mardi 31 mars 2020

Je suis fille de rage, de Jean Laurent Del Socorro #PLIB2020


1861 : la guerre de Sécession commence. À la Maison Blanche, un huis clos oppose Abraham Lincoln à la Mort elle-même. Le président doit mettre un terme au conflit au plus vite, mais aussi à l’esclavage, car la Faucheuse tient le compte de chaque mort qui tombe. Militaires, affranchis, forceurs de blocus, politiciens, comédiens, poètes... Traversez cette épopée pour la liberté aux côtés de ceux qui la vivent, comme autant de portraits de cette Amérique déchirée par la guerre civile.


Lorsqu'ActuSF a lancé l'un de ses projets, j'ai immédiatement sauté sur l'occasion pour les aider et recevoir ainsi en avant première (au moment de la réception) le tout dernier bébé de Jean Laurent Del Socorro, dont j'entendais parler depuis.. mai 2019 si ma mémoire est bonne...

Jean Laurent Del Socorro est un auteur de roman historique fantastique, dans lequel il s'inspire toujours de faits réels et intègre avec légèreté un peu de fantastique. Sa plume est vraiment belle, ses récits sont immersifs, et ce fut une fois de plus le cas pour "Je suis fille de rage", dans lequel il plonge le lectorat dans la guerre de Secession en 1861 - 1865.

L'exercice de style est très difficile à réaliser pour ce roman, et je tire mon chapeau et envoi tout mon respect à l'auteur, car la rédaction de ce roman n'a pas du être facile. En effet, il présente la guerre de Secession et l'abolition de l'esclavage depuis les deux camps ennemis, et donne aussi la parole à des personnes exterieures. Le récit se lit rapidement, et ce malgré les quelques 550 pages que compose cette magnifique bricasse. Les chapitres sont très très courts, tout au plus 3/4 pages, et les points de vue des personnages sont également entrecoupés par des articles de journaux de l'époque, ou encore des traductions faites par JLDS depuis les archives trouvées. Le travail sur ce roman a du être titanesque, et on entre avec une facilité déconcertante dans cette guerre.

Tout est bien expliqué, à l'aide d'infographie. Le drapeau à droite signifie qu'il donne la parole aux états confédérés (du Sud) dirigés par Jefferson Davis et le drapeau à gauche signifie qu'il donne la parole aux Etats Unis d'Amérique, alors gourvernés par Abraham Lincoln. Ce dernier n'est pas seul, et c'est là qu'est intégré la petite part fantastique. En effet, le Président est perpetuellement accompagné par la Mort elle même, qui lui fait des retours sur ses décisions, ou qui apparait ponctuellement chez une personne pour la faucher...

Cependant, j'ai trouvé cette partie bien trop légère pour qualifier ce roman de fantastique. Pour moi, il s'agit surtout d'un récit historique, et bien que romancé, c'est à mes yeux surtout un documentaire sur l'Histoire des Etats Unis d'Amérique.

C'est pour cette principale raison que je ne porte pas ce roman dans mes 5 finalistes du PLIB2020, et que, bien qu'il en fasse finalement partie, ne remportera pas ma voix pour la finale. J'espère que Jean Laurent ne m'en voudra pas et comprendra mon point de vue, vis à vis des autres romans en Lice (Mers Mortes d'Aurélie Wellenstein / Félines de Stephane Servant / Les Brumes de Cendrelune de Georgia Caldera et La cité des Chimères de Vania Prates) 

Au delà du travail de l'auteur, il est important de remarquer aussi le magnifique travail éditorial sur la couverture, la mise en page aéré, les cartes et le petit marque page en tissu intégré! Avec le confinement, les envois du reste du projet Ulule ont été mis en stand by, et j'ai hâte de recevoir le reste de mon pack :D

#ISBN9782366294774 #PLIB2020


Aucun commentaire:

Publier un commentaire