samedi 4 mai 2013

Le Manoir, d'Emma Cavalier


Littérature Erotique
Editions Blanche
298 pages

Le Manoir est le récit de Pauline, jeune archiviste chargée de mettre de l'ordre dans les documents accumulés dans une demeure consacrée depuis un siècle à des pratiques et des rencontres sadomasochistes. Totalement ignorante de cet univers, Pauline entrevoit un monde étonnant de fantasmes. A cette découverte troublante que nous suivons pas à pas au gré des documents classés par Pauline, se mêle une expérience bien réelle avec son employeur, Julien, qui lui impose des règles en fonction de ses caprices. Aux prises avec cet homme qui associe allègrement la souffrance avec le plaisir, la complicité avec la brutalité, Pauline se retrouve face à elle-même, à ses propres désirs et à ses propres choix. Nous suivons alors son apprentissage, celui de la douleur consentie, du plaisir, de l'amour et de l'acceptation de soi. Le Manoir, porté par la finesse et la force de son style autant que par la puissance de ses évocations, s'inscrit dans la lignée des grands romans de la littérature sadomasochiste aux côtés d'Histoire d'0, Le Lien, Carnets d'une soumise de province ou Frappe-moi !

Mon avis :

Pfiou, j'ai tant de choses à dire sur ce livre que je ne sais pas par quoi commencer... Peut être par "comment en ai-je entendu parler?"
Ce livre paru en 2011 aux éditions blanches est sorti juste avant la vague érotique lancée par EL James et sa trilogie de 50 shades... aujourd'hui, au milieu de tous ces romans, comment peut il se démarquer? Surtout que, et malheureusement, il est de plus en plus difficile à trouver... Et pourtant, ce roman est un incontournable du genre, à mon avis, même si je n'ai pas lu beaucoup de livres sur le thème...
Des amies m'ont conseillé ce livre, et j'ai eu de la chance de le trouver pendant mes vacances en février. Aussitôt vu en rayon, aussitôt embarqué dans mes mains! Ce livre m'intriguait, la citation "Nous suivons alors son apprentissage, celui de la douleur consentie, du plaisir, de l'amour et de l'acceptation de soi." dans la 4e de couverture me laissait perplexe, et je n'avais qu'une envie : découvrir l'histoire de Pauline.



C'est donc avec curiosité que j'ai débuté ce roman. Au début, on fait la connaissance donc de Pauline, jeune archiviste d'une vingtaine d'année, qui passe un entretien pour travailler dans le manoir des Airdringer, une famille réputée dans le monde des sadomasochistes. Son boulot : archiver tous les documents et notes laissés en vrac depuis des décennies. Son patron, Julien, un homme assez séduisant et ayant beaucoup de charisme, lui propose une option sur le salaire : elle aura 20% supplémentaire si le travail hebdomadaire qu'elle rend est convenable. A défaut, elle devra se prêter au jeu et accepter d'être punie. A ce moment, Pauline ne sait pas encore quelle est la "spécialité" du manoir. Forcément, la jeune femme accepte sans réfléchir...

Ce que j'aime, c'est que d'entrée de texte, on découvre tout à travers les yeux de cette femme : Le manoir, les personnages, l'univers, son contrat et les archives. Emma Cavalier aime les descriptions, et c'est avec délectation qu'on se promène dans les couloirs, les chambres et la grande bibliotheque de ce Manoir.

Puis, j'ai été dérangée dans ma lecture. Lorsque Pauline rend son travail la première semaine, et que Julien n'est pas satisfait, j'ai trouvé qu'elle acceptait trop facilement la punition. Ce qui m'a gêné, c'est que pour moi, il manquait une connaissance de l'autre, une complicité et une confiance, elle fonce dans le tas et accepte de se faire fesser par cet homme qu'elle n'a vu que lors de son entretien... Même s'il a tout pour lui, je pense que je serai partie en courant...

Puis, une fois que j'ai "accepté" cette règle, j 'ai poursuivi ma lecture et me suis régalée! L'auteur nous fait passer par toutes sortes d'émotions : l'envie, la peur, la colère, la frustration, le plaisir, l'envie de fuir, et surtout l'envie d'en apprendre plus sur cet univers et les règles qui s'imposent. Certes, certaines scènes sont si bien décrites que j'en avais mal pour ces soumis(e)s. Emma est vraiment douée dans l'écriture, tout est fluide, les scènes sont bien dosées, et on ne tombe jamais dans la vulgarité. L'histoire est bien construite, c'est bête mais il y a un début et une vraie fin, qui laisse présager peut être une suite.

L'auteur alterne le récit entre l'histoire de Pauline et les archives qu'elle répertorient. Ainsi, on découvre les membres de cette famille, morts ou encore vivants, et l'histoire qu'ils ont laissée derrière eux. Cette alternance donne du rythme au récit, et permet au lecteur de se remettre de certaines émotions!!!

Au niveau des personnages, je me suis très vite attachée à Pauline, finalement, cette femme n'a pas froid aux yeux, elle veut se prêter à ces jeux qu'elle ne connait pas, tout en gardant son côté rebelle et non soumise. Je ne peux en dire plus pour ne pas trop en dévoiler mais ce qu'on peut dire, c'est qu'elle sait ce qu'elle fait (ou bien qu'elle est totalement inconsciente et attirée par cet univers fantasmagorique)
Julien est un personnage qu'on veut aussi rapidement découvrir, mais là encore, l'auteur sait prendre son temps et nous laisser le suspense.
Pour les autres personnages, j'ai beaucoup aimé Alice (ou Alicia), je l'ai trouvé vraiment toute mignonne et une très bonne alliée pour Pauline.

Au niveau de l'intrigue, tout tourne autour de l'initiation de Pauline dans ce milieu, jusqu'à quelles limites acceptera-t-elle de se soumettre? Comment découvre-t-elle l’ambiguïté entre plaisir et souffrance, et la dépendance que cela crée d'un point de vue psychologique. On découvre que le lien dominant-dominé est bien plus qu'un jeu de contrôle de l'autre, mais que c'est aussi et avant tout une complicité et une confiance mutuelle, que le dominant ne peut l'être sans avoir été auparavant soumis et sans connaitre les limites physiques et mentales face aux coups portés par toutes sortes d'objets fouettants...

Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré ce livre, qui change complètement de 50 shades ou de Crossfire, et qui est écrit subtilement par une auteur, qui précisons le, est française et dont c'est le premier roman! Ames sensibles s'abstenir , ce livre est quand même dérangeant, il pousse les personnages comme le lecteur dans ses derniers retranchements, tout en restant un très bon page turner!

J'ai eu l'occasion de discuter avec Emma Cavalier qui a accepté de répondre à certaines questions qui m'ont traversé l'esprit pendant ma lecture. Elle est très abordable, et m'a répondu avec plaisir!

A SUIVRE DANS UN PROCHAIN ARTICLE : L'interview avec l'auteur...

Note : 9/10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire