jeudi 19 mars 2015

Léviathan Tome 1 : La chute, de Lionel Davoust [THRILLER / FANTASTIQUE ]




Suite au salon Octogones en octobre 2014,j’ai eu l’occasion de discuter avec Lionel Davoust, que j'ai découvert à travers le recueil de nouvelles "Coups de coeur des Imaginales". Après quelques conseils de sa part, je me suis penchée sur son thriller fantastique : Le mystère Léviathan, qui constitue une trilogie.

Je me suis décidée de le lire peu avant les Oniriques pour pouvoir en discuter un peu avec lui lors de ses dédicaces.



Je dois avouer que j’ai été très vite happée par l’histoire. On découvre Michael Peterson, un biologiste d’une trentaine d’années, qui a survécu au naufrage du paquebot le Queen dans lequel ses parents ont disparu lorsqu'il avait 7 ans. Depuis, il apprend à vivre avec sa peur de l’eau et de tout ce qui touche à l’océan. Il va même au-delà de ses terreurs en acceptant de partir en mission pendant 3 mois dans l’Antarctique pour faire des recherches dans son domaine.

Il vit à Los Angeles, avec sa femme Megan, et leur fils Eric, 8 ans. Le lecteur fait la connaissance de Michael lors de son pot de départ. Mais la mission de Michael est mise en danger. En effet, de nombreuses personnes qui le convoitent dans l’ombre font tout pour l’empêcher de partir et de révéler un grand secret. Ces personnes font partie du Comité.

Le roman s’étale sur une durée approximative de 3 semaines. On découvre les points de vue de plusieurs personnages, particulièrement ceux de Michael et de Masha, un membre de la Main Gauche, qui suit les ordres du Comité.

Concernant les personnages, je me suis prise d’empathie, allant même jusqu’à plaindre ce pauvre Michael qui ne se doute pas une minute de l’environnement dans lequel il pensait s’épanouir. C’est un peu le Truman du film Truman Show.
J’ai adoré Masha, c’est une femme forte et déterminée, mais qui nous montre en même temps ses faiblesses. Elle est prise entre les griffes du Comité et tente du mieux possible de se sortir de ce jeu dans lequel elle s’était lancée il y a tant d’années.

Au niveau des personnages secondaires, j’ai vraiment trouvé qu’ils étaient tous réalistes ! J’ai aimé m’énerver après Joshua Sork, ou bien après Sandra…

J’ai été étonnée de la dimension que prend la tournure du récit. En effet, Lionel Davoust se révèle habile dans la manipulation de ses personnages et la psychologie de ses personnages. Il y a une part mystérieuse qui survole le roman. On se demande tout du long ce qu’est la Main Gauche, la Main Droite, le Jeu Supérieur ou encore le fameux Comité. J’ai eu l’impression de découvrir une secte, qui entraîne les membres de plus en plus loin dans leurs missions, et dont l'enjeu principal dépasse l'entendement. Il me tarde d'en apprendre plus à leurs sujets. 


Mais ce qui m’a le plus plu, c’est l’environnement. En effet, ce roman a pour fond de décor l’océan et l’antarctique. Et pour le coup, on voit que Lionel Davoust a vraiment poussé les recherches dans ce domaine. Entre les descriptions du voyage en mer, pendant lesquelles j’aurai presque eu des nausées ou encore la découverte de la faune et la flore, j’ai été servie en dépaysement. J’ai également apprécié les divers déplacements des personnages, me permettant, par exemple, de découvrir Punta Arenas.

Je craignais, un peu avant ma lecture, que ce soit trop scientifique pour que je comprenne mais finalement, le style d’écriture est très fluide et tout est bien expliqué pour que les novices s’y retrouvent !

Et surtout,  qui sont ces entités qui tirent les ficelles? Tout au long des discussions ou des scènes les concernant, je me suis surprise à m'imaginer qui ils sont mais je pense que je suis loin de la réalité! 


En quelques mots, Lionel Davoust signe là un premier tome rythmé, fluide, bien écrit, qui apporte au lecteur de nombreuses connaissances en matière d'océanographie, de faune et de flore au pôle Sud. C'est également un thriller dépaysant et original qui nous entraîne dans des complots et des manipulations qui dépassent la raison! Plus on avance, plus on veut en apprendre, grâce notamment à la multinarration des personnages centraux. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire