'Estelle Faye : "Un premier roman qui avance en équilibriste, à la frontière ténue entre le livre pour adolescent et le livre sur l’adolescence. Qui parvient à saisir l’esprit de cet âge insaisissable, avec des références revendiquées à Peter Pan et des échos lointains de Sa Majesté des Mouches. Une histoire qui, comme ses héros, devient adulte dans l’épreuve, dans la douleur, avec une sensibilité et une magie à fleur de peau. Les premiers pas d’un auteur qui a déjà son univers, et qui donne envie de le suivre"
Plutôt classe pour un premier roman édité :) 

 J'ai immédiatement été plongée dans l'ambiance du roman, qui disons-le de suite, est le point fort du roman. Une jeune fille se réveille, amnésique, dans un village où le temps semble s'être arrêtée. Le lecteur se retrouve dans une ambiance très particulière, inquiétante et intriguante. J'ai pensé rapidement à des scènes dignes des séries de Zombies (pour ne pas en citer) et j'ai eu très vite envie d'en apprendre plus sur cette demoiselle et sur ce village.

Les premiers chapitres sont entrecoupés d'interludes qui nous projettent dans le passé du village. Ainsi, tandis que la jeune fille cherche à savoir qui elle est et pourquoi elle est là, et pourquoi elle ne peut pas s'échapper, le lecteur, lui apprend petit à petit la malédiction qui est tombée sur ce village de nombreuses années auparavant. Cela nous entraîne dans un milieu brumeux, et j'ai personnellement adoré. J'imaginais vraiment un voile sur ce village, dont les sites semblent changer de place tous les jours. Une sorte de rêve éveillé, ou plutôt un cauchemar... Très vite, la jeune fille va rencontrer d'autres "enfants perdus" qui survivent tous les jours aux docteurs de peste qui les pourchassent. La référence à Peter Pan est clairement présente ici!

Pour autant, j'ai eu du mal à distinguer les enfants perdus. Je n'ai pas spécifiquement réussi à m'attacher à eux. J'ai par contre été sensible aux différents thèmes abordés par l'auteur : le passage de l'adolescence à l'âge adulte, la recherche d'identité, de sexualité. Le besoin de se sauver également et d'aller de l'avant.
J'ai aimé les apparitions spectrales qui m'ont encore plus plongé dans cet univers angoissant!

J'ai pris le temps de le lire, bien que tous les ingrédients soient là pour tourner les pages à toute vitesse et savoir comment cela va se terminer. Mais pour une fois, j'avais envie de prendre le temps pour savourer cette ambiance particulière et mieux me rappeler des évènements.

En bref, j'ai passé un très bon moment de lecture, le rythme est bien mené, on en apprend petit à petit, et de façon à ce qu'on veuille toujours en savoir plus. Pour un premier roman édité, je dis BRAVO!



lundi 28 mai 2018

GOOD GIRLS LOVE BAD BOYS - ALANA SCOTT - TOMES 2 ET 3

   

Mon avis sur le tome 1.

J'ai enchaîné les deux derniers tomes de cette trilogie, je vais donc faire un avis commun à cette fin de série.

On retrouve Elodie directement après les dernières révélations faites par Zach dans le tome 1. Accompagnée de son amie Vic, Elodie va mettre en place un plan pour découvrir si Zach est vraiment le faucon, et si son activité tourne bien autour de la drogue.

Leur plan va cependant les mettre dans de sales draps. Forcément, avec le caractère têtu de la jeune femme, cette dernière demeure tout de même inconsciente des dangers et va se jeter dans la gueule du loup.
Elle va ainsi se retrouver dans les ennuis jusqu'au cou. Non seulement elle a risqué sa vie, mais son père, ne supportant plus son changement de comportement et ses actions rebelles, décide de la mettre à la porte. Cependant, il faut croire qu'il connait mal sa fille. Lui qui espérait une réflexion rapide et un retour à la maison le soir même, Elodie prend les menaces de ses parents au pied de la lettre et décide de se débrouiller pour survivre.

Dans le 3e tome, les évènements se déroulent 5 ans après. J'ai été déroutée par cette ellipse et je dois annoncer que c'est le tome que j'ai le moins aimé.


Alors qu'ai je pensé de tout ceci? Elodie est vraiment bornée, et cela a eu tendance à un peu m'agacer dans le tome 2. Je comprends qu'à 17 ans on se cherche et on ait besoin de s'affirmer, mais son plan pour découvrir la vérité était vraiment bien trop dangereux pour elle et Vic.
Dans le tome 2 on se focalise beaucoup sur le couple, et on voit un peu moins les camarades de lycée. D'ailleurs, on ne les voit pas du tout là bas. J'imagine que cette histoire se déroule sur quelques jours seulement, car tout s'enchaîne très vite. J'aurai aimé en apprendre plus sur Sarah, la petite soeur qui vit aussi des traumatismes. Comment s'en est elle sortie?

On apprend dans le tome 3 qu'en effet, les deux premiers tomes se déroulent sur 4 mois. Elodie et sa famille ont du s'éloigner par mesure de sécurité. La jeune femme, dorénavant âgée de 22 ans, a refait sa vie et est en phase de terminer ses études. Mais un drame la pousse à revenir à Saint Louis, où évidemment, elle va retrouver Zach et remettre en question sa vie actuelle et ses engagements auprès de son petit ami.

L'autrice répond à nos questions, notamment sur l'identité de son harceleur. Peu de surprises là aussi, même si la haine que cette personne éprouve est quand même dingue, sachant qu'à la base Elodie est relativement jeune.. Enfin.. J'ai trouvé quelques scènes un peu exagérées (notamment celle de la torture) et je ne sais pas du tout où Elodie trouve sa force physique et morale. J'ai cependant aimé à un certain moment la voir plus vulnérable et prête à céder. Zach est là pour la soutenir et semble mieux la connaître que quiconque. Ce jeune homme n'a pas non plus été mis de côté. Il a été envoyé en prison pendant quelques années pour une faute qu'il n'a pas commise, et là encore on découvre le vrai responsable. Et même si je peux essayer de comprendre les motivations du responsable, je trouve cela très très bas d'envoyer une personne en prison de cette façon, et sans aucun scrupule.

Pour rester assez évasive, c'est une trilogie que j'ai tout de même apprécier lire mais j'aurai aimé que les choses aillent un peu moins vite et que l'on ait des retours de certaines personnes...

Je remercie NetGalley et Harlequin pour leur confiance.


lundi 7 mai 2018

FIN DE MA CHAINE BOOKTUBE ??



Bonjour à tous,

Je me dois de vous faire cet article pour vous informer de mon absence sur Booktube.


En effet, avant la naissance de ma fille, je m'étais mis comme objectif de continuer de lire et de partager avec vous mes avis, sur la chaîne et sur le blog. Mais au fil des mois, je me suis rendue compte que j'avais de moins en moins de motivation, que je commençais à me forcer à tourner.. C'est assez difficile à exprimer.. l'envie était là, mais le résultat ne me plaisait pas. 




2017, l'année du changement 


En effet, après avoir observé les statistiques de ma chaîne fin 2016, je me suis rendue compte à ce moment que seulement 30% de mes vidéos étaient regardées. Cela met un coup au moral. Certes les 30 % de spectateurs font plaisir, mais cela ne suffit pas. C'est le piège de s'attarder sur les statistiques : C'est un cercle plus que vicieux dès lors qu'on se penche dessus et qu'on cherche une satisfaction à ce niveau. Quand on voit que nos vidéos sont vues en moyenne à 30%, comme je vous le disais, ça décourage. Et c'est là qu'on commence de plus en plus à vérifier, s'arrêter dessus, essayer de comprendre, chercher les meilleures heures/jours pour publier, chercher aussi quels livres pourraient être plus susceptibles d'attirer le spectateur. Et cela plombe complètement. J'admire les booktubeurs qui n'en tiennent pas compte,qui font des vidéos de 30 min sans se demander si les gens regarderont et qui font ca pour le plaisir, qui ne cherchent pas à couper leur vidéo parce qu'il y a des temps morts, ou des bugs de langage....
Pour en avoir pas mal parlé avec une copine streameuse, je sais qu'elle a rencontré le même problème et que cela l'a plongé dans une grosse déprime. Je ne veux pas en venir à ça, même si j'ai le sentiment que cela m'a atteint bien plus profondément... 

Donc en observant cela, j'ai fait une formation sur youtube créator afin de trouver comment faire évoluer ma chaîne. C'est alors que j'ai décidé de faire un avis par livre. Pourquoi? Tout d'abord car je me disais que cela servirait mieux l'auteur et sa maison d'édition, pour faire circuler l'avis que je réalise. C'est plus sympa si ces derniers veulent la conserver dans un registre sur leur site Internet. Puis je m'étais donné comme objectif de faire des vidéos de 5-7 minutes maximum! Parce que les gens décrochent vite, qu'il y a de plus en plus de chaînes et que les utilisateurs ont de plus en plus d'abonnements. Je m'étais donnée un objectif également de trois vidéos par semaine, sur des jours fixes, pour "fidéliser l'audience" comme on dit dans le jargon Youtube. Je m'étais fais un planning, alternant les vidéos booktube et les vidéos sur le bullet journal
Pour les vidéos bilan lecture, j'avais décidé de vous proposer des formats très courts, reprenant principalement ce qui m'a plu/déplu sans entrer dans le résumé et le détail, vous incitant par là même à cliquer sur mes avis uniques si mes avis vous interessaient. 
Je faisais aussi des vidéos Pile à lire en début de mois, même si je ne tenais pas mes engagements, cela me donnait des idées.

Et qu'en ai-je tiré? A la base, je savais que mes avis uniques attireraient moins de monde, et cela ne me gênait pas du tout, puisque je me suis toujours dit que les personnes qui viendraient voir mon avis seraient vraiment intéresses par le livre et resteraient jusqu'au bout.  Et En effet, j'ai remarqué que mes stats avaient doublé de cette façon. Plus mes vidéos étaient courtes, meilleures étaient mes stats. 
Mais cela entraînait peu de commentaires;

Par contre, les vidéos Bilans et PAL avaient une moins bonne audience mais parfois plus de commentaires (2/3 pas plus). Et là, c'est encore le cercle vicieux. Je me questionne : les spectateurs veulent surtout voir des listes de livres et non pas des avis. J'avais remarqué déjà cela avec les bookhaul. Cela remet en question le fonctionnement de ma chaîne. Pas que je veuille me coller à ce que vous voulez voir, mais sur ma satisfaction à tourner...  

2018 - REMISE EN QUESTION - ARRET DE MA CHAINE ?? 


Je me suis rendue compte que ma chaîne me ressemblait moins qu'avant. J'essaie encore de me trouver des explications, dont en voici certaines :

-J'ai l'impression de ne plus trouver ma place au sein de cet ensemble de booktubeurs, cette communauté qui grandit, et c'est tant mieux, car la lecture est importante et si cela peut encourager des adolescents à lire, c'est super génial. Mais je ne sais plus où me positionner. Je ne me sens pas légitime quand on me dit qu'en fantasy, quelques personnes me prennent en référence. Parce que je n'ai pas lu de grands cycles, ni de grands classiques dans le genre.. parce qu'il y a toujours des personnes (notamment des bloggeurs) beaucoup plus experts que moi.
De plus, cela fait maintenant 6 ans que j'ai ma chaîne, et en dehors de l'année dernière, je n'arrive pas à me renouveler, je ne sais pas comment innover, je n'ai pas d'idées.... En un an ma chaîne a stagné en terme d'abonnés. Cela ne me gêne pas en soi, ce qui m'ennuie, c'est le ratio entre nombre d'abonnés et vues sur mes vidéos. De nombreuses fois, j'ai eu l'envie de recommencer une nouvelle chaîne, en me disant que je préfèrais peut être avoir moins d'abonnés mais un nombre de vue plus proche de ce nombre d'abonnés. Mais je ne l'ai jamais fait, car je suis "connue" sous ce pseudo, et sur cette chaîne. 

- Quand je regarde d'autres chaînes booktube, je me rends compte que les personnes arrivent à parler en une seule fois des livres, tandis que moi, je me suis tellement mis la pression sur le montage que je fais énormément de coupures. Soit pour supprimer les hésitations, ou mes bégaiements. J'ai perdu confiance en moi, j'ai l'impression de n'être plus capable de raconter un livre sans devoir me reprendre de nombreuses fois. Quant à mes avis, ils sont décousus et j'arrive beaucoup mieux aujourd'hui à les construire, les synthétiser, les représenter de façon écrite. 

Je vais être totalement transparente avec vous : ce qui m'a aussi fortement démotivé, c'est l'absence de commentaires sur l'ensemble de mes vidéos. Faire une vidéo, cela demande un travail assez important : la mise en place, la préparation de soi même, savoir quoi dire.. Puis le montage qui peut prendre des heures, je m'applique depuis plus d'un an à faire des vidéos spécialisées, des vidéos courtes également... 
Pendant un temps, j'essayais de me focaliser sur les pouces, mais cela ne suffit plus à ce jour. Pour moi, l'un des interêts premiers d'avoir une chaîne Youtube, c'est d’interagir avec les spectateurs, et cela me manquait trop. 
Je ne néglige pas ceux qui m'en postent, je vous en remercie, vous me témoignez une "fidélité" depuis de nombreuses années et j'espère que vous ne serez pas blessé. Mais dans une société virtuelle où tout doit évoluer et beaucoup plus vite qu'on le pense, le créateur de contenu soucieux peut vite se faire happer par toute cette démarche. 

Je sais aussi que le facteur personnalité et sympathie joue. Que l'âge peut aussi intervenir. Quoi que là encore, je me rends compte que certaines chaînes grandissent en abonnés, malgré des difficultés rencontrées, car plus la chaîne est connue, plus il y a de haters, et que finalement, ce n'était pas un facteur. J'avais aussi pensé que c'était lié à mes goûts littéraires, pourtant assez heclectiques. Certes, je lis surtout de la fantasy, mais je lis aussi du contemporain, de la BD, de la romance, du thriller de temps en temps etc etc. 


Au fil de ces nombreuses remises en questions est arrivé un scandale en avril. Je reviendrai brièvement dessus sans entrer dans les détails : une lecture commune qui s'est mal déroulée, laissant apparaître publiquement nos avis négatifs et nos contre arguments, parfois dit abruptement, aux yeux de son auteur. Cela a tout fait basculé. Culpabilité d'avoir offensé et blessé un auteur, remise en question sur le fait de "devons nous dire si nous n'avons pas aimé, si on ressent que l'auteur n'est pas réceptif aux avis négatifs", comment tourner un avis mitigé en sachant le scandale que cela a crée etc etc.... Cela a fini de me décourager.

Après cette histoire, j'ai eu de nouveau un avis mitigé, je me suis sentie obligée de prévenir l'auteur que mon avis ne serait pas dithyrambique (ce n'était pas le même auteur) de peur que cet artiste soit aussi émotif que le précédent. Et puis la question : qui sommes nous au final pour juger d'un livre? 



Enfin, il y a les Services de Presse : Je suis vraiment ravie d'avoir des partenariats, même si j'ai énormément de retard et là aussi, je m'étais fait un sang d'encre fut une époque. C'était notamment lié à un éditeur dont je tairai le nom qui imposait des chroniques le mois suivant la réception. Alors oui, je sais que les articles sont super importants dans les semaines qui suivent la sortie pour booster la parution du roman, mais quand on a plusieurs partenaires et un  grand nombre de romans qui grandit, pas facile de respecter le mois de lecture. Heureusement, de nombreux éditeurs en ont conscience et préfèrent que les lecteurs partenaires lisent les livres quand ils en ont l'envie. Là aussi le bât blesse.. Cela fait des mois et des mois que j'essaie de diminuer mes SP. Mais la tentation est trop grande. A ce jour, j'ai réussi à stopper mes partenariats avec Hugo & Cie (en dehors des romans d'Emma Cavalier), et je refuse toute demande de partenariats ponctuels venant d'auteurs auto-édités ou de maison d'éditions avec qui je ne suis pas déjà partenaires. Honnêtement, j'ai plus d'un an de retard sur certains SP. J'essaie de travailler la dessus, en me disant que ce n'est pas grave si je ne prends pas de SP. Je me suis inculquée une règle pour certaines Maisons d'éditions : ne pas leur en demander tant que je n'ai pas lu le précédent. Cela m'évite de prendre un retard monstre pour certaines petites maisons d'éditions (je pense notamment aux Indés de l'Imaginaire ou à Taurnada). 

Bref... 
 Tout cela pour vous dire qu'à force de  me mettre des objectifs de pile à lire, des challenges, de faire ci, de regarder cela, de devoir faire des vidéos courtes etc etc, j'ai perdu l'objectif premier : me faire plaisir!!! et cela c'est GRAVE!!

Vous imaginez donc bien maintenant le cercle vicieux dans lequel je me suis retrouvée. Ca m'intoxiquait et il était temps d'agir. Après cela, j'ai décidé de prendre énormément de recul sur ma chaîne, sur les réseaux sociaux également, et de me rapprocher de ce qui est le plus important pour moi :  lire ce qui me fait plaisir sur le moment, faire des LC en privé avec des personnes de confiance et surtout avec mes acolytes de choc,  et écrire mes avis par écrit en fournissant les détails que je veux, en précisant si je spoile ou pas. 

La gestion de mon blog est totalement différente! Je ne me suis jamais arrêtée sur le nombre de vues, ou sur le nombre de commentaires. Je le considère plus comme un journal de lecture, où j'épanche mes avis, pour ne pas les oublier. Et tant mieux si des visiteurs viennent me lire, ça fait plaisir surtout si je vous donne envie de découvrir ce livre, ou si on peut partager nos ressentis par écrit. Je ne m'arrête pas aux stats, et je vis mon blog avec plus de légèreté. Je prends toujours plaisir à écrire un avis, cela me permet de me vider la tête, de mettre en place mes idées, de trouver comment bien tourner mes chroniques; Cela me permet de travailler également mon esprit de synthèse et de critique. C'est un réel plaisir que j'entretiens depuis des années maintenant.

Tout ça pour vous dire que pour l'instant, je ne sais pas encore si ma chaîne est en pause longue durée ou en arrêt définitif. Pour l'instant, je n'ai pas du tout envie de la reprendre mais vous pourrez toujours découvrir mes avis ici même, et sur les sites sur lesquels je les partage (livraddict, babelio principalement). 

Je vous livre rarement mes états d'âme, si vous êtes parvenus à me lire jusqu'à la fin, je vous en remercie du fond du coeur ! Je ne remets évidemment pas en question les magnifiques rencontres et amitiés que nous avons liées avec certain(e)s d'entre vous grâce à cette chaîne et les vôtres :)

Bisous ! 

dimanche 6 mai 2018

NOS AMES JUMELLES, DE SAMANTHA BAILLY #JEUNESSE #CONTEMPORAIN

Paru en Mai 2015
ISBN:978-2700242881
320 pages
Livre papier (dédicacé)
Rageot Edition


Sonia est la plume, Lou le crayon.
Ensemble, elles inventent, osent, racontent, décrivent...
Y seraient-elles parvenue l'une sans l'autre ? 
De virtuel sur un forum, leur duo peut-il leur faire vivre une amitié réelle ?

Cette histoire, je voulais surtout la lire pour découvrir à travers les personnages de Sonia et Lou la vraie rencontre de Samantha et de son amie Mia. Sonia et Lou se rencontrent sur un forum de créateurs. Lou dessine, Sonia écrit. Très vite, elles vont avoir un coup de coeur virtuel et vont créer des strips ensemble. Leur amitié est fusionnelle, et ce malgré la distance qui les sépare. Et rien d'étonnant à voir des amitiés se nouer autour d'Internet. Aujourd'hui, nous sommes plusieurs générations à en témoigner, moi la première avec mes amies les plus proches que j'ai rencontrées soit sur un jeu en ligne, soit par le biais de la lecture sur des forums !

Samantha Bailly fait plusieurs références culturelles tout au long du récit, notamment avec l'évènement de la Japan Expo qui se déroule chaque année à Paris au mois de juillet, et qui sera l'avènement de la rencontre entre les deux jeunes filles. Elle cite aussi beaucoup le dessinateur Boulet, fait des références à Death Note etc etc!

Elle aborde aussi de nombreux thèmes qui bouleversent la vie d'adolescents : tandis que les parents de Lou ont divorcé et qu'elle a du mal à gérer cette séparation qui a notamment éloigné son père à des centaines de kilomètres, Sonia, elle, regrette un peu le laxisme dont ses parents font preuve. Elle préfèrerait avoir un cadre plus familial plutôt qu'une vie où chacun mange à l'heure qu'il veut et fait ce qu'il veut de sa vie. 

Elle parle aussi de l'intégration au lycée, les difficultés rencontrées en fonction de son physique, de ses orientations sexuelles. Elle prévient aussi les risques liés à la virtualité notamment avec le personnage flou incarné par "Eru Roaito", l'un des membres du forum d'écriture.C'est un roman qui parlera à tout adolescent! 

La plume de Samantha est toujours aussi fraîche et agréable à lire, cela faisait quelques années que je ne m'étais plus penchée sur un de ses romans (vous pouvez trouver mes chroniques d'Oraisons, Métamorphose, les stagiaires, ce qui nous lie et souvenirs perdus) et j'ai pris plaisir à retrouver son style fluide et sa façon dont elle développe et rend réel ses personnages!

J'ai passé un bon moment de lecture, je n'ai cessé de me demander si les faits racontés sont des faits réels vécus par Samantha et Mia, et je compte lire la suite très rapidement ! 

jeudi 3 mai 2018

LES SEIGNEURS DE BOHEN , D'ESTELLE FAYE #FANTASY #PLIB2018

Paru en Mars 2017
#ISBN:9791090648869
592 pages
Livre papier
Edition Critic
Finaliste du #PLIB2018

Je vais vous raconter comment l'Empire est mort. L'Empire de Bohen, le plus puissant jamais connu, qui tirait sa richesse du lirium, ce métal aux reflets d'étoile, que les nomades de ma steppe appellent le sang blanc du monde. Un Empire fort de dix siècles d'existence, qui dans son aveuglement se croyait éternel. J'évoquerai pour vous les héros qui provoquèrent sa chute. Vous ne trouverez parmi eux ni grands seigneurs, ni sages conseillers, ni splendides princesses, ni nobles chevaliers... Non, je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l'escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wens, le clerc de notaire, condamné à l'enfer des mines et qui dans les ténèbres découvrit une nouvelle voie... Et de tant d'autres encore, de ceux dont le monde n'attendait rien, mais qui malgré cela y laissèrent leur empreinte. Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra. 



Après mon avis sur un éclat de givre, me revoilà pour vous parler cette fois ci des Seigneurs de Bohen! 
Bon OK, pour ceux qui suivent régulièrement mon blog ou ma chaîne, vous savez donc que j'avais déjà lu ce roman en début d'année, mais que j'étais restée sur ma faim. J'ai donc décidé de le relire et mes amies Claire du blog Livrement Vôtre et Ingrid de la Biblio de Koko se sont jointes à moi. C'était également une relecture pour Claire, mais une découverte pour Ingrid.

Et autant être honnête, j'étais complètement à côté de la plaque lors de ma première lecture. Je pense que je ne l'avais pas lu au bon moment, et que j'avais donc survolé de nombreux passages, que j'ai pris plaisir à découvrir à nouveau. Toutes les questions que je m'étais posée à la base ont trouvé réponse. Je me suis sentie vraiment bête face au premier avis que j'avais pondu. J'ai aussi eu la chance de pouvoir beaucoup échanger avec Estelle tout au fil de ma lecture. Elle est donc bien informée que j'étais à côté de mes pompes la première fois, et c'est pour toutes ces raisons que j'ai décidé de supprimer la vidéo et l'article dans laquelle j'en avais parlé, pour repartir à zéro et rendre à César ce qui lui appartient :)

Et pour le coup, whaou quelle lecture!!! Les Seigneurs de Bohen est un récit complet, complexe, riche, foisonnant, et super bien construit. Entre mythes, vengeance, complots, magie, le lecteur n'est pas en reste et découvre toutes les richesses de cet univers. Je me suis rendue compte qu' Estelle nous proposait déjà des éléments de réponse dès les premières pages, le tout avec une plume très subtile et soignée.  
L'histoire prend place sur une année complète, on découvre les changements de saison notamment grâce aux interludes glissées par Ioula la Perdrix, est une narratrice externe qui a observé la chute de l'empire. 

Le lecteur novice en fantasy peut un peu se perdre, du fait des multiples personnages. Si tel est votre cas, n'hésitez pas à vous faire des petites fiches  pour vous aider. Pour ma part, lors de ma première lecture, je me posais des questions sur une nonne que l'on rencontre dès les premières pages. Mais n'ayant pas retenu son  prénom (Domnenica), j'ai cru qu'on ne la revoyait plus du tout par la suite, alors que si, on sait bel et bien ce qui advient d'elle. Ce récit peut donc demander un minimum de concentration pour bien cerner tous les détails fournis par l'autrice.


Il se nomme Sorenz. Sorenz ab Abahain, car on l'a trouvé au bord d'un fleuve, dans une lointaine contrée de l'Ouest. C'est la légende qu'il s'est créée, en tout cas. Et ses hommes portent un insecte noir sur la manche. 

Tout au long de ces 600 pages, nous allons découvrir de nombreux personnages, qui vont, à leur manière, participer à la chute d'un Empire vieux de 1000 ans. 

Ces personnages font l'histoire. Pour ma part, j'ai eu une préférence pour Sorenz, qui incarne le héros typique d'un roman d'heroic fantasy! Sa personnalité est ambiguë et il est plein de mystères, et tout au fil de sa découverte, on ne peut que s'attacher de plus en plus à lui et à son désir de renverser le pouvoir. Jusqu'aux dernières pages, on a espoir en lui et en ses stratégies de guerre. 


Saint Etoile est le premier personnage que l'on rencontre, et j'ai aimé son caractère, ses petits vices, et surtout ses échanges avec Morde, qui est, quant à lui, l'un des personnages les plus hilarants. Implanté dans le crâne de Saint Etoile, il nous sert de délicieux dialogues et punch line tout au long de ses échanges avec son propriétaire. Cela apporte de l'humour et un peu de légèreté à ce récit.

Les femmes sont aussi bien représentées dans cette histoire, avec principalement Maeve la morguenne, qui vient des Havres et maîtrise une certaine magie. A sa manière, elle représente également la liberté : dans ses relations, mais aussi dans son envie de partir sur les Océans. 
Sigalit  a un passé mystérieux et deviendra un élément clé dans la révolution qui se prépare à Serna-Chernik.
Je reviens sur Domnenica, la nonne, c'est un des personnages secondaires qui m'a vraiment marqué et que j'ai adoré redécouvrir. Sa quête est noble, et elle est surprenante au combat. J'ai aussi aimé rencontrer Nasha et son équipe. 
Je pense également à celles qui m'ont laissé perplexe comme Othilie, ou la princesse Yule.

Je ne peux pas m'étaler sur tous les personnages car il y e n a une sacrée panoplie et je préfère que vous les découvriiez par vous même !


" Il parlait de changement. Il expliquait que le peuple pouvait renverser un empire, que cela s'était déjà vu., que cela se verrait encore. Mais aussi, il disait que les hommes n'avaient pas uniquement besoin de pain, de toits lorsqu'il pleuvait, de bois pour le feu en hiver. Ils avient besoin d'être libres. Libres quelques que fussent leurs talents, leurs religions, leurs amours. Libres de pratiquer la magie, de vénérer le Verbe Créateur, le Feu ou la Dame des Mers tant qu'ils laissaient en paix leurs contemporains. Livres d'aller et venir dans tout l'empire, sans servage, sans péage, sans murs et sans barrières"

Un tel monde peut il exister? Estelle Faye va nous montrer tous les vices et les noirceurs de l'Empire existant : les traîtres à l'Empire (notamment ceux qui auraient lu l'ouvrage profané "de la fin de l'Empire") se retrouvent asservis dans les mines de Katow Ser à survivre dans des conditions atroces, des enfants sont kidnappés, sans savoir dans quel but, des révolutions sont en marche, la magie est interdite dans de nombreuses contrées de l'Empire, et beaucoup de secrets sont cachés aux yeux des habitants. L'histoire de l'Empire est bâtie sur une légende afin d'effrayer les personnes qui désireraient se rebeller. Tout au long du livre, on peut découvrir cet esprit de dark fantasy. Si à la base je m'attendais à découvrir ceci avec beaucoup plus de transparence, durant ma relecture, je me suis rendue compte qu'Estelle Faye cherchait avant tout à rendre ce monde réel, sans faire de surenchère de Dark Fantasy, mais en racontant aux lecteurs quelques bribes de vie que traversent nos héros. Suicide en masse, esclavage, mutilation, quartiers pauvres....


Ce chant, elle ne l'avait jamais entendu, mais elle savait de quoi il s'agissait. C'était la complainte des êtres d'eau, la mélopée dont ils se servaient pour attirer les enfants sur la plage à marée basse et les noyer dans les trous d'eau. 


Au niveau mythologie, on retrouve des inspirations nordiques, arabes et celtes (il me semble). J'ai aimé découvrir tous ces monstres et créatures surnaturels : goules, golems, ashrays, vouivres, métamorphes etc etc.... Comme dans tous ses romans, Estelle Faye parvient à les intégrer et nous faire croire qu'ils existent réellement ! 

En bref, vous aurez certainement compris que j'ai finalement adoré cette lecture, très riche, très dense. Pour l'avoir déjà relu, je pense que d'autres relectures seraient bienvenues tant Estelle Faye injecte des détails dans son univers. Je suis certaine que chaque relecture apportera son lot de nouveauté, et de réponses.
Apparemment, Estelle est en train de travailler sur une suite, et je serai heureuse de la découvrir, car après une telle aventure, j'ai envie de savoir ce que sont devenus l'ensemble des personnages, et quel monde ils ont crée ensemble! 




mercredi 2 mai 2018

BILAN AVRIL : lectures et bookhaul


Mes livres lus : Lien vers mon avis en cliquant sur la couverture

  
     
       


Mes réceptions :




                  



mardi 1 mai 2018

MES CONSEILS POUR DEBUTER EN FANTASY



Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien, je suis plus que ravie de vous retrouver dans cet article, qui me tenait à cœur et que je souhaitais  partager avec vous depuis longtemps ! 
Cet article a pour but d’aider des lecteurs qui souhaitent débuter dans la fantasy mais qui ne savent pas vers quoi se diriger. Je tiens à vous préciser que je n’ai pas encore fini certaines sagas citées mais qui restent des valeurs sûres pour les novices de ce genre.
N’hésitez pas à partager vos avis dans les commentaires J C’est parti !

Mon lien à la fantasy


Depuis toute petite, je me berce avec des histoires de fantasy. Tout d’abord grâce à des films tels que Princess Bride, réalisé  par Rob Reiner en 1987 et inspiré du roman éponyme de 1973 écrit par  William Goodman, Willow, réalisé par Ron Howard en 1988 , La caverne de la rose d’or, téléfilm en 5 épisodes, réalisé par Lamberto Bava et diffusés entre 1991 et 1996...

Mais surtout, mon amour pour ce genre est dû à l’Histoire sans Fin, réalisé en 1984 par Wolfgang Peterson, inspiré du roman éponyme de Michael Ende publié en 1979.
Ainsi, mon culte pour la fantasy a commencé par le cinéma avant de me tourner vers la littérature.

Bien évidemment, le livre qui a été le plus dans mes mains n’est autre que l’histoire sans fin, que j’ai lu plusieurs fois durant mes années collège.
J’ai tant aimé découvrir l’aventure de ce petit garçon nommé Bastien qui avait du mal à s’intégrer dans son école et à qui je pouvais facilement m’identifier, le voir se faire littéralement happer dans ce livre « l’histoire sans fin » et atterrir dans le pays fantastique, dirigé par la petite impératrice,  et ravagé par le Néant Bastien y rencontre Atreyu (<3), ce jeune guerrier missionné pour trouver un remède  et guérir le pays fantastique
Dans ce livre on voit de tout : des dragons, des lutins, des sorcières,  des araignées et des tortues géantes ! On découvre aussi des valeurs importantes comme le courage, l’amitié, l’entraide !
Ce livre est parfait pour les jeunes lecteurs !
Pour ceux qui connaissent le livre ou le film, comment ne pas pensez à cette scène terriblement bouleversante avec Artax !
Mais avant de vous donner d’autres recommandations, je pense qu’une définition de la fantasy s’impose. En tout cas, une définition telle que moi je la perçois…






Qu’est-ce que la fantasy ?





La fantasy est un récit de fiction destiné à divertir et dépayser le lecteur. Il est situé à la frontière du merveilleux et du fantastique, et prend très souvent ses sources dans l’histoire, les mythes, et les légendes. En fantasy, l’auteur invente un univers complet – Très souvent d’ailleurs, les livres sont accompagnés d’une carte pour permettre au lecteur de repérer le voyage accompli par les héros. L’auteur intègre souvent un système religieux, économique, commercial et/ou politique. Contrairement au genre fantastique, en fantasy, les personnages ne sont pas surpris de croiser des créatures surnaturelles telles que des gnomes, des nains, des orques, des fées, des sirènes, des trolls, et que sais-je encore… De plus,  il est tout à fait normal pour eux de côtoyer la magie ou d’affronter des monstres légendaires.
Petite nuance donc avec le fantastique qui lui, introduit des éléments surnaturels dans notre société, pour nous faire douter de la réalité de notre monde, comme dans Harry Potter de JK Rowling, ou les chroniques des Vampires d’Anne Rice.

Ce qui plait également en fantasy, c’est le fait de lire avec détachement et recul des conflits rencontrés dans notre quotidien. Ainsi, le lecteur découvre souvent de grands combats épiques, des guerres de religion, des problèmes de minorités, qui sont ici abordés avec clairvoyance et permettent aux lecteurs de réfléchir malgré tout à notre monde actuel.

En revanche, je rencontre beaucoup de personnes qui sont rebutées par ce genre notamment à cause des longues descriptions développées par l’auteur. Mais qui dit univers inventé dit minimum de détails à fournir au lecteur pour s’en faire une idée. Je reconnais que beaucoup de personnes ont tenté de lire le seigneur des anneaux très jeunes, et pour cette trilogie soit ça passe, soit ça casse. Car il faut rappeler que les 150 premières pages ne décrivent que la vie quotidienne des hobbits. Mais tous les livres de fantasy ne commencent pas de cette façon…
J’espère que mes conseils vous seront utiles…



SAGAS, TOME UNIQUE ? ADULTE, JEUNESSE ? 




Dans les différents articles que j’ai pu lire, de nombreux blogueurs recommandent de longues sagas. Vous allez en découvrir certaines ci-dessous, mais  je vous propose également des one-shots, peut être plus accessibles pour découvrir le genre. 

Démarrage en douceur 



ONE SHOT / L’héritage des rois passeurs, de Manon Fargetton :  on va découvrir l’histoire de deux jeunes femmes que tout oppose mais qui ont malgré tout leur destin entremêlé : d’un côté Enora, une humaine, de l’autre Ravenn, une princesse guerrière. La force de ce roman est dans l’écriture et la structure du roman. A travers une plume fluide et théatrale, Manon Fargetton oppose plusieurs éléments : deux mondes et deux histoires parallèles. C'est très visuel, captivant, addictif, et ça déconnecte de la réalité. Sans parler qu'avec ce roman, Manon Fargetton fait une belle place aux femmes qui sont au centre de cette histoire. Combattantes, déterminées, elles savent ce qu'elles doivent faire pour s'affirmer et gagner leur combat. 
Un spin-off est paru sous le nom des Illusions de Sav Loar, mettant en avant l'un  des personnages secondaires. 








Vous pouvez aussi vous diriger vers David Gemmell, qui pour moi, est une référence.  Le cycle des Drenai contient 11 tomes, mais qui peuvent tous être lus séparément. Pour ma part, je vous recommanderai celui avec lequel je l’ai découvert : Légende. On est dans de l’Heroic Fantasy, où l'on découvre un guerrier d’une quarantaine d’années, un sacré mercenaire, qui a su se faire une renommée à travers tous ses combats. C’est sombre, mais l’histoire est tellement prenante !














ONE SHOT  / Le Dieu oiseau, d'Aurélie Wellenstein : Un roman paru cette année qui m'a énormément plu et que je rajoute à cet article : je trouve que c'est un roman parfait pour découvrir le genre. On découvre l'histoire d'un esclave qui vit pour se venger de son maître et part faire une compétition qui a lieu tous les dix ans pour désigner le nouveau clan qui régnera sur l'île. C'est un page turner, les descriptions sont légères et l'immersion totale! 















Si vous vous sentez l’âme plus brave et que vous désirez attaquer par une trilogie, voici quelques conseils :




Le pacte des Marchombres, de Pierre Bottero : Ici on est dans de la fantasy jeunesse. Normalement, il faut lire dans l'ordre chronologique la quête d'Ewilan mais personnellement, je le catégorise plus en fantastique. Tandis que le pacte des Marchombres se déroule uniquement  dans le monde de Gwendalavir, où on découvre la quête initiatique et pleine de rebondissements de la jeune Ellana qui, après avoir assisté au meurtre de ses parents, se fait recueillir par le petit peuple. Son histoire est pleine d’action, le tout écrit par une plume poétique, intégrant des messages emplis d’espoir, d’amour. C’est beau et on en redemande !








En adulte, toujours avec nos perles francophones, je vous conseillerai plus d’aller vers la trilogie du puits des mémoires de Gabriel Katz. L’histoire est simple et très addictive : Trois personnages se réveillent dans un chariot, complètement amnésiques. Ils vont devoir fuir ceux qui les traquent tout en partant à la recherche de leur passé et de la raison qui les a amené à se retrouver enfermer dans ce chariot.
La plume de cet auteur fait mouche à chaque fois, le monde est très facile à assimiler, ses personnages sont haut en couleur, sa plume glisse sous vos yeux comme un chocolat sous votre langue ! Par contre, je ne vous mentirai pas, prenez vos précautions, car ses fins sont souvent de grosses claques et qu’il vous faudra la suite instantanément !











Le secret de Ji de Pierre Grimbert. Je n’ai lu que le tome 1 pour l’instant, c’est un roman très souvent conseillé pour débuter. On part sur un mystère qui entoure un groupe de personnages qui vont devoir partir sur l’ïle de Ji. Ils ont bien peu d’informations, malgré les dangers qui entourent ce périple. C’est une trilogie qui peut se prolonger si vous aimez l’univers avec 2 autres cycles à lire après.

















Enfin, si vous êtes des warriors, voici 3 sagas à découvrir :



La belgariade, de David Eddings : là on est dans un schéma classique de la fantasy : un garçon anodin va découvrir qu’il n’est pas si ordinaire que cela, et va devoir partir faire une quête initiatique pour accomplir une prophétie. C’est classique oui, mais ça se lit vraiment bien et c’est parfait pour commencer et se familiariser avec le genre.  Le cycle de la Belgariade fait 5 tomes et tout comme pour le secret de Ji, vous pouvez ensuite poursuivre votre immersion avec d’autres cycles dans le même univers.













Les bannis et les proscrits de James Clemens : Une saga en 5 tomes qui nous entraîne auprès d'Elena, cette adolescente de 13 ans qui va voir ses pouvoirs de sorcière se révéler le jour de ses menstruations, et qui va se faire pourchasser par les hordes du seigneur noir. Ici vous trouverez de nombreuses créatures surnaturelles, des trolls, des métamorphes, des sirènes, des nymphes, des elfes…. Le tout écrit avec des points de vue différents à chaque chapitre, ce qui permet un dynamisme certain au rythme du récit.













Enfin, qui serais-je si je ne vous parlais pas de mon autrice préférée en fantasy, à savoir Robin Hobb. 

Très connue pour son cycle de l’assassin royal, je connais beaucoup de personnes qui se sont aventurées dans ce genre littéraire avec cette saga. Cependant, je veux vous avertir que vous partez pour de très longues heures de lectures.
Sans vouloir vous décourager puisque j’adore tous ses romans, l’assassin royal est une série écrite en plusieurs cycles :  le premier cycle fait 6 tomes, on découvre l’enfance de Fitz Chevalerie, un enfant bâtard aux pouvoirs hors du commun. Il va devenir l’assassin du roi et sa formation va être longue, douloureuse.. La richesse de l’assassin royal se trouve aussi bien dans ce garçon anti-heros qui souffre beaucoup, mais également à travers tous les personnages secondaires inventés par Robin Hobb. Chacun d’entre eux à une personnalité très recherchée et complexe. De plus son univers ne s’étend pas qu’à cette saga, puisque si vous voulez découvrir l’histoire d’un point de vue chronologique, vous pouvez insérer à la fin de ce cycle la saga des aventuriers de la mer, en 9 tomes.
J’ai lu les romans dans l'ordre chronologique de l'univers des six duchés et je ne regrette absolument pas, car en reprenant le second cycle de l’assassin royal, j’ai pu découvrir des cross-overs et des révélations de dingue !! Mais si vous ne comptez pas lire les aventuriers de la mer (mais vous l’aurez compris, je vous encourage tout de même car c’est de la bombe !!) vous pouvez enchaîner directement avec le second cycle.
A SAVOIR : J'ai lu et Pygmalion ont publié des versions intégrales, les romans sont certes gros mais cela peut être plus agréable à découvrir. Les premières éditions en poche ne respectaient pas la tomaison originale. 




Vous en voulez encore?


On peut encore pousser les critères de recherches un peu plus loin soit en se focalisant sur la nationalité de l’auteur, soit en fouillant dans les sous genres de la fantasy.

Si ces idées vous intéressent, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires afin que je puisse vous faire d’autres articles sur ce thème ! 



En conclusion 



A travers cet article, j’espère vraiment vous avoir donné de quoi trouver votre bonheur. 
Le choix de romans est si large qu’il n’a pas été simple de faire une sélection, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires par quoi vous-mêmes avez commencé la fantasy, ou si vous avez des envies particulières afin que je puisse bien orienter mes conseils. 

J’espère que cette sélection vous aura plu, en tout cas je me suis fait un plaisir de la réaliser ! Sur ce, je vous souhaite à tous de très belles lectures, et à bientôt !