jeudi 30 octobre 2014

Sublime, de Christina Lauren

Dès l’instant où Lucy aperçoit Colin, elle sait ce qu’elle représente pour lui. Lorsqu’ils se croisent, les deux adolescents se reconnaissent. Mais leur amour n’est pas un amour ordinaire. Colin, qui a déjà séduit la moitié des jeunes filles du pensionnat Saint Osanna, se rend compte très vite que la jeune fille n’est pas comme les autres. Evanescente, fragile, elle disparaît parfois, tout le monde ne la voit pas comme lui. Qui est elle vraiment ? 

« Je donnerais n’importe quoi pour ces moments volés ensemble ». 

Seul rescapé de sa famille, après la mort de sa sœur et de ses parents, Colin prend des risques insensés avec sa propre vie, se met en danger, comme s’il ne parvenait à être physiquement avec Lucy que lorsqu’il se trouve lui-même, à la frontière de sa propre mort. Devenu drogué à l’adrénaline, il pousse si loin les limites de la témérité, que Lucy en vient à se demander si, à défaut d’être l’ange gardien qu’elle est censée être pour lui, elle ne serait pas en train de contribuer à sa perte.



Mon avis : 

Christina Lauren est le pseudonyme de deux auteures américaines, connues pour leur saga "Beautiful Bastard". Un livre que je n'avais pas du tout aimé. Cependant, j'ai voulu retenter l'expérience quand j'ai vu qu'elles se lançaient dans la Young Adult avec une histoire d'amour basée entre un jeune homme et un revenant.


Je remercie avant tout les éditions Hugo & Cie pour l'envoi de cet exemplaire et leur confiance!

Sublime raconte l'histoire d'amour entre Colin et Lucy. Deux personnages différents puisque Lucy est décédée depuis une dizaine d'années et revient subitement dans le lycée d'Osannah, où étudie Colin. Un amour va très vite naître entre eux deux. Mais comment vivre pleinement son histoire quand la personne aimée est une revenante?

L'histoire en soi est assez "classique", et ce n'est pas la première fois que je lis des histoires d'amour entre humains et revenants et j'aime généralement beaucoup ces romances (Obsession, J'ai laissé mon coeur dans les brumes d'Edimbourg ou encore la magnifique saga Die for me). J'avais donc quelques points de comparaison pour juger ce roman.

Au niveau de l'écriture, j'avoue que le style à quatre mains fonctionne bien et qu'on ne sent pas de différence entre les deux auteures, L'histoire coule toute seule, et on se laisse emporter par le récit, qui se lit assez vite. L'écriture est parfois poétique, légère, et les descriptions plutôt bien accomplies et sans lourdeur ! Ainsi, le lecteur ressent très bien les sensations des personnages. 

L'histoire se déroule principalement dans l'enceinte du lycée, à proximité duquel se trouve d'autres décors : un lac, une forêt, un skatepark... et la maison de Colin, neveu du Directeur de l’école, qui vit chez lui depuis la mort de ses parents lorsqu'il était très jeune.
Les lieux, bien que régulièrement présentés, ne m'ont pas embarqués autant que j'aurai souhaité! Avec de tels endroits, l'auteure aurait pu nous emporter dans une ambiance un peu plus sombre, vu les circonstances. 

Colin est un garçon assez solitaire et traumatisé par la mort de sa famille. Son seul ami, Jay, et lui, passent leur temps en vélo, à chercher des sensations fortes. Il est régulièrement à l'infirmerie, entre les mains avenantes de Magguy.
Lorsque Colin rencontre Lucy, sa vie va changer, il ne va pouvoir s'empêcher d'être près de cette jeune fille dont il ignore tout pendant une partie du livre. Puis, lorsque la vérité éclate, il va tout faire pour trouver le moyen d'être au plus proche d'elle.
Son histoire le rend attachant, mais certaines de ses actions, surtout la fin, a fait baissé l'appréciation que j'avais pour lui.

Lucy, elle, est morte il y a quelques années, et c'est la première fois qu'elle revient. Elle se retrouve dans l'enceinte du lycée, et quand elle voit Colin, elle sait qu'elle est là pour lui, mais ni pourquoi ni en quoi elle pourra l'aider. Lucy est éthérée, et très peu de gens la voient. Au début, je pensais que seules les personnes ayant affrontées la mort en étaient capable, mais non, ce n'est pas lié à cela. Elle passe incognito au milieu des élèves et des professeurs, intégrant la classe de Colin sans être assujettie à des questions... jusqu'à un certain point. Lorsqu'elle va être appelée par la conseillère d'éducation, cette dernière va lui avouer savoir ce qu'est Lucy et lui dire qu'elle n'est pas la seule dans l'enceinte. Cela va donc apporter un plus à l'intrigue principale, même si c'est peu exploité.

Lucy et Colin ne peuvent vivre pleinement leur histoire, car la jeune femme  n'a pas de corps consistant et ne peut donc intéragir physiquement. Jusqu'à un fameux jour où Colin, par hasard, se rend compte qu'il existe une solution. Dangereuse mais possible (et que je ne conseille à personne, d'ailleurs, ca m'a un peu choquée qu'elle explique comment faire cette pratique, il ne faudrait pas que ça tombe dans des mains de personnes fragiles, influençables ou instables)


Cependant, il m'a manqué pas mal de choses pour encore plus apprécier ce livre! En effet, j'ai trouvé qu'il manquait de profondeur à l'ambiance et aux émotions de Lucy et Colin, et je n'ai pas vibré avec eux lors de leur amour naissant. 

Note : 6.5/10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire