samedi 23 mars 2019

#PLIB2019 : La fille qui tressait les nuages, de Céline Chevet

Paru en Juin 2018
290 pages
Edition du Chat Noir
Lecture numérique
#ISBN9782375680797

La fille qui tressait les nuages fait partie des 5 finalistes du plib 2019, et autant vous dire que j'ai entendu beaucoup d'avis positifs autour de cet ouvrage, ce qui fait que j'en attendais beaucoup, tout en étant un peu craintive par certains aspects... Mais alors comment suis-je ressortie de cette lecture?

Tout d'abord, je vous avoue que j'étais réticente de le lire car j'avais pas mal vu passer des avis comme quoi ce roman était plus comme un conte ou une fable japonaise.. et en général, je ne suis ni friande des contes ou réecriture de contes (en général je passe à côté) ni très férue du Japon. 

Mais Céline de BooktubersApp m'a affirmé qu'il ne s'agissait pas d'un conte, et je me suis donc lancée dans cette lecture.

Je ne vais pas vous faire languir, j'en ressors mitigée... Disons que pour un roman finaliste, j'en attendais beaucoup plus de la dimension fantastique, qui pour moi n’apparaît que dans le dernier quart... Même si un élément est présent depuis le début.

Ensuite, je n'ai pas du tout réussi à m'attacher aux personnages. Concernant Akiko
j'en attendais donc plus d'elle, et malheureusement, elle était vraiment secondaire, j'aurai tant aimé qu'elle ait un lien plus étroit avec l'histoire qui règne sur cette famille... Dommage... 


Je suis restée sur ma faim sur un élément qui était réccurent, et je vais devoir spoiler donc attention les yeux et retrouvez moi plus bas si vous désirez lire la suite;


SPOILER/////// En effet, j'ai trouvé que l'autrice insistait beaucoup autour de l'eau, entre la pluie, l'océan, tous ces effets qu'elle a voulu mettre, et je suis allée chercher plus loin que le bout de mon nez, j'espèrais vraiment une histoire en lien avec l'eau, peut être même une mythologie nippone liée à cela, ou bien la malédiction liée à cet élément. Après lecture et réflexion, j'imagine que ces évocations aquatiques étaient surtout là pour servir l'écriture poétique de l'autrice? 
FIN SPOILER//////



J'ai deviné très très vite, voire dès le début, certains mystères de l'oeuvre. Seul un point m'avait surpris, vers la fin, je ne m'attendais pas à ce retournement de situation, mais pas au point d'être scotchée comme ont pu l'être d'autres lecteurs.

Cela dit, j'ai lu ce livre en 3 jours, ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps. J'ai été assez captivée par l'intrigue, et j'avais vraiment envie de voir jusqu'où ça irait, j'espérais peut être un peu plus d'angoisse d'ailleurs.

Je n'ai pas été gênée par le côté glauque que tout le monde évoque. Alors oui, les amateurs de chat risquent d'être très touchés, car Céline Chevet n'y va pas de main morte avec eux. Mais encore une fois, je m'attendais à beaucoup plus difficile à lire, or, pas du tout, c'est vraiment passé facilement.

L'écriture de l'autrice est agréable à lire, l'ensemble est fluide, elle alterne passé et présent et aborde de nombreux thèmes dans ce roman :

Tout d'abord le thème principal, le deuil. En effet, on apprend rapidement que le personnage principal, Julian, a perdu son amour il y a quelques années, d'une maladie. Il a énormément de mal à faire son deuil, malgré le soutien du frère de la victime, et de quelques ami(e)s autour de lui. Le thème est bien abordé, avec des références sur le fait de laisser les morts où ils sont pour aller de l'avant;

En parallèle, il y a tout l'aspect nippon qui ravira les amateurs. Il y a de nombreuses références à leurs coutumes, leurs rythmes de vie, leur tenue, leurs habitudes etc. Ce n'est cependant pour ma part pas ce qui m'a vraiment emporté, mais je tiens à le souligner pour les personnes qui adorent ce pays. Au moins, le dépaysement est présent.


Elle aborde aussi les thèmes propres à l'humain : l'amour et l'amitié principalement, c'était bien amené. Cependant, j'ai un bémol encore sur le personnage de Souchiro, vu le personnage ambigu qu'il est, à la fois mature, et insouciant, friand de relations sexuelles et désireux de vivre une vie libre, je m'attendais à quelque chose de plus complexe que ce que j'ai finalement appris sur lui. Mon imagination fertile m'avait encore une fois amenée trop loin :)

En bref, je retiens que Céline Chevet a une jolie écriture, a su m'emporter dans son univers et l'ambiance, mais je n'ai pas réussi à me sentir plus investie, et je suis notamment restée hermétique envers les personnages. J'attendais aussi un peu plus d'immersion fantastique, pendant les 2 tiers, j'ai vraiment "quasi" eu l'impression de lire un roman contemporain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire