jeudi 16 mars 2017

LA VIE ENFUIE DE MARTHA K, D'ANGELIQUE BARBERAT

 Un froid glacial la tire de l’inconscience. Autour d’elle, des parois métalliques et sales. La jeune femme ne sait pas comment elle est arrivée là et, pire, elle ne sait pas qui elle est.

Après des semaines, elle apprend qu’elle se prénomme Martha, qu’elle est française, mariée et mère d’un petit garçon. Personne ne peut expliquer pourquoi elle se cachait dans la remorque de ce camion, à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Elle moins que les autres, car son amnésie est totale. Et quand elle revient dans leur maison sur les bords du lac d’Annecy, elle découvre sa vie passée.

Mais elle ne se reconnaît pas dans la femme qu’on lui décrit. Une part d’elle-même a disparu, Martha en est certaine. Alors elle va enquêter. Que faisait-elle sur cette route lointaine, un matin de janvier ? Est-ce qu’elle fuyait ? Pourquoi n’avait-elle sur elle qu’un tube de rouge à lèvres ? Pourquoi, surtout, le sentiment que quelque chose – ou quelqu’un – lui manque atrocement est-il aussi ancré en elle ?

Après le succès de Bertrand et Lola suivi de Lola ou l’apprentissage du bonheur et de L’Instant précis où les destins s’entremêlent, Angélique Barbérat a choisi d’explorer les mystères de l’identité à travers le bouleversant personnage de Martha, en quête d’un amour égaré dans les méandres de sa mémoire.


Je remercie vivement les éditions Michel Lafon pour l'envoi de ce service presse. Depuis le temps que j'entendais Candyshy (oui je pointe du doigt) parler d'Angelique Barberat, j'ai sauté sur l'occasion pour découvrir son dernier roman paru le 02/02/2017.

Dans ce récit, l'auteure donne la parole à Martha Klein, une femme d'une trentaine d'années qui se réveille à l'arrière d'un camion à la frontière allemande. Martha est amnésique, n'a aucun souvenir, mais sait parler allemand. Ce qui laisse présager que cette femme retrouvée est originaire de ce pays. Pendant quelques semaines, elle va rester dans un foyer, jusqu'à ce que les services de renseignements fassent le lien avec cette femme disparue peu après le jour de l'an en Haute Savoie. C'est ainsi qu'elle va retrouver son foyer : son mari et son garçon de 10 ans. Martha découvre également qu'elle est enceinte, à un stade bien avancé. L'absence de souvenirs, de son passé, va permettre au lecteur de découvrir en même temps, et à travers les témoignages de ses proches, qui était cette femme. J'ai trouvé cette partie un peu longue, elle s'étale sur 150 pages et j'ai eu du mal à rester captiver. De plus, je ne lisais que les soirs, si je ne m'endormais pas avant, du coup, j'ai bien du mettre 3 semaines à lire cette première partie... J'aurai aimé que l'auteure passe un peu moins de temps sur cette partie, sachant qu'en 150 pages, plusieurs années s'écoulent.



Un jour, un souvenir va éclater, et à partir de là, nous allons entrer dans la seconde partie du livre, que j'ai trouvé plus interessante, plus captivante. Même si au départ, l'histoire présentée m'a un peu dérangé, je me suis finalement vite laissée captiver par les personnages. J'avoue avoir eu un échange avec l'éditrice qui a du me prendre pour une bobette. Car je n'avais pas assimilé à ce moment que (attention risque de spoilers) Raphael et le nom inscrit sur le premier souvenir de Martha étaient la même personne. Et à un moment du livre (celui avec le cahier rouge), j'étais complètement perdue, j'ai du relire le chapitre 3 fois et l'éditrice ne m'a pas répondu... Bref, une fois cet anicroche dépassée, j'ai pris plaisir à découvrir le passé de Martha.

Les émotions sont au RDV, la plume de l'auteure est juste, l'alternance entre les dialogues et les descriptions de la vie quotidienne sont bien gérés et pour les connaisseurs, Angelique Barberat glisse quelques références à Bertrand et Lola.

La dernière partie est la meilleure, puisque la vérité explose, tout s'accélère et nous nous posons 1000 questions sur le responsable de l'accident causé envers Martha.  


En quelques mots, j'ai apprécié la plume d'Angelique Barberat, même s'il m'a fallu quelques centaines de pages pour me familiariser et réellement entrer dans son histoire. Une fois la seconde partie entamée, j'ai eu du mal à le poser car je voulais connaître le responsable de l'accident de Martha. Le plan est diaboliquement bien construit, les personnages sont réalistes, et j'ai apprécié découvrir les paysages dépeint par l'auteure concernant Annecy, le lac d'Annecy, et les petits villages autour du lac. La vie enfuie de Martha K, c'est également une belle histoire d'Amour, complexe, laissant quelques dommages collatéraux. L'épilogue est super touchant et émouvant.

Pour information, l'auteure sera en dédicace à la FNAC Bellecour ce samedi 18 Mars.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire