samedi 26 août 2017

J'AGONISE FORT BIEN MERCI , D'OREN MILLER #POLAR

Sainte-Marie-La-Grise. Son cadre exceptionnel près de la côte d’émeraude en fait une destination de vacances des plus prisée. De magnifiques paysages, un mystérieux folklore breton et des morts qu’on a aidés à trépasser raviront les plus aventureux d’entre vous. 
Profitez de l’hospitalité chaleureuse des habitants qui sauront vous mettre à l’aise.
Afin d’apprécier pleinement votre séjour, veillez cependant à respecter trois règles :
1 Écoutez toujours les murmures de ceux que vous ne voyez pas.
2 Gardez-vous des créatures sinistres qui frappent avant d’entrer.
3 Soyez sage. Très sage








Mon avis : 


Soyons efficaces... tout comme l'est Evariste, notaire et premier membre du duo d'enquêteurs que nous présente Oren Miller dans ce roman qui prend place en Bretagne.

Tout d'abord, j'aimerai revenir sur l'objet livre. Encore une fois, les éditions de l'Homme sans Nom nous propose un très bel ouvrage, avec une couverture mystérieuse, réalisée par Emile Denis.

La 2e de couverture est toute aussi belle avec un magnifique portrait crayonné d'Evariste et Isabeau.

Chaque chapitre est également illustré d'ailes de fées, appelant ainsi l'imagination du lecteur à se dépayser avant même d'avoir plongé dans l'enquête.

Tous les chapitres sont découpés également en deux parties, la séparation étant marquée par des bois de cerf.

Enfin, le résumé n'en dit ni trop, ni trop peu, il est vraiment synthétique et suffisant pour appeler notre curiosité!



J'ai découvert les romans d'Oren Miller en mars, lors de ma lecture du Roi Sombre, un roman SF inspiré du comte de Monte Cristo, que j'avais adoré! Lors du quai des polars, mon chéri et moi avons donc décidé d'acheter ses deux derniers romans parus chez HSN, mettant en scène un duo d'enquêteurs, de notaires. Le second opus s'intitule "vous pouvez enterrer la mariée" et se passe en 1952, tandis que JAFBM se déroule en 1950, au moment où Evariste et Isabeau vont se rencontrer.

Il est difficile de parler de ce roman, car j'ai vraiment beaucoup aimé à de nombreux points de vue... L'intrigue mystérieuse, complexe, très très bien ficelée! Durant toute la lecture, j'ai cherché à savoir qui était l'assassin. Passant d'un accusé à un autre, on se laisse surprendre par des rebondissements qui font tomber nos théories à l'eau. J'ai été très agréablement surprise par le dénouement de cette histoire, chaque élément apporté faisant référence à des évènements réels, que je n'aurai même jamais cru possible !  Je me suis vraiment demandé à quoi ressemblait les notes d'Oren pour constuire un tel puzzle, sachant qu'en plus,  elle signe ici son premier polar publié! Bravo, elle a réellement du talent!

Au niveau de l'écriture, cela suit également, tout est fluide. Comme dans le Roi Sombre, elle reste proche de son métier de juriste en mettant ici en scène des notaires. Les descriptions sont très bien faites, moi qui adore la Bretagne, j'ai eu l'impression d'y aller, et j'ai aussi eu trèèèès envie de manger des Kouign Amman et des galettes! L'intrigue prend place entre Dinard et St Malo (ma ville coup de coeur) dans le village de Ste Marie la Grise (inventée par Oren Miller). Elle s'inspire de ses visites, qu'elle retranspose dans les années 50 pour nous offrir un voyage complet à travers cette côte d'Emeraude et à travers le temps! Chaque élement est soigné, que ce soit les vêtements d'usage, les véhicules, les moyens de communication. C'est très agréable à découvrir. Et je ne vous parle pas des paysages !




Qui dit Bretagne, dit également folklore. Oren Miller mélange à son intrigue de base quelques légendes bretonnes, en présentant dès les premières pages un poème intitulé "Ce que disent les fées avant de tuer". Ici, point de bonne fée, mais des fées plus machiavéliques, malheureuses, et maudites; J'ai eu plaisir à retrouver les lavandières de nuit ou les vouivres par exemple, mais également à découvrir d'autres espèces comme les Margots. Cependant, je tiens à soulever ce tout petit bémol.. J'aurai aimé un peu plus de fantastique, je pensais vraiment que l'intéraction folklore/enquête arriverait plus vite.. J'espèrais donc un récit où le lecteur serait vraiment plongé dans une ambiance ésotérique, hors, on garde malgré tout bien les pieds sur terre. Même si les différents passages évoqués avec ces fées peuvent faire flipper les âmes très sensibles.


Ca se passe en 1950, les gens sont crédules, et mauvais, et on découvre que même après des siècles, il y a toujours cette opposition christianisme/paganisme. C'est évoqué avec légèreté mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser.

Enfin, comment ne pas parler d'Isabeau et Evariste? On jubile face à ce mélange de Poirot et de Sherlock Holmes! Sans parler des quelques références glissées à Agatha Christie qui parleront aux plus férus de la Reine du Polar anglais ! Isabeau est novice, il vient de débuter dans son métier, il est naif mais pas idiot, il apprend vite et observe attentivement son maître, Evariste. Ce dernier a un passé assez unique qui m'a aussi beaucoup plu et pour lequel j'aimerai en apprendre plus dans les prochains romans.

Les personnages secondaires sont bien développés, ils sont tous assez complexes, même les plus simplets ont une psychologie bien développée.


Vous l'aurez compris, quand Oren Miller s'attaque à un roman, elle est loin de faire les choses à moitié; Son sens du détail la démarque largement dans le genre. On sent son investissement à tout mettre en place, se référant à des faits réels pour être encore plus marquante. Son style d'écriture, la mise en place des mystères, des intrigues font que JAFBM est un roman qui peut être lu par tous. Les personnes qui craignent le fantastique  n'ont pas à être craintifs, puisque l'autrice s'inspire uniquement de légendes bretonnes, et que l'ensemble reste accessible au plus cartesien.
C'est sans aucune hésitation que je lirai les autres enquêtes de ce duo ! D'ailleurs, le prochain est déjà dans ma bibliothèque, mais il parait qu'il est plus gore que celui ci, donc je préfère attendre un peu avant de me lancer.. Même si l'envie me démange :)




Aucun commentaire:

Publier un commentaire