lundi 1 août 2016

Allison, de Laurent Queyssi - Moutons Electriques

1993 : l’année du bac pour Allison, qui attend le jour où elle pourra quitter sa petite ville terne. Heureusement, il y a la musique. Le groupe dans lequel elle joue de la basse, Sugarmaim, mais aussi tous ceux qu’elle écoute : Pixies, Ride, Sonic Youth, Slowdive ou Pavement.

Puis il y a celui qui l’a fait littéralement planer, un matin d’hiver froid : My Bloody Valentine. En écoutant « Loveless », walkman sur les oreilles, la jeune fille décolle. Littéralement. Ses pieds ne touchent plus le sol. Elle lévite. Quand l’expérience se répète, Allison commence à s’inquiéter. Pourquoi est-elle ainsi transportée par la musique ? Est-elle malade ? A-t-elle hérité d’un étrange pouvoir que possédait son père, disparu quand elle était enfant ? Pour le découvrir,elle va devoir se perdre dans une salle de concert anglaise, à la recherche d’un auteur dont le personnage principal est atteint du même syndrome. Se perdre… et se retrouver ?



Je remercie vivement les éditions des Moutons Electriques pour l'envoi de ce service presse.

Lors des Imaginales, j'ai enfin rencontré l'attaché de presse des M.E, et nous avons parlé, bien évidemment, de leur catalogue. Lorsqu'il m'a présenté Allison, j'ai eu très envie de le découvrir, même si ce n'est pas le genre de romans vers lequel je me tourne naturellement.

Dans ce roman court de 155 pages, nous suivons Allison durant son année de terminale. L'histoire se passe en 1993, et tout le contexte, particulièrement musical, y est présenté.
Car c'est autour de la musique rock des 90"s que le fil rouge se déploie.
En effet, Allison est bassiste dans un groupe de rock, et sa passion pour la musique est mise en avant durant tout le roman. Allison a une particularité : Sans le vouloir, il lui arrive de léviter lorsqu'elle rentre en transe en écoutant certains morceaux de ses groupes préférés.

Inquiète de ce phénomène, elle va partir sur la piste de son père qu'elle n'a jamais connu pour savoir si ce dernier, musicien dans un groupe dans les années 70 possédait aussi cette faculté.

L'auteur introduit de nombreux groupes de rock que je ne connaissais pas, ou peu : Pixies, Pavement, Cure, Nirvana... au final, des groupes de musiques du début des années 90 que je connaissais principalement de nom. Cette incursion musicale m'a poussé à me rappeler ce que moi j'écoutais, à l'age d'Allison, mais dans les années 98-2000! J'ai un peu regretté d'avoir ce manque de connaissance pour mieux me laisser emporter par la musicalité du roman. Mais en 1993, j'avais 11 ans et j'écoutais plutôt les influences musicales de mes parents : Queen, Michel Delpech, Herbert Léonard, Georges Michael ! Et aussi Jordy et Fanny !
J'aurai été plus sensible à l'histoire si l'auteur avait mentionné Bon Jovi, Guns ' Roses, Aerosmith, mais cela ne tient qu'à la culture personnelle propre à chacun. Cela dit, ce roman m'a permis de découvrir des groupes sympas, et je pense d'ailleurs un peu plus me pencher sur les albums de "Pavement".

Cette histoire est également un rappel de notre jeunesse, notamment l'année fatidique du bac, qui implique nombre de changements : le passage de l'adolescence à l'age adulte, les premieres grosses soirées et expériences sexuelles, la quête d'identité, trouver des repères. Tous ces élements sont amenés avec beaucoup de naturel et de simplicité.



Même si j'ai eu légèrement du mal avec le ton donné au personnage d'Allison (j'ai eu souvent l'impression que c'était un jeune homme qui parlait et non une jeune femme), je l'ai trouvée attachante et j'ai aimé son tempérament passionné!

Je recommande ce livre à tous les nostalgiques des années 90 mais également aux nouvelles générations qui désirent connaitre les moyens que nous avions à cette époque :) (whaou, ca fait vieux de dire ça, mais quand on voit l'évolution technologique réalisée en 20 ans, je ne peux que confirmer ce ressenti)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire