samedi 7 mai 2016

Blood Song 2 : Le seigneur de la tour, d'Anthony Ryan




Attention : Roman en cours de lecture. Je publie un pré-avis pour être à jour avec Bragelonne! Je reprendrai donc l'écriture de mon avis au fur et à mesure de mon avancée et des élements que je souhaite vous présenter!


Rappel de mon avis global du tome 1 : En conclusion, ce premier tome et roman est très bien mais loin d'être aussi bon que Gemmell ou Gabriel Katz. L'auteur reprend la base d'une bonne fantasy à savoir la quête initiatique d'un jeune garçon plein d'avenir et qui sera malheureusement au milieu d'un grand rouage politique. Il y a de la magie, et malgré les nombreux personnages rencontrés, on ne se perd pas dans les noms. Un index se trouvant à la fin du roman peut aussi aider le lecteur débutant en fantasy qui s'y perdrait. Cependant, je n'ai pas réussi à m'attacher plus que ça à Vaelin et ce malgré un parcours semé d'embûches et de rebondissements. Avec les promesses écrites en 4e de couverture, je m'attendais à plus de batailles et plus de palpitations


Mon avis : 




BloodSong est un de ces livres qui s'ancre dans le temps! En effet, lors de ma première lecture je n'avais pas tant été emballée et pourtant, deux ans après, certains passages m'ont bien marqué et je retourne dans le monde d'Anthony Ryan avec plaisir!

Le tome 2 amorce un changement de part sa narration. En effet, l'auteur alterne le point de vue de 4 protagonistes:

- Vernier, le scribe, que nous retrouvons en tant qu'esclave. Ses propriétaires souhaitent ardemment retrouver le tueur d'espoir, Vaelin Al Sorna.

-  Reva, qui souhaite se venger de la morte de son père.

- Vaelin Al Sorna, qui a retrouvé sa liberté et va partir en quête.

- Princesse Lyrna al Nieren, la fille d'un seigneur tué pendant la guerre.

Le style d'écriture est fluide et très entraînant! Je me suis très vite sentie emportée dans le monde crée par l'auteur. Je trouve que son style s'apparente à Terry Goodkind, l'action est présente, les décors bien implantés sans être trop pesants au niveau des descriptions. J'apprécie beaucoup plus ce tome que le premier.

J'ai été emportée dans l'histoire dès les premières lignes et cela faisait longtemps qu'un roman de fantasy ne m'avait pas autant embarqué, à tel point que j'avais lu 30% en une journée alors que c'est un joli pavé de plus de 700 pages.

Suite à venir...

Souvenirs de lecture:


"Ce n’est pas par choix que je t’accompagne, Sombrelame, lui dit-elle. Je suis en quête de l’épée du Justelame, seule capable d’abattre ton Royaume impie. Je ne suis ni ton amie ni ta sœur ni ton élève. Et je me fiche comme d’une guigne de ton approbation." - Chp 1

 " C’est la Ténèbre qui t’a sauvé, l’accusa-t-elle. Ta magie impie est une insulte à l’amour du Père."

"Caenis fit volte-face le temps de contenir sa fureur. Quand il se retourna enfin, un éclat d’acier scintillait dans ses yeux.
— Ne m’appelle plus jamais « frère ». Si tu renonces à l’Ordre et à la Foi, tu renonces également à notre amitié.
 — Tu es mon frère, Caenis. Et tu le resteras. Ça n’a jamais été la Foi qui nous liait, et tu le sais pertinemment.
Caenis le dévisagea longuement, son regard miroitant de douleur et de rage mêlées, avant de se détourner. Il marqua cependant une halte au bout de quelques pas.
— L’Aspect souhaite te rencontrer, lança-t-il par-dessus son épaule d’une voix courroucée. Il tient à te faire savoir qu’il s’agit d’une invitation, et non d’un ordre.
Puis il s’éloigna à grands pas.
— Et Frentis ! appela Vaelin. Qu’est-il devenu ? Je sais qu’il est encore en vie.
Caenis ne daigna pas se retourner.
— Parle à l’Aspect !"

"Depuis leur départ de Castelvarin, Nersa vibrait littéralement d’excitation à l’idée de croiser la route d’un Lonak, une fascination morbide que Lyrna mettait sur le compte du jeune âge de sa dame de compagnie, qui lui évoquait parfois un enfant tâtant du bout de son bâton les entrailles dévidées d’un cadavre de chien. Mais jusqu’ici, les légendaires hommes-loups du Nord brillaient par leur absence, du moins à leur connaissance. « Aucun peuple ne sait mieux se cacher que les Lonaks, Votre Altesse », l’avait avertie le Frère Commandant en poste à Cardurin, un grand gaillard au regard clair et rusé. « Vous ne les verrez pas, mais que les Défunts me foudroient s’ils ne vous ont pas repérés dès votre départ de la ville. » 


L'auteur : (source : Imaginales)



Né en Ecosse en 1970, Ryan est diplômé en histoire médiéval. Avant d’être écrivain, il travaille à plein temps comme chercheur à Londres. Parallèlement, il écrit Blood Song (La Voix du sang, Bragelonne, 2014) sans trouver acquéreur. Il décide tout d’abord de s’auto-éditer, puis passe un contrat en 2012 avec Penguin Books, très grosse maison d’édition anglaise. Son livre rencontre alors un grand succès qui lui permet de se consacrer à plein temps à l’écriture. Indépendamment de son engagement avec Penguin, il continue d’auto-éditer une série de novellas de SF.

Auteur de fantasy et de SF, Ryan marche dans les traces de David Gemmell et de Patrick Rothfuss, à travers des récits épiques, mêlant roman d’apprentissage, héroïsme et magie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire