mardi 6 octobre 2020

Rozenn 2, de Laetitia Danae



 


Fin 2018, j'ai eu la chance de découvrir le tome 1 de Rozenn, grâce à ma participation au PLIB et à la générosité de l'éditrice Plumes Blanches qui nous avait offert le titre en partenariat.

J'avais été totalement enchantée et dépaysée par l'histoire de Rozenn et ses soeurs Djinn, parties découvrir la famille du Sultan afin de trouver un accord pour un mariage arrangé entre les deux clans. Mais le tome 1 était déjà loin d'une romance à la Kiera Cass (La selection) comme j'aurai pu le penser au départ. IL s'avère que très vite, la plume de l'autrice m'avait emporté et ses thèmes avec : esclavage des djinns, combat pour leur liberté, tout cela agrémenté par la touche orientale qui apportait son lot de voyage et de dépaysement.

Lorsque j'ai lu a publié le tome 1 en poche, j'étais déjà super contente pour l'autrice. Surtout que je trouve les couvertures absolument magnifiques. J'ai eu la chance que l'éditeur accepte donc de m'envoyer le second tome pour le lire également en partenariat. 

Contrairement à d'autres SP que je peux laisser de côté car ce n'est pas le bon timing, j'ai voulu immédiatement replonger dans cette ambiance au 1001 nuits ou d'Aggrabah.




L'histoire reprend immédiatement là où on l'avait laissée, et je ne peux malheureusement trop en dire pour ne pas spoiler. Je vais donc me concentrer sur ce qui m'a plu dans ce second et dernier tome :  Tout d'abord, j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver l'ensemble des personnages. Notamment Rozenn et Cayden qui sont au centre de la première partie de l'histoire. Pas mal de choses ont bougé, et à travers ce tome, Rozenn va continuer sa quête d'identité et de pouvoirs. Elle va découvrir un univers de Djinn plus vaste que ce qu'elle avait pu imaginer lorsqu'elle vivait dans la bulle, et elle va découvrir l'histoire de nombre de ses confrères. L'histoire d'Azur est à mon sens la plus frappante et percutante, celle qui fait penser au génie, et à l'abus que les dagnirs (humains) peuvent en faire. 

Au delà de ces découvertes, on retrouve également Callum, l'aîné des frères, qui lui aussi va devoir affronter beaucoup de choses, aussi bien émotionnellement que physiquement. La tension est toujours aussi palpable lorsqu'il est face à Rozenn et cela apportait à la fois de l'electricité au roman et en même temps de l'espoir, car l'attirance entre les deux est difficile à ignorer ;) 

L'autrice n'hésite pas à utiliser de charmes, de mots, et de péripéties pour nous tenir en haleine tout le long du roman. Elle n'hésite pas non plus à faire entrer ses personnages dans des combats sanglants et mortels, laissant dans son sillon plusieurs cadavres.


Elle a inventé tout un jeu de combat à mort qui était très bien imagé et visuel. Cela montre la violence dans laquelle les hommes aiment assister, cette emprise aveugle qui pousse les dagnirs à être témoin de spectacle où le sang coule, au détriment des djinns si pacifistes. 


D'un point de vue "expérience de lectrice", j'ai pris un immense plaisir à replonger dans l'univers, à retourner au royaume de Prétamia, dans la chambre de Rozenn avec cette vieille amie papote qui n'a pas sa langue dans la poche ! J'aurai cependant aimé voir un peu plus certains personnages à la fin de l'histoire notamment le cadet de la famille (je me suis vraiment demandée ce qui était advenu de lui, ainsi que pour sa servante Perle !) 


En tout cas, Laetitia Danae aura fait mouche avec ce dyptique qui m'a subjugé! J'ai voyagé, j'ai rêvé, j'ai imaginé tous ces personnages et leur combat, et ce fut un réel régal de les accompagner durant leur histoire ! Je lirai très probablement les autres romans de cette autrice.

Je remercie infiniment les attachées de presse de J'ai lu pour m'avoir accordé leur confiance!





jeudi 23 juillet 2020

La cité des Chimères, Vania Prates #PLIB2020


La cité des chimères par Prates


Le monde tel qu'on l'a connu a disparu. Chaos, misère, famine ... Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce  qu'ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.

Dans ce monde proche de l'utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n'a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu'elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui même non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redouté "Confrérie des Sans-loi".

Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde.


La cité des Chimères fait partie des 5 finalistes du PLIB2020 et a été publié aux éditions SNAG.

Snag est une maison d'édition indépendante que j'ai découvert par le roman de Johanna Marines "Cendres" publié en 2019.

Vania Prates est une autrice que je découvre par le biais du PLIB. Ce roman faisait d'ailleurs partie des 20 sélectionnés pour lesquels j'avais porté ma voix à la première étape de sélection du jury. Le thème m'a beaucoup attiré, les guildes, les Chi, l'utopie et une ville sylvestre ne pouvaient que me séduire.

Je me suis donc plongée dans ce roman il y a quelques jours, et j'ai pris plaisir à le découvrir. Je l'ai lu assez vite, l'écriture est très fluide et on se laisse embarquer dans une visite guidée de la ville Londown Fileds, un Londres réinventé après l'apocalypse. 

Notre monde actuel n'existe plus, et une nouvelle Terre s'est formée, une Terre où la nature a repris ses droits. Ainsi, on découvre des endroits très verts, arborés, où les gens se promènent avec des animaux sauvages (tel Lira dans à la croisée des mondes).

Le lecteur suit l'histoire de Celeste, une jeune femme de 17 ans qui a arrêté d'étudier à 11 ans pour se consacrer à la boutique familiale. Son éducation ayant été interrompue, elle n'a jamais pu découvrir quel est son Chi, son appartenance à une guilde. Elle est entourée de frères et passe son temps à faire des livraisons, car elle adore arborée la ville.
De l'autre côté on suit Calissa, qui appartient à l'une de ces guildes citées ci dessus et qui va confier un colis volé à Céleste. 
Leur rencontre va bouleverser la vie de la première, qui va, pas après pas, découvrir la cité par le biais des Guildes.

Là encore, le lecteur en prend plein les yeux. On découvre tout par les yeux de Céleste et c'était vraiment très bien imagé et agréable à découvrir. Certaines salles font rêver, on aimerait en faire partie!  
Celeste va être amenée à enquêter sur une intrigue qui tourne autour de traduction de runes.

Quant à Calissa, on découvre son histoire et son passé tout au long du roman.

J'aborde rapidement le thème des Chimères, vu que le titre porte sur ces créatures. La révélation finale n'en a pas été une pour moi, c'était tellement évident que je me suis demandée comment les personnages n'ont pas pu voir les choses ainsi avant! 

Au delà de ce léger bémol, l'histoire m'a vraiment porté et balladé et c'était agréable à lire. 

Livre lu dans le cadre du #PLIB2020 #ISBN9782490151219





jeudi 25 juin 2020

La mort en tête, de Sire Cédric #Thriller #Fantastique

La Mort en tête | Lisez!

À Drancy, en Seine-Saint-Denis, la séance d'exorcisme d'un enfant de 8 ans tourne au drame. Appelée sur les lieux, Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle, rencontre Dorian Barbarossa, un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle calibre 22 dans le crâne. Il a tout filmé, ou presque...
Au cours des jours qui suivent, la policière se sent observée. Elle sait que le danger rôde, même si les mois qui viennent de s'écouler ont été plus doux que d'habitude. Elle est amoureuse... et enceinte d'Alexandre Vauvert.
Très vite, entre Paris et Toulouse, le duo d'enquêteurs se trouve de nouveau sur la brèche. Et cette fois, ils sont eux aussi les proies d'un tueur psychopathe...


Il y a plusieurs semaines, j'ai décidé de sortir l'un de mes Sire Cédric de ma PAL. Cela faisait un sacré moment que je n'avais pas lu de thrillers, et mon choix s'est porté sur le dernier tome des enquêtes de Vauvert et Svarta (après avoir été tentée par Candyshy sur sa chaîne Youtube!) 

Cela faisait bien 4/5 ans que j'avais lu le tome précédent, et si l'auteur ne m'avait pas rappelé la fin lors d'un salon en 2016... j'aurai été un peu perdue au début de découvrir le gros changement que le couple est sur le point d'aborder. 

Vauvert est enquêteur à Toulouse, Svarta au 36 quai des Orfèvres à Paris. Ils se retrouvent le week end et vivent le reste de la semaine dans leur ville respective. 

Svarta est appelé une nuit pour enquêter sur la mort d'un garçon de 8 ans, décédé lors d'un exorcisme pratiqué par un "prêtre". Exorcisme qui a été filmé par un journaliste pour son reportage sur le surnaturel. 

L'enjeu n'est pas de découvrir l'assassin puisqu'on l'apprend dès les premiers chapitres. Le but de ce récit est surtout de découvrir comment Eva Svarta va s'en sortir puisque cet assassin va s'en prendre à elle et en faire sa proie principale. 

L'histoire se déroule de Paris à Perpignan, on voyage, on transpire, et du coté de Vauvert, on se dit qqu'il est dans une belle merde puisque de son côté, alors qu'il enquêtait sur une histoire de corruption, tout va venir  à le désigner comme le parfait coupable et toute la pj de Toulouse va chercher à l'attraper.
Nous lecteur, on sait ce qu'il en est puisqu'on suit à la fois le point de vue du couple, mais aussi celui de l'assassin, et cela a de quoi nous rendre dingue!!!

La part fantastique que l'on octroie facilement à cet auteur apparaît aussi rapidement; Il semble que du givre apparaît dès lors qu'Eva court un grand danger. De plus, elle et Alexandre Vauvert font des rêves similaires, sur la banquise, qui se recouvre de sang.. que cela veut il dire? 


C'était un récit haletant, stressant, difficile à lâcher. J'ai passé une très bonne expérience de lecture, même si je reconnais que j'ai eu beaucoup d'angoisses et que aujourd'hui, je pense que le thriller n'est pas ma came et m'imprègne trop pour que je puisse en prendre un vrai plaisir de lecture comme je peux l'avoir avec la fantasy ou la romance :) 


vendredi 29 mai 2020

Fucking Girl #1 : Outdoor, de Amélie C Astier

Fucking girls, tome 1 : Outdoor par Amélie C. Astier

Deux acteurs passent un arrangement qui va chambouler leur existence. **Bienvenue dans l’univers du porno arty.Chez FUCKING GIRLS, le monde du X bisexuel est revisité.Un nouveau label ouvre ses portes. Au programme ? De nouveaux couples, de nouveaux horizons et de nouvelles expériences. Maddox De La Cruz et Reyes Alvarez forment un partenariat explosif. Spécialisés dans une toute nouvelle catégorie « L’OUTDOOR », les deux acteurs chamboulent les codes de l’arty et tournent dans des lieux où avoir un pantalon baissé et une jupe relevée n’est pas vraiment recommandée par la loi. Mais qu’importe, les deux amis s’éclatent et leurs escapades filmées remportent un joli succès.Entre eux, une véritable amitié s’est installée, devant les caméras et loin des studios, ils passent du bon temps ensemble, et l’alchimie n’est jamais très loin.Et lorsque Reyes est face à un sérieux problème, Maddox n’hésite pas à l’aider. Même si pour cela, ils vont devoir mentir, pour le meilleur, le plus drôle, mais surtout pour le pire.***Fucking Girls, Tome 1/3


Lors du confinement, j'ai profité de quelques ebooks offerts par certains auteurs, comme ca a été le cas pour ce roman d'Amélie Astier. Cette autrice, je vois souvent son nom sur les réseaux, et quand j'ai regardé ce qu'elle a écrit sur Babélio, je n'en suis pas revenue! Elle aurait publié plus de 70 romans ! après je n'ai pas vérifié mais j'imagine que Babelio référence peut être les intégrales qu'elle a publié une fois ses sagas complètes! En tout cas c'est un sacré boulot et une passionnée que j'ai découvert grâce à Fucking Girls !

De base, le titre n'aurait pas spécialement retenu mon attention, et pourtant, cette lecture fut pour moi une révélation! 

En effet, j'ai totalement plongé dans l'histoire de Reyes et Maddox. On est dans une romance érotique, dans le milieu du porno arty et on suit l'histoire de ces deux personnages qui se sont rencontrés dans leur studio de tournage, et sont devenus meilleurs amis au delà de l'écran. Dans le studio, il est évident que leur couple forme une alchimie incroyable et que les deux connaissent le corps de l'autre parfaitement bien, sachant quoi faire pour atteindre le 7eme ciel!

Mais les choses vont vite se corser. Reyes va apprendre une nouvelle qui va la bouleverser et qui risque de modifier sa vie à jamais. Ce fut ma seconde révélation dans cette histoire. Car je m'attendais au départ à lire une romance érotique sans trop de réfléxion. Bien au contraire... Amélie Astier aborde des thèmes profonds et difficiles, tels que l'immigration ou encore la violence conjugale.

La relation entre Maddox et Reyes va prendre une autre tournure pour aider Reyes à surmonter ses épreuves; Leur amitié va être ébranlée, et l'alternance des points de vue permet bien de ressentir leurs émotions et leur mental. 

Le milieu dans lequel ils évoluent est très intéressant, et j'ai apprécié découvrir le fonctionnement de ce studio de tournage ainsi que ce que l'autrice veut défendre avec le porno arty. A savoir une sexualité respectée, sécurisée avec de nombreux contrôles d'hygiène, et filmé avec beaucoup d'intimité pour retranscrire un réalisme qui n'est pas mis en avant dans les autres milieu porno. Il faut s'attendre à être témoin de scènes à 2, voire à plus, ou encore sur le thème #outdoor (sans grande surprise, c'est le titre de ce premier tome). J'ai beaucoup aimé les autres personnages, on a envie d'en apprendre plus sur leur histoire, et j'ai aussi apprécié Scarlett, la Directrice du Studio, qui est un véritable soutien pour ses acteurs et actrices ! 

L'écriture d'Amélie Astier est tellement captivante, je ne m'y attendais pas!

Elle ne passe pas par quatre chemin pour détailler les scènes, et malgré l'emploi de termes qu'on utilise dans le langage quotidien pour parler de ça, elle ne tombe jamais dans la vulgarité! Elle aborde la sexualité sans tabou, et pousse ses personnages à quelques limites qu'ils ne pensaient pas dépasser et qui vont les mettre dans un état d'abandon et de lacher prise qui m'a aussi beaucoup plu!

Maddox est tellement adorable (et sexy). Il a 22 ans et travaille dans ce milieu pour pouvoir payer ses études d'infirmier. Il sait ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, il se sacrifie beaucoup pour les autres (sa vocation d'infirmier n'est pas anodine ^^) et il a un grand respect, je l'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé! (et je ne parle pas de ses exploits d'amant, il est incroyable!)

Reyes est une combattante et une femme fragile. Du haut de ses 27 (ou 28) ans, elle a déjà traversé un sacré chemin et n'est pas au bout de ses peines. J'ai été très touchée par elle, par sa fragilité et sa force, ,par ses peurs et ses convictions, et par son envie de retrouver totalement une liberté. 


En bref, j'ai vraiment adoré cette lecture, que ce soit pour la sexualité telle qu'elle a été abordée, par les scènes intenses qui ne tombent jamais dans la vulgarité, par les thèmes profonds qui sont abordés et rendent les personnages principaux encore plus attachants! Je lirai sans conteste d'autres romances de cette autrice, il y en a tellement qui me font envie, le choix va être dur!
Si vous l'avez lu, dites moi quelles sont vos romans préférés d'elle ou d'elle et son binom Mary Matthews !


dimanche 24 mai 2020

Phoenix Ashes, de Fleur Hana #Romance #MCBikers : Tome 1 : Blade :

Phoenix Ashes, tome 1 : Blade | Livraddict
(on le précise, que le mec de la photo est plutot pas mal?)

 y a les cicatrices qu’on voit… et celles qu’on dissimule.

Hannah

Un instant, je réalise à quel point je suis chanceuse d’être si bien entourée par cette immense famille. Et celui d’après, je me rappelle qu’un trou béant creuse ma poitrine et qu’il m’a rejetée. Les émotions que ce constat réveille se bousculent en moi sans délicatesse, m’empêchant de me décider sur une question pourtant très simple.

Suis-je heureuse ?

Blade

Quand je suis près d’elle, je ne raisonne plus. J’y vais à l’instinct. C’est ça qui m’a incité à la rejeter. Mais la vie sans elle ? J’essaie, putain, j’essaie et j’échoue. Chaque matin je me dis que c’est le bon, celui où je vais tourner la page et passer à autre chose.

Et chaque matin, je sais que je me plante.

Cette romance se déroule dans le milieu des clubs de moto 1% (hors-la-loi) et comporte des scènes de sexe et de violence. Il n’y a pas de cliffhanger et les héros ont droit à leur fin heureuse 


Fleur Hana est une autrice que je connais de réputation depuis un certain nombre d'années, et que j'ai eu l'occasion de rencontrer lors du Festival de la Romance en 2016.
Malgré ses nombreux romans déjà parus, je n'avais pas sauté le pas. C'est lorsque le début du confinement a commencé, et que plusieurs autrices se sont réunies pour offrir à leurs lecteurs des ebooks que j'ai décidé de sauter le pas.

Fin mars, Fleur a donc décidé d'offrir le tome 1 de sa saga de Bikers  : Phoenix Ashes #Blade.

Etant encore novice dans l'univers des bikers, et ayant pour seule référence la saga que j'avais adoré (et dont il me reste encore un tome à lire ainsi que les spin off) de Blandine P Martin "Wild Crows", je me suis lancée dans cet univers avec beaucoup d'attente...

Je suis ressortie de cette lecture mi figue mi raison. J'ai trouvé que les émotions étaient bien décrites, on se prend forcément d'empathie pour Hanna, qui subit de nombreux traumatismes, mais d'un autre côté, j'ai été assez sceptique sur les ellipses temporelles, qui ne m'ont pas permis de m'attacher à la romance entre Hanna et Blade. 
J'avais même arrêté ma lecture car je trouvais que l'ensemble manquait de cohérence et de fluidité (l'histoire se déroule quand même sur plusieurs années, avec parfois des bonds dans le temps de 5 ans). Mais mon amie Fann (Fanny avec un Y sur Instagram) a fait quelques IGTV sur ce tome et cela m'a donné envie de poursuivre jusqu'au bout.

Je retiens de cette lecture ce que traverse l'héroïne, la force avec laquelle elle s'attache à la vie, la façon dont elle va être entourée par le club de Blade. 

Par contre,  j'avoue, j'ai été triste de voir que l'intrigue autour de l'agression n'est pas l'élément le plus important de l'histoire, même si il reste en fil rouge. J'imaginais vraiment que son MC ainsi que le MC de Blade allaient tout faire pour retrouver l'agresseur, et on a un grand vide à ce niveau. Cela continue avec le second drame de sa vie, et rien n'a vraiment bougé aux yeux du lecteur. Je m'attendais à une romance pleine d'actions et de dangers, avec le cœur qui ferait des chutes vertigineuses. J'ai du faire une croix la dessus, et par la suite, je me suis plus concentrée sur la reconstruction de cette femme.

Concernant Blade, je trouve qu'on en apprend peu sur lui et sur le fonctionnement de son club.. Cependant, le peu qu'on entraperçoit semble montrer quelqu'un de sensible, même si j'aurai aimé mieux l'approfondir.



Autrement, la lecture est très fluide grâce à de nombreux dialogues. De plus, on découvre quelques membres du club qui ont l'air bien sympa, et qui feront probablement l'objet de récits dans cette saga.

De plus, ce roman est auto-édité. La qualité est top, je n'ai repéré aucune coquille, en tout cas rien qui m'ait vraiment sauté aux yeux. C'est un très bon travail réalisé en auto-édition! et les références musicales rock m'ont beaucoup plu (c'est un point sur lequel je suis sure de m'éclater en découvrant les autres romans de Fleur!)

C'est donc avec un avis en demi teinte que je ressors de cette histoire. La qualité de l'auto edition est là, l'écriture est prenante, fluide, le style direct et sans chichi. Les émotions sont au rendez-vous, surtout concernant Hanna, mais j'aurai aimé que l'action autour de l'agression soit plus approfondie et s'étale sur moins d'années. J'arrive toute de même à comprendre ce choix de temporalité pour pouvoir faire évoluer les deux protagonistes. Il y a des superbes références musicales et tout novice dans l'univers des bikers peut se lancer dans cette histoire qui est accessible.

Si vous avez des conseils en particuliers, n'hésitez pas à me les suggérer dans les commentaires, je serai ravie de m'orienter vers vos romans préférées de cette nana pleine de peps et de courage aussi :)

On se retrouve prochainement pour mon avis sur Fucking Girls #Outdoor, de Amelie C. Astier, avec qui Fleur aime, me semble-til, se retrouver pour faire des sessions de co-working (et petit spoil : j'ai adoré!!!)