jeudi 23 juillet 2020

La cité des Chimères, Vania Prates #PLIB2020


La cité des chimères par Prates


Le monde tel qu'on l'a connu a disparu. Chaos, misère, famine ... Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce  qu'ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.

Dans ce monde proche de l'utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n'a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu'elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui même non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redouté "Confrérie des Sans-loi".

Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde.


La cité des Chimères fait partie des 5 finalistes du PLIB2020 et a été publié aux éditions SNAG.

Snag est une maison d'édition indépendante que j'ai découvert par le roman de Johanna Marines "Cendres" publié en 2019.

Vania Prates est une autrice que je découvre par le biais du PLIB. Ce roman faisait d'ailleurs partie des 20 sélectionnés pour lesquels j'avais porté ma voix à la première étape de sélection du jury. Le thème m'a beaucoup attiré, les guildes, les Chi, l'utopie et une ville sylvestre ne pouvaient que me séduire.

Je me suis donc plongée dans ce roman il y a quelques jours, et j'ai pris plaisir à le découvrir. Je l'ai lu assez vite, l'écriture est très fluide et on se laisse embarquer dans une visite guidée de la ville Londown Fileds, un Londres réinventé après l'apocalypse. 

Notre monde actuel n'existe plus, et une nouvelle Terre s'est formée, une Terre où la nature a repris ses droits. Ainsi, on découvre des endroits très verts, arborés, où les gens se promènent avec des animaux sauvages (tel Lira dans à la croisée des mondes).

Le lecteur suit l'histoire de Celeste, une jeune femme de 17 ans qui a arrêté d'étudier à 11 ans pour se consacrer à la boutique familiale. Son éducation ayant été interrompue, elle n'a jamais pu découvrir quel est son Chi, son appartenance à une guilde. Elle est entourée de frères et passe son temps à faire des livraisons, car elle adore arborée la ville.
De l'autre côté on suit Calissa, qui appartient à l'une de ces guildes citées ci dessus et qui va confier un colis volé à Céleste. 
Leur rencontre va bouleverser la vie de la première, qui va, pas après pas, découvrir la cité par le biais des Guildes.

Là encore, le lecteur en prend plein les yeux. On découvre tout par les yeux de Céleste et c'était vraiment très bien imagé et agréable à découvrir. Certaines salles font rêver, on aimerait en faire partie!  
Celeste va être amenée à enquêter sur une intrigue qui tourne autour de traduction de runes.

Quant à Calissa, on découvre son histoire et son passé tout au long du roman.

J'aborde rapidement le thème des Chimères, vu que le titre porte sur ces créatures. La révélation finale n'en a pas été une pour moi, c'était tellement évident que je me suis demandée comment les personnages n'ont pas pu voir les choses ainsi avant! 

Au delà de ce léger bémol, l'histoire m'a vraiment porté et balladé et c'était agréable à lire. 

Livre lu dans le cadre du #PLIB2020 #ISBN9782490151219





jeudi 25 juin 2020

La mort en tête, de Sire Cédric #Thriller #Fantastique

La Mort en tête | Lisez!

À Drancy, en Seine-Saint-Denis, la séance d'exorcisme d'un enfant de 8 ans tourne au drame. Appelée sur les lieux, Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle, rencontre Dorian Barbarossa, un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle calibre 22 dans le crâne. Il a tout filmé, ou presque...
Au cours des jours qui suivent, la policière se sent observée. Elle sait que le danger rôde, même si les mois qui viennent de s'écouler ont été plus doux que d'habitude. Elle est amoureuse... et enceinte d'Alexandre Vauvert.
Très vite, entre Paris et Toulouse, le duo d'enquêteurs se trouve de nouveau sur la brèche. Et cette fois, ils sont eux aussi les proies d'un tueur psychopathe...


Il y a plusieurs semaines, j'ai décidé de sortir l'un de mes Sire Cédric de ma PAL. Cela faisait un sacré moment que je n'avais pas lu de thrillers, et mon choix s'est porté sur le dernier tome des enquêtes de Vauvert et Svarta (après avoir été tentée par Candyshy sur sa chaîne Youtube!) 

Cela faisait bien 4/5 ans que j'avais lu le tome précédent, et si l'auteur ne m'avait pas rappelé la fin lors d'un salon en 2016... j'aurai été un peu perdue au début de découvrir le gros changement que le couple est sur le point d'aborder. 

Vauvert est enquêteur à Toulouse, Svarta au 36 quai des Orfèvres à Paris. Ils se retrouvent le week end et vivent le reste de la semaine dans leur ville respective. 

Svarta est appelé une nuit pour enquêter sur la mort d'un garçon de 8 ans, décédé lors d'un exorcisme pratiqué par un "prêtre". Exorcisme qui a été filmé par un journaliste pour son reportage sur le surnaturel. 

L'enjeu n'est pas de découvrir l'assassin puisqu'on l'apprend dès les premiers chapitres. Le but de ce récit est surtout de découvrir comment Eva Svarta va s'en sortir puisque cet assassin va s'en prendre à elle et en faire sa proie principale. 

L'histoire se déroule de Paris à Perpignan, on voyage, on transpire, et du coté de Vauvert, on se dit qqu'il est dans une belle merde puisque de son côté, alors qu'il enquêtait sur une histoire de corruption, tout va venir  à le désigner comme le parfait coupable et toute la pj de Toulouse va chercher à l'attraper.
Nous lecteur, on sait ce qu'il en est puisqu'on suit à la fois le point de vue du couple, mais aussi celui de l'assassin, et cela a de quoi nous rendre dingue!!!

La part fantastique que l'on octroie facilement à cet auteur apparaît aussi rapidement; Il semble que du givre apparaît dès lors qu'Eva court un grand danger. De plus, elle et Alexandre Vauvert font des rêves similaires, sur la banquise, qui se recouvre de sang.. que cela veut il dire? 


C'était un récit haletant, stressant, difficile à lâcher. J'ai passé une très bonne expérience de lecture, même si je reconnais que j'ai eu beaucoup d'angoisses et que aujourd'hui, je pense que le thriller n'est pas ma came et m'imprègne trop pour que je puisse en prendre un vrai plaisir de lecture comme je peux l'avoir avec la fantasy ou la romance :) 


vendredi 29 mai 2020

Fucking Girl #1 : Outdoor, de Amélie C Astier

Fucking girls, tome 1 : Outdoor par Amélie C. Astier

Deux acteurs passent un arrangement qui va chambouler leur existence. **Bienvenue dans l’univers du porno arty.Chez FUCKING GIRLS, le monde du X bisexuel est revisité.Un nouveau label ouvre ses portes. Au programme ? De nouveaux couples, de nouveaux horizons et de nouvelles expériences. Maddox De La Cruz et Reyes Alvarez forment un partenariat explosif. Spécialisés dans une toute nouvelle catégorie « L’OUTDOOR », les deux acteurs chamboulent les codes de l’arty et tournent dans des lieux où avoir un pantalon baissé et une jupe relevée n’est pas vraiment recommandée par la loi. Mais qu’importe, les deux amis s’éclatent et leurs escapades filmées remportent un joli succès.Entre eux, une véritable amitié s’est installée, devant les caméras et loin des studios, ils passent du bon temps ensemble, et l’alchimie n’est jamais très loin.Et lorsque Reyes est face à un sérieux problème, Maddox n’hésite pas à l’aider. Même si pour cela, ils vont devoir mentir, pour le meilleur, le plus drôle, mais surtout pour le pire.***Fucking Girls, Tome 1/3


Lors du confinement, j'ai profité de quelques ebooks offerts par certains auteurs, comme ca a été le cas pour ce roman d'Amélie Astier. Cette autrice, je vois souvent son nom sur les réseaux, et quand j'ai regardé ce qu'elle a écrit sur Babélio, je n'en suis pas revenue! Elle aurait publié plus de 70 romans ! après je n'ai pas vérifié mais j'imagine que Babelio référence peut être les intégrales qu'elle a publié une fois ses sagas complètes! En tout cas c'est un sacré boulot et une passionnée que j'ai découvert grâce à Fucking Girls !

De base, le titre n'aurait pas spécialement retenu mon attention, et pourtant, cette lecture fut pour moi une révélation! 

En effet, j'ai totalement plongé dans l'histoire de Reyes et Maddox. On est dans une romance érotique, dans le milieu du porno arty et on suit l'histoire de ces deux personnages qui se sont rencontrés dans leur studio de tournage, et sont devenus meilleurs amis au delà de l'écran. Dans le studio, il est évident que leur couple forme une alchimie incroyable et que les deux connaissent le corps de l'autre parfaitement bien, sachant quoi faire pour atteindre le 7eme ciel!

Mais les choses vont vite se corser. Reyes va apprendre une nouvelle qui va la bouleverser et qui risque de modifier sa vie à jamais. Ce fut ma seconde révélation dans cette histoire. Car je m'attendais au départ à lire une romance érotique sans trop de réfléxion. Bien au contraire... Amélie Astier aborde des thèmes profonds et difficiles, tels que l'immigration ou encore la violence conjugale.

La relation entre Maddox et Reyes va prendre une autre tournure pour aider Reyes à surmonter ses épreuves; Leur amitié va être ébranlée, et l'alternance des points de vue permet bien de ressentir leurs émotions et leur mental. 

Le milieu dans lequel ils évoluent est très intéressant, et j'ai apprécié découvrir le fonctionnement de ce studio de tournage ainsi que ce que l'autrice veut défendre avec le porno arty. A savoir une sexualité respectée, sécurisée avec de nombreux contrôles d'hygiène, et filmé avec beaucoup d'intimité pour retranscrire un réalisme qui n'est pas mis en avant dans les autres milieu porno. Il faut s'attendre à être témoin de scènes à 2, voire à plus, ou encore sur le thème #outdoor (sans grande surprise, c'est le titre de ce premier tome). J'ai beaucoup aimé les autres personnages, on a envie d'en apprendre plus sur leur histoire, et j'ai aussi apprécié Scarlett, la Directrice du Studio, qui est un véritable soutien pour ses acteurs et actrices ! 

L'écriture d'Amélie Astier est tellement captivante, je ne m'y attendais pas!

Elle ne passe pas par quatre chemin pour détailler les scènes, et malgré l'emploi de termes qu'on utilise dans le langage quotidien pour parler de ça, elle ne tombe jamais dans la vulgarité! Elle aborde la sexualité sans tabou, et pousse ses personnages à quelques limites qu'ils ne pensaient pas dépasser et qui vont les mettre dans un état d'abandon et de lacher prise qui m'a aussi beaucoup plu!

Maddox est tellement adorable (et sexy). Il a 22 ans et travaille dans ce milieu pour pouvoir payer ses études d'infirmier. Il sait ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, il se sacrifie beaucoup pour les autres (sa vocation d'infirmier n'est pas anodine ^^) et il a un grand respect, je l'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé! (et je ne parle pas de ses exploits d'amant, il est incroyable!)

Reyes est une combattante et une femme fragile. Du haut de ses 27 (ou 28) ans, elle a déjà traversé un sacré chemin et n'est pas au bout de ses peines. J'ai été très touchée par elle, par sa fragilité et sa force, ,par ses peurs et ses convictions, et par son envie de retrouver totalement une liberté. 


En bref, j'ai vraiment adoré cette lecture, que ce soit pour la sexualité telle qu'elle a été abordée, par les scènes intenses qui ne tombent jamais dans la vulgarité, par les thèmes profonds qui sont abordés et rendent les personnages principaux encore plus attachants! Je lirai sans conteste d'autres romances de cette autrice, il y en a tellement qui me font envie, le choix va être dur!
Si vous l'avez lu, dites moi quelles sont vos romans préférés d'elle ou d'elle et son binom Mary Matthews !


dimanche 24 mai 2020

Phoenix Ashes, de Fleur Hana #Romance #MCBikers : Tome 1 : Blade :

Phoenix Ashes, tome 1 : Blade | Livraddict
(on le précise, que le mec de la photo est plutot pas mal?)

 y a les cicatrices qu’on voit… et celles qu’on dissimule.

Hannah

Un instant, je réalise à quel point je suis chanceuse d’être si bien entourée par cette immense famille. Et celui d’après, je me rappelle qu’un trou béant creuse ma poitrine et qu’il m’a rejetée. Les émotions que ce constat réveille se bousculent en moi sans délicatesse, m’empêchant de me décider sur une question pourtant très simple.

Suis-je heureuse ?

Blade

Quand je suis près d’elle, je ne raisonne plus. J’y vais à l’instinct. C’est ça qui m’a incité à la rejeter. Mais la vie sans elle ? J’essaie, putain, j’essaie et j’échoue. Chaque matin je me dis que c’est le bon, celui où je vais tourner la page et passer à autre chose.

Et chaque matin, je sais que je me plante.

Cette romance se déroule dans le milieu des clubs de moto 1% (hors-la-loi) et comporte des scènes de sexe et de violence. Il n’y a pas de cliffhanger et les héros ont droit à leur fin heureuse 


Fleur Hana est une autrice que je connais de réputation depuis un certain nombre d'années, et que j'ai eu l'occasion de rencontrer lors du Festival de la Romance en 2016.
Malgré ses nombreux romans déjà parus, je n'avais pas sauté le pas. C'est lorsque le début du confinement a commencé, et que plusieurs autrices se sont réunies pour offrir à leurs lecteurs des ebooks que j'ai décidé de sauter le pas.

Fin mars, Fleur a donc décidé d'offrir le tome 1 de sa saga de Bikers  : Phoenix Ashes #Blade.

Etant encore novice dans l'univers des bikers, et ayant pour seule référence la saga que j'avais adoré (et dont il me reste encore un tome à lire ainsi que les spin off) de Blandine P Martin "Wild Crows", je me suis lancée dans cet univers avec beaucoup d'attente...

Je suis ressortie de cette lecture mi figue mi raison. J'ai trouvé que les émotions étaient bien décrites, on se prend forcément d'empathie pour Hanna, qui subit de nombreux traumatismes, mais d'un autre côté, j'ai été assez sceptique sur les ellipses temporelles, qui ne m'ont pas permis de m'attacher à la romance entre Hanna et Blade. 
J'avais même arrêté ma lecture car je trouvais que l'ensemble manquait de cohérence et de fluidité (l'histoire se déroule quand même sur plusieurs années, avec parfois des bonds dans le temps de 5 ans). Mais mon amie Fann (Fanny avec un Y sur Instagram) a fait quelques IGTV sur ce tome et cela m'a donné envie de poursuivre jusqu'au bout.

Je retiens de cette lecture ce que traverse l'héroïne, la force avec laquelle elle s'attache à la vie, la façon dont elle va être entourée par le club de Blade. 

Par contre,  j'avoue, j'ai été triste de voir que l'intrigue autour de l'agression n'est pas l'élément le plus important de l'histoire, même si il reste en fil rouge. J'imaginais vraiment que son MC ainsi que le MC de Blade allaient tout faire pour retrouver l'agresseur, et on a un grand vide à ce niveau. Cela continue avec le second drame de sa vie, et rien n'a vraiment bougé aux yeux du lecteur. Je m'attendais à une romance pleine d'actions et de dangers, avec le cœur qui ferait des chutes vertigineuses. J'ai du faire une croix la dessus, et par la suite, je me suis plus concentrée sur la reconstruction de cette femme.

Concernant Blade, je trouve qu'on en apprend peu sur lui et sur le fonctionnement de son club.. Cependant, le peu qu'on entraperçoit semble montrer quelqu'un de sensible, même si j'aurai aimé mieux l'approfondir.



Autrement, la lecture est très fluide grâce à de nombreux dialogues. De plus, on découvre quelques membres du club qui ont l'air bien sympa, et qui feront probablement l'objet de récits dans cette saga.

De plus, ce roman est auto-édité. La qualité est top, je n'ai repéré aucune coquille, en tout cas rien qui m'ait vraiment sauté aux yeux. C'est un très bon travail réalisé en auto-édition! et les références musicales rock m'ont beaucoup plu (c'est un point sur lequel je suis sure de m'éclater en découvrant les autres romans de Fleur!)

C'est donc avec un avis en demi teinte que je ressors de cette histoire. La qualité de l'auto edition est là, l'écriture est prenante, fluide, le style direct et sans chichi. Les émotions sont au rendez-vous, surtout concernant Hanna, mais j'aurai aimé que l'action autour de l'agression soit plus approfondie et s'étale sur moins d'années. J'arrive toute de même à comprendre ce choix de temporalité pour pouvoir faire évoluer les deux protagonistes. Il y a des superbes références musicales et tout novice dans l'univers des bikers peut se lancer dans cette histoire qui est accessible.

Si vous avez des conseils en particuliers, n'hésitez pas à me les suggérer dans les commentaires, je serai ravie de m'orienter vers vos romans préférées de cette nana pleine de peps et de courage aussi :)

On se retrouve prochainement pour mon avis sur Fucking Girls #Outdoor, de Amelie C. Astier, avec qui Fleur aime, me semble-til, se retrouver pour faire des sessions de co-working (et petit spoil : j'ai adoré!!!)

lundi 18 mai 2020

MERCY THOMPSON 11 : le souffle du mal, de Patricia Briggs #URBANFANTASY

Mercy Thompson, tome 11 : Le souffle du mal par Briggs

Mon nom est Mercedes Athena Thompson Hauptman, et je suis mécanicienne. Et changeuse coyote... Et la compagne de l'Alpha de la meute du bassin du Columbia.

Mais rien de tout ça ne poserait de problème si je n'avais pas accepté d'endosser la responsabilité de protéger tous ceux qui vivent sur notre territoire. Sur le moment, ça semblait être la chose à faire. Ça aurait dû se limiter à traquer des gobelins tueurs, des chèvres zombies et un troll de temps à autre. Au lieu de cela, notre foyer est à présent considéré comme une zone neutre où les humains peuvent négocier avec les faes sans danger.

En réalité, rien ni personne n'est en sécurité. Tandis que généraux et politiciens affrontent les Seigneurs Gris des faes, une tempête approche... Et son nom est la Mort.


Et voilà.... j'aurai profité du confinement pour me mettre à jour dans les 2 sagas en cours de Patricia Briggs et qui s'entrecroisent au fil des romans ! 
Et quelle joie d'avoir lu ce tome 11 puisque ce fut l'occasion de refaire une lecture commune avec ma chère Claire du blog "Livrement Vôtre"

Et que dire de cet opus? Il a été succulent, un petit mets à déguster, que nous avons toutes les deux apprécier, notamment pour l'intégration de plus en plus importante des convents de sorcière.

Dans ce tome, Mercy va devoir affronter un clan de sorcières très puissantes, dont la spécialité est la nécromancie. Et des zombies, elle va devoir en combattre un paquet, et pas des moins surprenants.... 
Adam va devoir gérer une crise politique avec le président de l'état, les gobelins, les faës qui restent en fond d'univers, et ces sorcières manipulatrices.  Bref, le couple phare de la meute de Seattle a du pain sur la planche pour mettre un terme au conflit qui est en train de se former. 
Elizaveta, la sorcière alliée à la meute, court également un grand danger, et le lecteur va définitivement en apprendre plus sur elle et sur ces femmes hors du commun. La sorcellerie m'a totalement alpagué, et j'ai eu peur à plusieurs reprises tellement l'emprise de leur pouvoir est puissant. 

On avait déjà eu un bref aperçu des sorcières dans un des tomes précédents, et ce fut avec joie que je me suis mise à rechercher si des indices avaient bien été disséminés auparavant. On a écarquillé grand les yeux et la bouche avec Claire et on s'est dit que Patricia Briggs était quand même super balèse pour jongler entre ses deux sagas, et tout ça sans jamais spoiler le lecteur qui ne serait pas à jour dans l'un ou l'autre univers !

Cela dit, je recommande vivement aux lecteurs de respecter la chronologie des tomes (je vous mettrai l'ordre plus bas) car certains personnages ne font qu'une brève apparition dans un tome, pour devenir plus important dans cette aventure. Et le personnage en question (Sherwood Post) m'a beaucoup plu! J'espère en savoir plus dans l'avenir.

Les vampires sont aussi de la partie, et je ne peux le cacher, j'ai totalement craqué sur Wulfe! Son "mordant" m'a emporté, j'ai adoré son côté taquin et provocateur, ainsi que de découvrir TOUT Ce dont il est capable de faire! La scène finale qui est assez longue est très visuelle, pleine de tension, et j'ai adoré!

J'ai aussi adoré retrouver Zee, Tag et l'Oncle Mike, j'avais presque oublié l'existence de Tag et d'Oncle Mike, alors qu'ils sont si charismatiques!

La meute est moins présente dans son ensemble, ce qui n'est pas plus mal et lui permet d'être protégé des pouvoirs qui pourraient la menacer. J'aurai cependant aimé voir un peu plus longuement Jesse, la fille d'Adam, qui passe vraiment en arrière plan depuis le dernier tome (je ne peux pas parler de celui d'avant, ca fait trop longtemps que je l'ai lu^^)

Il y a aussi un autre léger bémol dans ce texte, c'est peut être l'absence d'un rappel plus précis des tomes précédents. Par exemple, ici, Adam fait mention plusieurs fois à Frost. Je ne me souviens plus qui il est, et pour cela, il faudrait que je retrouve le roman dans lequel il a une part importante. Même si l'autrice fait quelques rappels, ils n'ont pas été suffisants pour me redonner la mémoire. 

A part cela, j'ai passé un excellent moment de lecture, pour ne pas dire que je me suis régalée, bien qu'on ait pris le temps de lire cet opus. Maintenant, il me faut attendre la traduction du tome 12 (en espérant que Claire attende aussi et ne se jette pas sur la VO déjà sortie :p)

L'avis de Claire ! 






Les tomes précédents :

dimanche 10 mai 2020

Alpha & Omega #5 : dans la gueule du loup, de Patricia Briggs





La meute d'Aspen Creek abrite les loups les plus dangereux qu'il soit - sauvages, blessés, trop brisés pour rester parmi les leurs, ils vivent en reclus sous la protection du Marrok.


Mais Bran est absent quand Charles et Anna reçoivent un appel à l’aide de la part du compagnon fae d’une de ces louves, victime d’une tentative d’enlèvement. Charles et Anna devront utiliser tous leurs talents de guerrier et de diplomate pour retrouver les assaillants et faire face à une magie des plus sombres, surgie d’un passé aussi lointain que difficile…



Alpha & Omega 5 : Dans la gueule du loup, est le dernier opus de l’univers spin off de Mercy Thompson publié en France (sortie en 2018). Initialement prévu comme le dernier tome de cet univers, il s’avère finalement que Patricia Briggs a envie de poursuivre encore les aventures du couple phare puisque le tome 6 serait prévu courant 2021 (enfin, ce sont des infos avant la pandémie du coronavirus. Je n’ai pas trouvé d’information sur une parution ultérieure, ni même si le nouvel opus est terminé).

Charles et Anna sont appelés en urgence suite à l'appel en détresse d'un fae, qui vit avec une louve garou chez les Sauvages. En effet, cette dernière semble être en grand danger et a télépathiquement demandé à son conjoint d'appeler le Marrok pour les aider. Or, Bran est actuellement en déplacement et c'est donc à Charles de gérer les urgences de la Meute.
En partant à leur secours, Charles et Anna vont découvrir qu'un groupe de personnes mal intentionnées tentent de piéger et capturer des loups garous sauvages.
Après avoir réussi à trouver quelques preuves permettant l'enquête d'avancer, tout semble laisser croire qu'un traître est parmi eux.

J'ai aimé découvrir une nouvelle "catégorie" de loups garous, les Sauvages. Ces derniers sont des marginaux et Bran a décidé de les laisser vivre sur son territoire à certaines conditions, la première étant qu'ils doivent maintenir la paix et ne pas se mêler aux humains.

«-  Alors, pourquoi est-ce toi et moi qui sommes ensemble plutôt que Sage et moi ? demanda Anna
-        Car il est tout à fait probable que si l’on mettait Charles et moi dans la même voiture, l’univers imploserait, déclara Asil. Il se peut que ce soit ce que j’ai dit à Leah quand elle a eu l’air d’être disposée à procéder à l’échange.
Il marqua une pause et ajouta malicieusement :
-        J’ai attendu que Charles soit assez près pour m’entendre, puis j’ai dit à Leah que je me réjouissais à l’idée de passer la journée à sillonner les routes avec toi. »
Vous l'aurez compris, Patricia Briggs a fait le choix de séparer le couple mythique et ceci était judicieux et agréable, puisque de nouvelles épreuves vont se dresser devant Anna qui va devoir puiser dans la force de la meute pour les combattre. Cela nous permet notamment de retrouver un peu plus longtemps Asil, qui m’a toujours plu depuis sa première apparition. C’est un dominant, mais moins puissant que Charles. J’ai beaucoup aimé ses réactions et sa façon de voir les choses. Il me plait beaucoup ce loup.

D’autre part, Patricia Briggs s’amuse une nouvelle fois à nous immerger dans la force et la magie de la meute avec plusieurs épreuves difficiles à combattre. La première s’agit de Wellesley, l’un des Sauvages atteint de schizophrénie. Son histoire est captivante et je ne dirai rien pour ne pas spoiler, ou peut être que j’en parlerai en partie spoil à la fin de mon avis….. La seconde est le combat final contre le Zodiak.

J’ai eu très peur durant le roman lors d’une révélation concernant les soupçons sur l’un des traîtres, je n’osais pas imaginer quelle suite cela aurait donné. En tout cas, si cela s’était avéré juste, ça aurait été plus que rocambolesque !


Au fil de l'intrigue, on va en apprendre plus sur les membres de la Meute, notamment Leah, qu'on voyait que succinctement (ou alors je n'avais pas de souvenirs d'elle) et on apprend ainsi qu'elle éprouve un grand respect pour Bran mais qu'ils ne sont pas amoureux l'un de l'autre. C'est vrai que Leah est agaçante mais en apprenant à mieux la connaitre, on comprend ses réactions et son incompatibilité avec le fils du Marrok et son épouse.

« Confrontée  à ce mur de plantes grimpantes couvertes d’épines, tout droit sorties d’un conte des frères Grimm, elle comprenait plus clairement que jamais que ce qu’elle était et faisait était de la magie. Pas la magie d’Arthur C.Clarke, qu’avec un minimum de connaissances on pouvait cataloguer comme étant une science nouvelle et comprendre. Mais une magie qui disait qu’il existait une autre forme de puissance dans l’univers. Quelque chose d’étrange, presque doué de conscience, régi par ses propres règles… ou pas de règles du tout. De la vraie magie, qui pouvait être étudiée, peut-être, mais qui ne rentrerait jamais dans des cases faciles à définir. »

Ce tome se déroule sur quelques jours seulement, et l’action est une nouvelle fois au rdv. C’est trépidant, et j’ai encore passé un très bon moment avec la meute d’Aspen Creek. Je l’ai préféré au tome 4 car il était plus dans l’action et ne parlait pas du tout d’équidés. Au contraire, ce récit m’a plongé dans l’intrigue avec une nouvelle créature surnaturelle : le skinwalker . Déjà « rencontré » dans des épisodes de Supernatural, cette créature est issue de la culture Navajo (on reste donc bien dans le monde amérindien) qui a la capacité de se transformer et d’utiliser d’autres corps en guise de « véhicule ».

J'ai passé  un super moment, et j'ai dévoré ce roman encore en trois jours (c'est un peu le sort de tous les tomes d'A&O que je lis d'ailleurs!)

A chaque tome, que ce soit dans Mercy Thompson ou ici, Patricia Briggs nous entraîne dans un nouveau folklore, et nous permet de découvrir un  nouveau pan de son univers, tout en continuant de tisser sa toile autour principalement des Sorcières qui commencent à prendre une part importante dans cet univers depuis quelques tomes. 



SPOILERS


n  Wellesley : Provenant d’Afrique, Wellesley était à la base un esclave transformé en loup-garou et acheté par un couple dont la gouvernante était une sorcière très puissante. Son but était de créer un groupe de plusieurs loups garous afin de prendre le pouvoir en leur collant des colliers imprégnés de pouvoir afin de les contrôler (ça rappelle le tome 10 de MT avec Bonarata qui a soumis une louve garou). Un jour, il parvient à se libérer et rencontre alors l’esprit de l’Ouragan, qui le pousse à se libérer. En faisant ainsi, et grâce à un procédé qui allie mer et lune, Wellesley a pu se transformer hors pleine lune et anéantir la sorcière. Cependant, il reste des membres de sa lignée, qui ont migré à Rhéa Springs et qu’on appelle les sorcières de Rhea Springs
n  Sage : C’est la traitre et on apprend qu’elle est issue de la lignée cité ci-dessus. Derrière ses apparences douces, c’est la pire ; C’est Asil qui met fin à ses jours. « Hardesty, c’était le nom de famille de Sage quand elle est venue nous trouver, souligna Charles à voie basse. Avant qu’elle le change en Carhardt. »
n  Sherwood fait son apparition : on apprend qu’il a été amputé par une sorcière mais qu’il ne garde pas de souvenirs de cette période. Cette mention est très importante puisqu’il sera l’un des protagonistes principaux dans MT 11 « Le souffle du mal »


Mes avis sur les tomes précédents :

Tome 0 : L'origine
Tome 1 : Le cri du loup
Tome 3 : Jeu de piste

mercredi 29 avril 2020

Confinement : un mois et un enfant de 2 ans et demi :)

COVID-19 / Confinement / Restez chez vous : Le plein d ...

Et me voilà, en train d'écrire (enfin) un article sur le confinement. Cela m'a trotté dans la tête depuis plusieurs jours, mais encore fallait-il l'inspiration. et quoi de mieux que de relater ces dernières semaines à travers les quelques activités et/ou créations manuelles réalisées avec notre fille.

Pour vous expliquer la situation, je suis actuellement au chômage technique depuis le 18/03/2020 et mon conjoint en activité allégée en télétravail.

Nous avons la chance d'avoir une petite fille adorable qui continue de respecter son rythme de sieste et de couchers, qui ne pleure quasiment pas (sauf quand elle se blesse) et qui est très blagueuse et amusante <3 <3


Après la grosse phase d'angoisse que j'ai vécu au début du confinement, pas à cause du confinement en lui même mais à cause du virus et de la peur d'être contaminés (notre foyer et nos parents), j'ai repris du poil de la bête et j'ai commencé à chercher des activités à proposer à notre petite princesse. Pâques et le printemps étant de la partie, j'ai trouvé un tuto que j'ai adapté avec nos accessoires à disposition pour créer un petit poussin



Matériel :
1 - Boite d'oeuf
2- Rouleau PQ
3- Peinture jaune (gouache au doigt)
4 - Pinceau
5 - Masking Tape
6 - Papier type canson de couleur
7 - Colle

Nous avons mis plusieurs jours à réaliser ce poussin, et croyez moi, je ne pensais pas qu'un enfant avait une capacité de concentration aussi... brève :) Mais bon, en tout cas, on s'est bien amusé.
Angéline a peint le poussin et s'est amusé à coller plein de morceau de Masking tape que j'avais mis à sa dispo. De mon côté; je l'ai aidé pour découper les ailes et les pieds et assembler les pièces entre elles.

Pour une toute première création personnelle, je trouve le résultat plutôt sympathique.



Ensuite, j'ai découpé un oeuf dans du carton, et je l'ai laissé poser des gommettes (elle adore en faire) et colorier avec les couleurs de son choix. Le résultat est coloré et sympathique. Elle en a refait un après mais avec pas mal de couleurs noires et marron, je n'ai pas gardé car je le trouvais triste :)



Du coté de son papa, il lui a fabriqué un labyrinthe en carton, elle a compris le principe, mais n'y joue pas beaucoup. On pense qu'elle est encore un peu jeune pour comprendre l'enjeu

Il a aussi recyclé du carton pour réaliser un petit terrain pour les voitures  et a aussi crée une petite maison. c'est un bon prétexte pour raconter des histoires à notre fille et lui développer son imagination.

On s'aide des véhicules Disney Tutut et de tous ses petits animaux pour créer des histoires.


Niveau activités courantes :

Elle adore jouer à la pâte à modeler, je lui ai acheté dernièrement des accessoires et animaux pour l'aider à faire d'autres objets car son loisir principal et de prendre de sbouts des pates à modeler et mettre dans ses ustensiles de cuisine. Je n'ai actuellement pas encore réussi à lui faire faire une vraie création (j'essaie de lui faire faire un arbre, un papillon ou un escargot) mais elle n'arrive pas et ne se concentre pas dessus.

Le coloriage : on en fait quasiment tous les jours. Les objectifs : lui apprendre les couleurs (elle distingue les couleurs mais n'arrive encore qu'à prononcer rouge, marron, et quelques fois jaune), et lui apprendre à colorier dans les zones. Ce n'est pas évident, on voit bien que ca lui demande beaucoup de concentration et qu'elle est surtout en train de faire de grands traits ou cercles qui l'amuse beaucoup.

La peinture : même principe que le coloriage, mais on en fait moins régulièrement.

La poupée : elle adore jouer avec ses poupées, leur donner à manger, leur changer la couche, la nettoyer, la promener dans sa poussette et les coucher pour faire dodo. Elle est en pleine phase d'imitation et ces temps de jeu nous permette aussi d'avoir des moments plus solo car elle s'en amuse seule.

Les puzzles : c'est une des nouvelles activités qu'elle aime faire régulièrement,grâce à ses livres puzzle. Mais concrètement, elle aime surtout enlever les pièces et nous voir les recomposer. elle essaie avec un petit livre poucette qui contient 6 pièces par puzzle mais c'est difficile, elle n'imagine pas que ca fait un dessin à la fin et associe des pièces qui n'ont rien à voir entre elles. mais le principal n'est il pas à son âge de réussir à associer les pièces et voir le principe de l'emboitement? :)

Les Lego : Avec un papa AFOL (Adult Fan of Lego) difficile de ne pas y jouer tous les jours. Elle joue aussi bien au duplo (avec ou sans nous) qu'au petit lego (sous surveillance). Ainsi, on l'aide souvent à construire une maison de la gamme 'lego friends" ou bien elle m'assiste quand je construit mes Lego Harry Potter.

La lecture : elle adore lire surtout le soir avant de se coucher, et notre rituel est assez coriace car nous ne lisons pas moins de 7 livres chaque soir. bon après, ca arrive qu'elle ne veuille lire qu'une seule page d'un de ces romans, donc vers la fin, avant qu'elle ne soit vraiment HS, ça peut aller plus vite!




En activités extérieures, elle aide beaucoup son papa avec le jardin : elle arrose les fruits, les arbres fruitiers et le gazon qu'elle a elle même planté il y a plusieurs jours. Elle adore ramasser les paquerettes sauvages et nous les offrir, et courir après les papillons.

Nous avons la chance d'avoir un jardin de +100m² ce qui lui permet de bien se défouler; Elle joue beaucoup dans (ou autour) sa maison extérieure, elle y amène ses jouets et se pose tranquillement. on joue aux bulles, elle les attrape mais n'arrive pas à souffler pour en faire (le sufflabulle comme disait ma nièce <3)

Elle joue également au ballon on se l'envoie ou on tape dedans avec le pied, on ramasse les mauvaises herbes, on ramasse des cailloux qu'on met dans des seaux. Ou bien on se pose et on bouquine <3


Au niveau du rythme, on arrive à se partager +- la journée. C'est surtout moi qui m'en occupe le matin, ainsi son papa peut dormir, et après la sieste, c'est plus lui qui joue avec elle dehors et la défoule au maximum. En ce moment, il lui apprend à faire des roulades :D

Parlons de développement psychomoteur : nous avons été témoin de ses progrès fulgurants en langage !! Je suis tellement contente, elle maîtrise de plus en plus de mots, même si parfois on a encore bien besoin de la décoder mais son vocabulaire s'enrichit tous les jours et nous en sommes très heureux! on commence à avoir des petites discussions avec elle, c'est adorable !


En parallèle, elle commence à avoir des peurs. Notamment le soir, quand on fait la lecture dans notre chambre, elle a peur du dressing. Mais elle est courageuse et me demande seulement de l'accompagner pour que ce soit ELLE qui fasse le tour du dressing et fermer la porte !

J'aurai encore 1001 choses à dire sur ces 4 dernières semaines, mais cela ferait peut être l'objet du prochain article (si j'en fait un) sur le confinement...









mardi 28 avril 2020

Mercy Thompson #10 : l'épreuve du silence, de Patricia Briggs #UrbanFantasy

L'Épreuve du silence: Mercy Thompson, T10 eBook: Briggs, Patricia ...

Enlevée par l’un des plus puissants vampires au monde, retenue en otage afin de manipuler son mari, le loup-garou Adam, et la reine des vampires des Tri-Cities, Mercy parvient à échapper à son ravisseur de justesse. Seule et désarmée au beau milieu de l’Europe, à des milliers de kilomètres des siens, Mercy doit se frayer un chemin entre ennemis et alliés potentiels, et éviter de déclencher la guerre qui gronde entre loups-garous et vampires, et dresseraient les meutes les unes contre les autres. Et au cœur de la cité millénaire de Prague, les fantômes rôdent..


En cette période de confinement, j'ai pris le temps pour lire à nouveau à un bon rythme, en alternant lecture et jeux vidéos durant mes temps libres. Et comme j'avais plusieurs livres de Patricia Briggs et que j'avais envie de retourner dans l'univers des loups garous, j'avais pensé enchaîné les tomes qui sont en ma possession, jusqu'à ce que mon amie Claire de Livrement vôtre m'annonce qu'elle venait de lire le tome 5 d'Alpha & Omega, la saga spin off. Et chronologiquement, une fois ce tome lu, il faut enchaîner sur le tome 11 de Mercy Thompson. Vous l'aurez compris, les sagas sont bien liées entre elles. Certes, elles se lisent séparément, mais tout comme dans l'univers des six Duchés de Robin Hobb, il en reste un plaisir certain de découvrir les chassés croisés entre deux univers parallèle (ou bien comme dans les romans de Stephen King!)

Bref.. tout ça pour dire qu'on a convenu de se lire ensemble le tome 11, une fois que je me serai mise à jour dans les 2 sagas!

Faut l'admettre, ça m'a donné un coup de fouet. car ca fait longtemps qu'on a pas lu ensemble alors qu'on aime toutes les deux ça (encore plus quand on se lit des Richard ou des Geralt avec Koko!) 

Même si j'ai pris un peu plus de temps à lire ce tome 10, il n'en reste pas moins qu'il a été super captivant et que j'ai adoré me ballader dans Pragues. 

Dans ce tome, on s'interesse à l'enlèvement de Mercy, alors qu'elle partait faire quelques courses pour préparer de succulents cookies. En quelques pages, pouf, Mercy n'est plus dans le Montana mais en plein milieu de l'Italie, et dans les griffes du Seigneur de la Nuit : Bonarata, un maître vampire et ex amant de Marsilia, la reine de l'essaim du Montana.

Pourquoi a-t-elle été enlevée? on le découvre dans l'histoire. Cela dit, notre chère et unique coyote a tuojours autant de volonté, de courage et de ténacité et va réussir à s'échapper de cet antre pour se retrouver à Prague. En attendant qu'Adam puisse venir la chercher, elle va devoir montrer patte blanche et se faire discrète.. Evidemment, c'est un pari irréaliste pour Mercy, qui a l'habitude d'aller aux devants des ennuis, et ce bien malgré elle!

Plusieurs choses sont interessantes dans ce tome : Tout d'abord, redécouvrir l'ampleur des "pouvoirs" de Mercy, et surtout de tous les liens qu'elle a crée au fil de ses aventures. J'ai aimé découvrir à quel point les personnes attachées à elle se liguent pour la retrouver, et ce malgré leurs différentes natures; Pour le coup, le principe de la zone sécurisée des tri cities fonctionne plutot bien, puisqu'Adam va constituer une équipe de choc pour partir à Milan : Honey, la louve garou, Marsilia, la Maîtresse des vampires, Stefan, le fidèle et séduisant vampire qui est lié à Mercy, ainsi que deux gobelins Larry et Austin, un loup soumis du nom de Matt Smith (bonjour la parenthèse à Docteur Who, et merci à Adam d'être aussi dans le flou que moi, malgré le fait que lui au moins a regardé des épisodes!), sans oublier la sorcière russe Elizaveta.

Ils sont tous prêts à tout pour retrouver Mercy saine et sauve. J'ai beaucoup aimé le changement de narration et les petits transferts de temps dans l'histoire. En effet, nous avons le point de vue de Mercy, mais en parallèle, elle nous prévient en début de chapitre pour nous dire qu'on repart un peu en arrière pour lire ce qui s'est déroulé du côté d'Adam. 


Cela donne beaucoup d'enjeu et un super rythme au récit.

D'autre part, j'ai énormément aimé découvrir de nouveaux essaims et une nouvelle meute en Europe; J'aimerai d'ailleurs bien un spin off sur Libor et sa meute car ils m'ont fortement intrigué.


J'ai vraiment vraiment beaucoup aimé retrouvé toutes sortes de créatures surnaturelles, cela m'a d'ailleurs donné très envie de replonger dans la communauté du sud de Charlaine Harris! (mais non, avant ca on se fait notre LC Claire ;)) Mais ce que je veux dire c'est que cela m'a fait beaucoup de bien intérieurement, comme un effet nostalgie avec la joie de retrouver un monde fantastique que j'apprécie beaucoup et que je ne lis une fois de plus pas suffisamment...

De plus, niveau créature mythologique, Patricia Briggs n'est pas au bout de son inspiration puisqu'elle introduit ici encore de nouveaux protagonistes, notamment le Golem de Prague, qui s'est montré... très puissant voire effrayant! 

J'ai eu de la peine à la fin lorsque les "gentils" vampires voient leur fin arrivée. 


J'ai beaucoup aimé voir Adam faire preuve de diplomatie, de retenue, et l'avoir vu en plein duel contre un vampire. C'était visuellement réussi, et dépaysant.

Je ne reste toujours pas fan d'Adam, enfin, fan est un grand mot, mais je suis plutôt indifférente à lui malgré tout, mais bon, ça ne se contrôle pas ! La révélation de la fin (avec Bran) m'a totalement surprise et je me pose encore quelques questions sur ses pouvoirs ! 


Bref, ce tome m'aura dépaysé et ramené dans un univers doudou et confort que je chéris! Mercy a une fois de plus eu sa dose de traumatisme, mais elle est tellement courageuse et optimiste, c'était vraiment agréable de la suivre dans cette aventure !

Maintenant que la meute d'Adam est rentrée à Tri-City, je vais retourner à Aspen Creek pour retrouver mes chers Charles & Anna !

Avis sur les tomes précédents :

Tome 10 : l'épreuve du silence

dimanche 26 avril 2020

Alpha & Omega #4 : Entre chiens et loups, de Patricia Briggs



Pour une fois, ce n'est pas parce que Charles est l'exécuteur de son père qu'il part en voyage avec Anna. C'est pour des raisons personnelles qu'ils se rendent en Arizona : Charles a l'intention d'offrir un cheval à Anna pour son anniversaire. Ou du moins, c'est l'idée… Mais le couple va bientôt découvrir qu'un dangereux fae rôde dans les parages, remplaçant des enfants humains par des simulacres magiques. La guerre froide entre faes et humains est sur le point de se raviver, et Charles et Anna vont se retrouver pris entre deux feux.



Attention, risque de spoils! 

J'ai enfin lu le tome 4 de la saga Alpha & Omega, un univers que j'adorais et dont la lecture du tome 3 remonte à ...2013!!! Ce n'est pas entièrement ma faute, déjà Patricia Briggs a mis plus de 2 ans à le terminer et le faire éditer en France. Puis j'avais plus trop la motivation de me lancer dans l'urban fantasy durant quelques années, et cette année, j'y reviens en douceur.

Avec ce confinement, j'avais très envie d'un univers "doudou" dans lequel j'aime me retrouver. Et c'est là, qu'en fouillant ma pile à lire, je suis tombée sur le tome 4 qui m'attendait bien sagement!

Du coup, ni une ni deux, je l'ai pris et l'ai dévoré en 3 jours! 

Sincèrement, je n'ai pas eu trop de mal à me repérer (sachant également que ma lecture du  tome 9 de Mercy Thompson en 2016...) je me suis rapidement souvenue pourquoi Charles et Anna faisaient partie de mes couples préférés en Urban Fantasy! 

Et d'ailleurs, après lecture, je me dis qu'il faut vraiment aborder ce tome comme une ballade au milieu des loup-garous. Certes, le tome 4 nous sert une belle intrigue à base de Faë et de Seigneurs Gris qui font encore des siennes, mais c'est surtout un dépaysement dans le milieu des Navajos passionnés d'équidés que nous offre Patricia Briggs.

Alors que Charles cherche un superbe cadeau à offrir à sa douce Anna, son ancien ami Joseph l'appelle pour l'informer qu'il est mourant. Joseph est un amérindien, qui vit au sein de la meute de Salt River, et qui, pourtant n'est pas un loup. Seuls certains membres de sa famille le sont, comme son père, qui souhaitait d'ailleurs que Charles le transforme. Mais l'Alpha protecteur refuse sans le consentement de ladite personne ni une étude préalable approfondie des personnes qui désirent devenir lupines. 

Néanmoins, il saisit l'occasion d'aller rendre visite à son vieil ami, d'autant plus qu'il possède un ranch et que l'idée d'offrir un nouveau cheval à Anna germe dans son esprit...

En arrivant sur site, le séjour sera beaucoup plus tumulteux qu'une simple visite de courtoisie. En effet, en parallèle de leur arrivée, Chelsea, la femme de Kage, le fils de Joseph (vous me suivez?) se retrouve frappée d'une migraine terrible et d'une envie subite de tuer ses trois enfants!!!! Heureusement, elle arrivera à maintenir leur sécurité en se blessant et en laissant des messages insistants à son mari pour qu'il vienne l'aider. C'est Charles qui va finalement la soutenir et apprendre beaucoup de choses durant cette scène introductive : Chelsea a été ensorcelée par un fae, qui cherche à tuer ses enfants et la faire se suicider après. Si Chelsea a réussi, c'est grâce à son sang de sorcière qu'elle dissimule depuis son enfance. En se blessant toute seule, elle retrouve un peu de lucidité.  Au seuil de la mort, Chelsea sera transformée en  une louve garou grâce à Charles afin de permettre à ses 3 enfants  d'avoir toujours leur maman à leurs côtés. 

Pendant une grosse partie du roman (je me demande si ça ne prend pas quasiment la moitié), l'autrice nous offre de nombreuses scènes et descriptions des différents chevaux et différentes compétitions auxquels peuvent participer les équidés. Elle nous apprend un peu plus le fonctionnement du ranch. J'avoue, certains termes sont spécifiques et je ne me suis pas attardée dessus, mais je pense qu'il ravira les fans d'équitation. 

Au délà de ça, Charles et Anna vont enquêter sur la disparition de la petite Améthyste, la camarade de classe de Mackie, la petite fille de Joseph.

Cette intrigue était bien sympathique, on en apprend surtout pas mal une nouvelle fois sur les types de Faës qui existent, et on découvre que le grand méchant de l'histoire se fait surnommer "le collectionneur de poupée". Et sincèrement, je ne souhaite à aucun enfant qu'il rencontre un personnage de ce type......

En parallèle, on en apprend plus sur la meute de River Salt, sur l'arrière grand père qui déteste les sorcières (comment va-t-il gérer la transformation de Chelsea, la femme de son arrière petit fils) et va apprendre les effets que provoque une Omega telle qu'Anna. 

On retrouve Leslie, l'agent du FBI qui les avait aidé dans le tome ultérieur, ainsi que quelques autres personnages secondaires mais je ne pense pas qu'ils auront un rôle en plus dans les tomes suivants (à part peut être Leeds qui est un "sang mêlé" mi humain mi fae...

En gros finalement, il y a plusieurs points clés qui se chevauchent, mais que faut il réellement retenir de ce tome?

Je pense que le plus important est :
1 / la transformation de Chelsea, qui à mon sens, est inaboutie, on la voit prendre ses repères mais l'autrice ne revient jamais sur ce qu'elle ressent et c'est fort dommage, peut être reverrons nous ce personnage dans le tome 5 ou dans un spin off réservé à cette meute? De plus, on lit une brève discussion de Charles et Bran qui lui donne finalement son accord une fois que la femme a été transformée, sans vraiment savoir si Charles va subir des conséquences de ce choix.
2/ Les Seigneurs Gris sont toujours présents, et semblent être les grands ennemis des loups garous. 


Mes avis :
Tome 0 : L'origine
Tome 1 : Le cri du Loup
Tome 3 : Jeu de piste
Tome 4 : Entre chiens et loups
Tome 5 : Dans la gueule du loup



mardi 21 avril 2020

YARDAM, d'Aurélie Wellenstein #SCRINEO




À Yardam, la folie est sexuellement transmissible.

La population est piégée par la quarantaine dans l'espoir d'endiguer l'épidémie.

Porteur du virus, Kazan se débat avec ses démons au point qu'il ne sait plus s'il les aime ou s'il les hait.

Le salut viendra-t-il de ce couple de médecins étrangers venus s'enfermer volontairement dans la cité pour trouver un remède au terrible mal qui s'étend entre ses murs ?




Après plusieurs semaines, je reviens sur ce roman qui, une fois de plus, ne m'aura pas laissé indifférente. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous devez savoir que je place Aurélie Wellenstein dans mon top des auteurs incontournables. Tout simplement parce que sur 5 romans lus, 4 ont été des gros coups de coeur et des grosses claques.

Aurélie Wellenstein arrive toujours à parler de ses thèmes de prédilections, en général, la défense des animaux, mais aussi le climat, ou la folie.

Dans Yardam, elle entraîne le lecteur dans un univers fantastique où un virus (sexuellement transmissible) se propage. Vous me direz, "tiens, voilà notre réalité". Et ce fut concrètement le cas puisque j'ai commencé ce roman le 15/03, deux jours avant le confinement... Au début, j'ai hésité à l'arrêter le temps de laisser passer la crise sanitaire dans laquelle nous sommes plongés. Mais c'était sans compter sur l'écriture très captivante de cette autrice et sur le fait que j'avais besoin d'en savoir plus et connaitre la destinée de ce personnage principal, Kazan, qui se veut plutôt être un personnage antagoniste.

Kazan est un homme d'une vingtaine d'années, qui est touché par le virus depuis plusieurs années. Au fil de la lecture, nous allons apprendre comment il l'a eu, et très rapidement, on connaît l'un de ses principaux symptomes : Les touchés entendent des voix dans leur tête, jusqu'à devenir fou. Ainsi, pas mal de personnes en sont venues à se suicider, comme cette homme qui se tue en pleine place centrale, bondée de gens. Kazan est un personnage comme j'aime les voir décrit par l'autrice. Complexe et ambigü. Le lecteur penchera tantôt vers l'empathie, tantôt vers l'incompréhension et la répulsion. Tout au long du récit, on apprend son passé, sa mentalité et son combat au quotidien. Son passe temps favori est le vol, et le roman débute lorsqu'il tente de voler une peinture célèbre dans un musée, et qu'il sera finalement attiré par un autre cadre, beaucoup plus sombre, mais très intriguant. Le symbole de ce tableau représente d'ailleurs un fil rouge à l'intrigue principale. Cependant, plus j'avançais dans le roman, plus je me prenais de sympathie pour Kazan, et plus j'avais envie qu'il trouve de quoi se soigner. Il va entreprendre une relation particulière avec deux personnes qu'il rencontre au début du roman.
Attention spoilers : La relation mise en place avec Nadja et Felix est tellement bien tissée! Je suis admirative de l'esprit d'Aurélie Wellenstein, j'ai vraiment aimé toute cette relation fusionnelle et à la limite de l'entendement.
Quand Nadja se retrouve bloquée dans la tête de Kazan, cette dernière va lui permettre d'acquérir des compétences médicales, et surtout lui permettre de ressentir tout l'amour qu'elle éprouve pour Feliks qui recherche un remède pour sauver sa femme, devenue une coquille... Et c'est au moment où Kazan lui avoue la vérité que toute la relation va devenir complexe, voire malsaine, et pourtant essentiel pour le traitement du thème de la folie. 

On peut considérer la ville de Yardam comme un personnage à part entière. J'ai parfaitement visualisé cette cité, et j'ai été prise aux tripes lors d'un des passages de fin (la course poursuite)


Quant à l'intrigue, elle est surprenante et imprévisible, certains passages m'ont complètement surpris et j'ai vraiment été happée par l'avenir de cette histoire. Sachant qu'Aurélie Wellenstein peut se montrer impitoyable, j'avais tous les sens en alerte!

Lorqu'elle m'avait dit à l'époque qu'elle écrivait un roman qui parlait de folie, j'étais très enjouée, surtout quand j'avais vu comment elle avait traité ce thème dans le Dieu Oiseau. Et bien ici, c'est une nouvelle fois maîtrisée. On se pose de nombreuses questions et jusqu'où cette folie ira. Est ce réel ou pas? Tout porte à le croire quand on découvre les coquilles qui errent en ville.


Une nouvelle fois, je tire mon chapeau à Aurélie Wellenstein, et la remercie pour m'avoir offert quelques instants haletants et intrépides dans la ville de Yardam!

Je remercie également les éditions Scrinéo pour l'envoi de ce service presse !