dimanche 15 novembre 2015

Paris - 13 novembre 2015






















13 novembre … Vendredi soir.. Qu’étais en train de faire quand j’ai vu les premiers messages concernant les attentats ? J’étais en train de discuter sur facebook avec des copines. J’ai vu un premier post « fusillade à paris 10 ». J’ai d’abord penser à un règlement de comptes. Puis La psychose surgit d’un coup… Mon dieu qu’est ce donc ? Quoi le stade de France ? des fusillades à plusieurs endroits de Paris ; La peur, la terreur.. le bataclan.. J’en reste choquée, effrayée, apeurée, dans une totale incompréhension et impuissance. Des gens, passionnés de musique, sont allés voir un concert de métal. D’autres, sortant du travail ou d’une semaine de cours, sont allés boire un verre et manger au restaurant. Ce sont des gens comme toi, comme moi, comme elle, comme lui, comme nous. Des jeunes personnes sans histoires, qui avaient envie d’un avenir, qui avaient probablement des projets, quels qu’ils soient. Des gens qui avaient une famille, des parents, des frères, des sœurs, des cousins, des enfants, des maris et des femmes. Des gens qui, en quittant leur domicile n’auraient jamais imaginé ne jamais le retrouver.
La terreur. Twitter qui diffuse à toute vitesse. 18 puis 30 puis 39 morts. 7 terroristes, stade de France le match finit, les présentateurs rendent l’antenne. Paris, la ville des lumières, saigne. La France, peuple pacifique, pleure. J’ai mal au ventre, je n’arrive pas à décrocher des infos, je pense à ces gens au Bataclan. Je veux que ce cauchemar finisse. Mais le temps passe, pas d’assaut, aucune négociation possible. Ils sont venus pour tuer. Qui ? Ces gens radicalistes, ces jeunes, qui sont nés musulman en France, en Belgique, et qui, va savoir pourquoi, comment quand , ont été enrôlé dans l’état islamistes. Mes doigts se crispent à l’évocation de ce groupe, de devoir écrire ce nom.
La nuit passe, le bilan s’alourdit. Nos cœurs pleurent, nos cœurs saignent, nos cœurs se meurtrissent, tandis que des dizaines de victimes meurent sur le sol du bataclan et sur les trottoirs de Paris ; Il faut essayer de dormir, l’angoisse est si forte, je pleure, je pleure, je ne fais que penser aux victimes et j’ai toujours peur.
J’arrive à m’endormir. Nuit sans rêves mais angoisse de découvrir la suite au réveil. Bilan 120 morts ; Non, c’est pas possible, mon dieu. Ils ont tué à la minute, premiers témoignages de survivants, des tirs sans fin, un par un, pour faire le plus de morts ; Ils provoquent la guerre ; Tous les terroristes se sont tués, bandes de lâches, au nom d’un Dieu, s’autoriser le meurtre, c’est une ignominie, une barbarie, une monstruosité. N’est pas humain celui qui tue pour le plaisir. Je suis bouleversée. Hier, j’ai demandé des nouvelles à mes amis parisiens, tous sont saufs ouf ; twitter, des #Paris Recherche innonde le réseau. Des noms, Marie, Mathias, Elodie, … des personnes pleines de vie, belles, aimant profiter des bonheurs qui nous sont proposés. Je me cache, je n’arrive pas à bouger.
Je dois aller sur Paris dimanche pour des stages, que faire ? Paris sera en sécurité pendant une semaine au moins mais est ce prudent ? le sparents, les proches s’inquietent et me demandent de ne pas partir. J’annule tout, je revois mon projet, je décide de tout stopper et chercher un emploi ici. A tous le sniveaux, pour une majorité de personnes, cette nuit du 13 novembre nous a fait revoir de nombreuses choses, et priorités.
Je ne veux pas me morfondre. VIVRE POUR CEUX QUI ONT PERI. La première chose que je souhaite faire, mettre du vernis. Rose. Futile ? peut être, mais pour moi, c’est un signe de révolte. Je suis pacifiste, je n’aime pas la violence, je l’ai toujours fuie mais elle me, elle nous rattrape. La réalité dépasse la fiction. La France est une cible privilégiée pour les djidahistes . Nous devons apprendre à vivre avec cette menace permanente, où que nous soyons. Ce risque qui nous pousse à penser qu’il faut croquer la vie, profiter de ceux qu’on aime, dire aux gens qu’on les aime. On ne sera jamais prêt à perdre la vie, on ne sera jamais prêt à perdre notre dignité, notre liberté, notre solidarité.
Peur des amalgames ; Je pense à ces familles musulmanes qui doivent avoir peur de sortir affronter le regard de personnes racistes qui confondent musulman et radicalistes. Que faire pour eux?
Je coupe tout. Réseaux, internet, télévision. J’oublie la douleur dans les bras de mon conjoint, dans des films à l’eau de rose. Besoin de douceurs ; La réalité est toujours là, la cicatrice est profonde, entaillée jusqu’au fond de mon cœur. La solidarité est de mise ; Le soir, l’annonce de décès des personnes qui étaient recherchées… Marie, Mathias, Elodie ;. Paix à leurs âmes, mon soutien à toutes les victimes, les blessés, les proches qui ne guériront jamais. Je pense à ceux qui ont vécu Charlie, qui n’ont pas le temps de se relever, qu’une nouvelle bombe les surprend. Que la crainte sera toujours présente, réelle. ce soir, dimanche 132 morts.
Pourquoi, pourquoi pourquoi ? comment, comment comment ? Comment adoucir les mœurs quand l’ennemi refuse autant. Intolérance, comment lutter contre ça ?

Ce soir, je suis peur, je suis révolte, je suis colère, je suis vie. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire