jeudi 2 juin 2016

La guilde des magiciens, de Trudi Canavan [FANTASY]



Dans la guilde des magiciens, nous allons suivre l’histoire de Sonea, une adolescente de la rue qui va découvrir malgré elle qu’elle possède des pouvoirs naturels, ce qui est un fait exceptionnel, puisque normalement, les personnes ayant des capacités magiques sont issues de la haute société, et intègrent dès leur plus jeune âge la guilde de magiciens. Cependant, savoir qu’une jeune mage qui ignore comment contrôler sa magie se promène librement en ville peut vite s’avérer très dangereux pour elle comme pour son entourage. C’est pourquoi elle va être recherchée par la guilde.
Mais Sonea a une vision très négative de la guilde. Elle a grandi dans la rue avec des voleurs et comme ses confrères, elle se sent trahie par ces mages depuis la Purge, un évènement historique qui a vu s’opposer la haute et basse société.  Elle va donc tout faire pour fuir ceux qui la pourchasse, avec son ami Cery.
La traque va être complexe, et longue, puisque Sonea et ses amis ne sont pas à court d’idées pour échapper à la guilde, et connaissent comme leur poche les quartiers d’Imardin.

La traque  et la découverte de la magie vont être les intrigues principales de ce premier tome, et cela va permettre au lecteur de découvrir l’univers et les personnages crées par l’auteur. Egalement, de nombreuses questions vont être abordées : Comment Sonea, issue de la pauvre société, peut avoir des habilités magiques, comment cela fonctionne-t-il ? Quelle est la position réelle de la guilde dans la société ? 
«  Seigneur, vous vous souvenez que Sonea n’est pas une petite novice gâtée que des parents trop laxistes nous ont confiée ? Il y a moins de deux semaines, elle était persuadée que nous voulions la tuer. »


La narration alterne donc entre différentes point de vue : Certains membres de la guilde, comme Rothen, Dannyl, Cery, le tire rivière et ami proche de Sonea, et évidemment Sonea elle-même. Chaque point de vue est intéressant puisque cela nous donne une vision globale sur l’univers, et sur le parti pris de chaque personnage.
Le style de l’auteur est facile à lire, idéal pour débuter la fantasy, que l’on soit adulte ou adolescent. Je suis entrée rapidement dans son univers, même si j’ai ressenti parfois quelques longueurs, surtout dans la première partie.

J’ai beaucoup aimé comment le monde est construit. Irmadin ressemble à la structure de villes médiévales, à savoir une architecture en cercle, et on ressent parfaitement à travers ses descriptions l’humidité des taudis, ou encore le luxe de l’académie des mages. On découvre, comme dans Harry Potter, la magie qui existe. J’ai particulièrement aimé le personnage de  Rothen, que j’ai trouvé patient, ouvert et démagogue. C’est d’ailleurs grâce à lui que nous découvrons le système de magie. On ressent également beaucoup de sentiments entre les personnages ; En effet, comment ne pas être touché par l’instinct protecteur de Cery envers Sonea ? ou encore par la sensibilité de Dannyl, ou encore cette médiocrité et haine qu’exerce Fergun sur son entourage, et donc sur le lecteur…

Cependant, bien que les personnages soient travaillés, ils restent à mon goût un peu trop manichéens, et j’aurai aimé plus de nuances de la part de certains.

La fin m’a également un peu déçue, car elle arrive très vite et surtout très facilement.

Je pense tout de même poursuivre cette trilogie, qui a reçu de bons retours, et en découvrir plus sur les origines de Sonea concernant ses pouvoirs. 

Je remercie Milady pour l'envoi de ce service presse. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire